Jeudi 22 juillet, Kentaro Kobayashi, le responsable des cérémonies d’ouverture et de clôture des JO de Tokyo, a été démis de ses fonctions après la diffusion d’un sketch sur la Shoah datant de 1998. C’est un nouveau coup dur pour les JO, à la veille de la cérémonie d’ouverture.

 

Dans un sketch datant de 1998, Kentaro Kobayashi, qui s’est fait connaître en tant que membre d’un duo comique populaire, plaisantait sur l’Holocauste en prenant part à un « jeu de massacre des Juifs ».

Seiko Hashimoto, responsable du comité d’organisation des JO de Tokyo, a déclaré qu’elle et d’autres membres du comité prévoyaient de « revoir l’ensemble du programme » jeudi, soit la veille de la cérémonie d’ouverture. Seiko Hashimoto a déclaré avoir pris connaissance de la vidéo mercredi matin. Elle a alors décidé de limoger Kentaro Kobayashi « le plus rapidement possible ».

Par ailleurs, la responsable du comité d’organisation des JO de Tokyo a présenté ses excuses pour le scandale et a déclaré qu’elle portait la « responsabilité » du fait que les organisateurs de l’évènement n’avaient pas suffisamment vérifié les antécédents de Seiko Hashimoto. L’ancien humoriste a également présenté ses excuses et a déclaré que son sketch était « extrêmement inapproprié ».

Il s’agit du dernier scandale en date impliquant un membre du comité d’organisation des JO de Tokyo. En début de semaine, le compositeur japonais, Keigo Oyamada, s’est retiré de la cérémonie d’ouverture après qu’une ancienne interview dans laquelle il admettait avoir maltraité ses camarades de classe handicapés a refait surface. Les organisateurs des JO de Tokyo avaient initialement indiqué que le compositeur resterait présent à la cérémonie d’ouverture après avoir montré qu’il regrettait ses actes. Cependant, quelques heures plus tard, Keigo Oyamada a présenté sa démission et les organisateurs ont publié une nouvelle déclaration dans laquelle ils qualifient les actions du compositeur d’« absolument inacceptables ». En mars, Hiroshi Sasaki, le directeur créatif de la cérémonie d’ouverture, a démissionné de son posteaprès avoir suggéré que Naomi Watanabe, une artiste populaire japonaise grande taille, porte des oreilles de cochon pour la cérémonie d’ouverture. Hiroshi Sasaki souhaitait même baptiser la performance de l’artiste japonaise de « Olympig » (pig signifiant cochon, NDLR). En février, c’est le responsable initial du comité d’organisation, Yoshiro Mori, qui a été contraint de démissionner après avoir tenu des propos sexistes. L’ancien Premier ministre japonais aurait déclaré que les femmes parlent trop et ont un « sens aigu de la rivalité » lors d’une réunion du conseil d’administration.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Siladitya Ray

<<< À lire également : Covid-19 : Les JO de Tokyo vont-ils créer un “méga-cluster” ? >>>