Après avoir remporté l’argent dans l’épreuve du 200 mètres dos aux JO de Tokyo 2020, le nageur américain Ryan Murphy a émis des doutes quant aux performances du nageur russe lors de cette course. La médaille d’or a été remportée par Evgeny Rylov, dont le pays, la Russie, est techniquement interdit de participation aux JO de Tokyo 2020 pour avoir pratiqué un dopage systémique de ses athlètes par le passé.

 

En conférence de presse après la course, Ryan Murphy a déclaré qu’il ignorait si la course était à « 100 % propre », et cela en raison « d’évènements qui se sont produits par le passé. » Bien qu’il n’ait pas directement accusé Evgeny Rylov, la frustration de Ryan Murphy, dont se font l’écho d’autres athlètes aux JO de Tokyo 2020, provient du fait que, malgré l’interdiction, les athlètes russes sont autorisés à concourir sous la bannière du « Comité olympique russe ». Selon les critiques, cette appellation ne change rien au fait que ça soit effectivement l’équipe russe.
Evgeny Rylov, qui était assis à côté de Ryan Murphy, n’a pas répondu directement à l’accusation et s’est contenté de déclarer qu’il soutenait les sports « propres » et qu’il avait suivi toutes les procédures imposées.
Le Britannique Luke Greenbank, qui a remporté la médaille de bronze, a également exprimé sa frustration concernant le programme de dopage d’État mis en place par la Russie et a déclaré qu’il pensait que davantage de mesures pouvaient être prises pour lutter contre ce problème.

Ryan Murphy, qui est l’un des capitaines de l’équipe de natation américaine, a semblé adoucir son discours un peu plus tard en affirmant que son attention n’était pas de porter des accusations, avant de féliciter Evgeny Rylov pour sa médaille d’or.
« C’est une énorme charge mentale pour moi tout au long de l’année de savoir que je nage dans une course qui n’est probablement pas propre », a déclaré Ryan Murphy lors de la conférence de presse. « Je n’ai pas assez de marge de manœuvre pour m’entraîner durement pour les JO de Tokyo 2020 et convaincre les responsables de l’organisation des Jeux qu’ils prennent les mauvaises décisions. »

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Siladitya Ray

<<< À lire également : JO de Tokyo 2020 : le champion de saut à la perche américain, Sam Kendricks, est le dernier athlète à devoir quitter la compétition à cause du covid-19 >>>