Mardi 10 septembre, Jack Ma a officiellement pris sa retraite en tant que président d’Alibaba, le géant de l’e-commerce qu’il avait cofondé 20 ans auparavant. Le jour de sa démission est également celui de son 55ème anniversaire.

Jack Ma a mis en place un plan de succession, passant le relai à la génération suivante, composée entre autres du PDG Daniel Zhang et de la directrice financière Maggie Wu.


 « Ayant reçu une formation d’enseignant, je ressens beaucoup de fierté quant à ce que j’ai réalisé. Les enseignants désirent toujours que leurs étudiants les surpassent, il est donc raisonnable de ma part et de celle de l’entreprise de laisser des personnes plus jeunes et plus talentueuses prendre la main dans les rôles de dirigeants, afin de les laisser hériter de notre mission consistant à ‘‘faciliter les affaires où que vous soyez’’ », a indiqué Jack Ma dans sa lettre de démission lors du 19ème anniversaire d’Alibaba.

Jack Ma assure qu’il continuera à servir l’entreprise à titre de conseiller.

Sa prochaine étape sera de passer du monde des affaires à celui de la philanthropie, notamment en œuvrant à l’amélioration de l’éducation, marchant dans les pas de Bill Gates, un autre pionnier de l’innovation technologique. Jack Ma préfèrerait dédier le profit qu’il a tiré d’Alibaba au changement du système éducatif chinois, plutôt que de le céder à des investisseurs ou à des banques.

 « Quant à moi, j’ai encore beaucoup de rêves à réaliser. Ceux qui me connaissent savent que je n’aime pas rester assis à ne rien faire. Je veux également retrouver le domaine de l’éducation, qui me passionne tant, car c’est ce que j’aime faire. Le monde est grand, et je suis encore jeune, je veux donc m’essayer à de nouvelles choses – car, qui sait quels nouveaux rêves pourront être réalisés ? » répond Jack Ma quand on l’interroge sur son avenir.

L’enthousiasme du magnat des affaires à partager ses connaissances s’était clairement manifesté lors d’un débat largement diffusé avec le PDG de Tesla, Elon Musk. Cette conversation à l’allure décontractée avait porté sur l’intelligence artificielle, le voyage spatial, la colonisation d’autres planètes, la santé, le futur du travail, et bien d’autres sujets cruciaux. Jack Ma était animé et l’on avait l’impression qu’un poids lui avait été retiré des épaules. L’enseignant en lui resplendissait. On aurait dit que ce débat était une prémisse au prochain chapitre de sa vie – partager ses expériences de vie et de travail avec tout un chacun.

Jack Ma a grandi dans une famille modeste en Chine communiste. Il est connu pour raconter aux gens comment il a raté par deux fois ses examens d’entrée à l’université et comment chacune de ses candidatures a été refusée après ses études, y compris celle pour travailler au sein de la chaîne de fast-food KFC.

L’histoire de Jack Ma est la quintessence de celles d’un homme parti de rien ayant fait fortune. Après de nombreux échecs, Jack Ma, avec une équipe décousue de 18 personnes et 60 000 $, a cofondé Alibaba dans la ville de Hangzhou en 1999. Aujourd’hui, seulement 20 ans plus tard, Alibaba – l’une des plus importantes entreprises au monde de vente au détail et d’e-commerce – peut se vanter de ses 101 000 employés et d’une valeur marchande de près de 420 milliards de dollars. La valeur nette de Jack Ma est estimée à plus de 40 milliards de dollars.

Jack Ma a été considéré comme une bouffée d’air frais dans la culture d’entreprise traditionnelle de la Chine conservatrice. Il a cultivé une image d’ambassadeur irrévérencieux pour l’entreprise. Jack Ma avait l’habitude d’effectuer des acrobaties exagérées, y compris une danse inspirée de Michael Jackson à une fête d’anniversaire d’Alibaba, et a même joué dans son propre film de kung-fu, Gong Shou Dao.

Il a été sous le feu des critiques pour ses vues sur la pratique controversée connue sous le nom de « 996 ». Ce nombre fait référence à la croyance de Ma selon laquelle tout le monde au sein de son entreprise devrait être heureux de travailler de 9 heures du matin à 9 heures du soir, six jours par semaine. Lors de la célébration de multiples mariages (102 couples) au siège de son entreprise, Jack Ma avait enjoint son personnel fraîchement marié de prendre part à un « marathon du sexe » pendant six jours.

 « Au travail, nous mettons l’accent sur l’esprit du 996. Dans la vie, il faudrait suivre le 669 », avait-il dit.

Selon certaines rumeurs, le départ à la retraite de Ma serait dû à des tensions avec le Parti communiste chinois, en raison de son pouvoir et de son influence, ainsi qu’à l’examen minutieux des entreprises technologiques par le gouvernement et au resserrement de son emprise sur les entreprises privées. Le Washington Post avait rapporté que d’éminents entrepreneurs chinois qui avaient reçu l’attention de la presse étaient plus susceptibles d’être l’objet d’une enquête ou d’être arrêtés, par rapport à ceux qui se tiendraient loin de la couverture médiatique. Jack Ma avait déclaré en 2016 à un groupe d’enseignants d’une région rurale : « Je pense que parmi les hommes les plus riches en Chine, peu d’entre eux finissent bien ».

Homme d’affaires avisé, Jack Ma sait quand s’en aller en gagnant, en héros populaire et en exemple brillant de ce que les gens peuvent accomplir.