Pour la quatrième année consécutive AI for Health réunissait les acteurs de l’intelligence artificielle et les professionnels de la santé en France. L’objectif étant de rassembler des start-ups, des laboratoires de recherches pharmaceutiques, des institutions académiques et des industriels pour les sensibiliser à l’utilisation de l’intelligence artificielle et à l’impact de l’ AI dans l’univers médical pour démocratiser l’utilisation de cette technologie à des fins de progrès médicaux.


À l’initiative de cet événement en partenariat avec Janssen, Damien Gromier, CEO de Startup Inside et auteur de l’intelligence artificielle en action et Stephanie Trang, directrice général pour AI for Health nous éclairent sur cette rencontre qui a pour objectif de placer la France au cœur du développement médical.

 

En 4 ans, avez-vous vu l’impact de cet événement dans les progrès médicaux ?

Damien Gromier : Effectivement, en 4 ans, beaucoup de choses ont évolué. Quand on a commencé en 2018, tout ce qui pouvait être dit dans nos conférences était très prospectif, c’est-à-dire qu’il n’y avait pas encore de cas d’usage concret ou abouti. Aujourd’hui nous voyons que nous avons des cas d’usage complètement abouti qui existent et où l’AI rentre dans l’univers de la santé.

Stephanie Trang : Oui, en quelques années, l’écosystème a grandi, les start-ups sont devenues matures et leurs cas d’usages fonctionnent. Lifen qui automatise la centralisation des données dans le domaine hospitalier par exemple, à lever 50 millions d’euros il y a quelques jours. Le fondateur de Lifen était venu presque il y a quatre ans en conférence, il avait annoncé la création du service Lifen. Aujourd’hui, il est venu parler de sa solution et nous dire qu’elle fonctionne.

 

En quoi l’intelligence artificielle peut apporter une aide au monde de la santé ?

Damien Gromier : L’intelligence artificielle, c’est un outil comme un autre qui va permettre aux professionnels de santé de se concentrer plus encore sur le patient, grâce aux outils que les start-ups développent, par exemple pour tout ce qui est administratif aujourd’hui nous avons des solutions qui permettent aux hôpitaux de centraliser toutes leurs données, ainsi, on sait exactement quels lits sont libres par exemple. Je pourrais aussi vous parler des jumeaux numériques pour les essais cliniques qui éviteraient d’utiliser des humains pour les essais cliniques, etc. In fine, les professionnels de santé ont besoin d’être rassuré, l’AI est un outil qui va leur permettre de diagnostiquer mieux, plus vite et avec plus de précision leurs patients.

 

Pourquoi avez-vous décidé de créer un événement comme AI for Health ?

Damien Gromier : Il y a quatre ans, il y avait déjà des start-ups qui développaient de l’intelligence artificielle pour la santé. Mais souvent, ces start-ups étaient early stage qu’il n’avait pas encore levée d’argent qui n’avait pas encore de cas d’usage abouti. Par conséquent, nous avons créé un événement pour faire la rencontre entre les start-ups, les investisseurs et les professionnels de santé pour qu’à terme grâce aux solutions créées par les start-uppers, on fasse avancer la médecine grâce à l’intelligence artificielle. Faire cet événement à la STATION F, c’est aussi un moyen de montrer que nous sommes là où l’écosystème grandit.

 

Quels sont les enjeux à venir de l’IA dans le domaine de la santé ?

Stephanie Trang : L’enjeu principal de l’AI dans le domaine, médicalement, est de démocratiser les solutions mises en place. Par exemple à l’hôpital Adolphe de Rothschild de Paris, des professionnels de santé et d’intelligence artificielle ont développé une solution pour détecter la rétinopathie diabétique. Cette solution existe, elle fonctionne. Elle est utilisée dans cet hôpital. L’objectif aujourd’hui est de la démocratiser partout en France, et dans le monde. Notre but avec AI for Health est de faciliter la démocratisation.
La seconde mission que nous nous donnons avec cette conférence, c’est de permettre et d’encourager l’émergence de champions français et européens. L’enjeu, aujourd’hui, est que la France qui aspire à devenir l’un des leaders de la gestion et du partage de données de santé au service du bien commun arrive à atteindre ses objectifs 

<<< À lire également : Départs En Vacances : L’Intelligence Artificielle Peut-Elle Sauver Des Vies ? >>>