Hong Kong a interrompu mercredi le déploiement du vaccin Covid-19 fabriqué par Pfizer-BioNTech après que son distributeur chinois a informé le gouvernement qu’un lot de vaccins avait des couvercles de flacons défectueux. C’est la première fois que le déploiement du vaccin à ARNm est entravé par un problème de fabrication.

 

Principaux faits

  • Selon un communiqué de presse du ministère de la Santé de Hong Kong, la suspension a pris effet immédiatement après que le gouvernement de la ville a été informé du défaut et elle restera en vigueur pendant que BioNTech et son partenaire chinois Fosun Pharma enquêtent sur le problème.
  • BioNTech et Fosun n’ont cependant trouvé aucune raison de penser que le défaut ait pu causer un quelconque problème de sécurité, mais l’utilisation du vaccin sera interrompue par mesure de précaution, ajoute le communiqué.
  • Les couvercles défectueux ont été découverts dans un lot particulier – numéro 210102 – mais la suspension sera également en vigueur pour l’autre lot – numéro 210104 – que Hong Kong a acquis auprès de BioNTech.
  • Macao, qui administre également le vaccin Pfizer-BioNTech, a déclaré que ses résidents ne recevraient pas de vaccins provenant du lot concerné, selon l’Associated Press.
  • La suspension du vaccin Pfizer-BioNTech signifie que le vaccin Sinovac de la Chine sera la seule option disponible pour les résidents de Hong Kong.

 

Chiffre important

403 000. C’est le nombre total de personnes à Hong Kong qui ont reçu au moins une dose d’un vaccin Covid-19, a annoncé le gouvernement de la ville mardi soir. Parmi elles, environ 150 200 ont reçu le première dose du vaccin Pfizer-BioNTech tandis qu’environ 252 800 ont reçu la première dose du vaccin Sinovac.

 

Le contexte

En janvier, Hong Kong a délivré une autorisation d’utilisation d’urgence pour le vaccin Pfizer-BioNTech. L’approche du gouvernement de la ville s’écartait de celle de la Chine continentale, qui n’a approuvé que l’utilisation de vaccins développés au niveau national. Hong Kong a également approuvé le vaccin Sinovac fabriqué en Chine, mais des sondages suggèrent que ses habitants lui font moins confiance. Selon une enquête publiée en janvier, 56% des personnes étaient prêtes à recevoir le vaccin Pfizer-BioNTech, contre 29,5% seulement pour le vaccin Sinovac. Cette méfiance à l’égard des vaccins fabriqués en Chine survient à un moment où Pékin s’affirme de plus en plus dans la région administrative spéciale et prend des mesures pour réprimer les manifestations anti-gouvernementales et pro-démocratie.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Siladitya Ray

 

<<< À lire également : Macron (re)lance la bataille du vaccin | Discord affole les compteurs | Le Stade de France, nouveau “vaccinodrome” >>>