Steve Bartel a pu constater par lui-même l’importance du recrutement. En 5 ans chez Dropbox, il a engagé près de 1 000 collaborateurs. C’est la raison pour laquelle, avec Nick Bushak, son ami de l’université du MIT, ils ont décidé de fonder GEM. 4 ans après, leur start-up  lève 100 millions de dollars et devient une licorne.


“Être une licorne”. Si ce concept fait rêver de nombreux enfants depuis longtemps, les entrepreneurs rêvent désormais de voir leur start-up en devenir une. Pour gagner ce titre prestigieux, une start-up doit valoir plus d’un milliard de dollars. Depuis qu’elle a levé 100 millions de dollars lors de la dernière levée de fonds menée par la société d’investissements ICONIQ Capital, la plateforme de recrutement GEM peut se targuer de faire partie du très privé « Unicorn Club ».

Revalorisée à plus 1,2 milliard de dollars, GEM est la dernière start-up à rejoindre le cercle très fermé des licornes. Gem est une plateforme de recrutement tout-en-un qui s’intègre aux réseaux sociaux professionnels comme LinkedIn, à Gmail, Outlook, et permet aux équipes de recrutement de classe mondiale de trouver, d’engager et d’entretenir les meilleurs talents. 

Ancien ingénieur de Dropbox et co-fondateur de GEM, Steve Bartel estime que l’entreprise d’aujourd’hui se mesure au nombre et à la qualité des talents qui y travaillent. « Les entreprises sont plus que jamais en compétition pour les meilleurs talents, et notre vision chez GEM est de devenir la « Salesforce pour l’embauche».

Celui qui considère désormais le recrutement comme une vente de talents a déclaré que son entreprise n’a pas besoin de financement, mais qu’elle a trouvé ” des investisseurs que nous aimons” car le partenariat de l’entreprise avec des investisseurs tels que ICONIQ et Sapphire permettra à Gem de “doubler sa croissance, de  s’étendre à d’autres domaines et de poursuivre ses premiers succès dans le secteur des entreprises”.  “Gem envisage une expansion internationale et de nouveaux investissements dans les produits”, a-t-il ajouté.

 

<<< À lire également : DOSSIER Next 40 | Mirakl, déjà leader mondial des places de marché… Et ce n’est pas fini ! >>>