Un peu plus d’un mois après son lancement, la start-up de livraison de produits alimentaires Dija se développe en dehors du Royaume-Uni avec des opérations à Paris et à Madrid.

 

Dija, qui a levé 20 millions de dollars auprès de Blossom Capital et d’Index Ventures, affirme pouvoir livrer des produits d’épicerie dans les villes en 10 minutes.

Elle exploite de petits entrepôts stratégiquement placés dans les quartiers des villes pour s’assurer qu’elle peut livrer des produits d’épicerie et des marchandises dans les délais serrés qu’elle promet. Elle a d’abord été lancée dans certains quartiers de Londres.

À Paris, la start-up se lance dans les quartiers de Montmartre et du Marais et affirme qu’elle couvrira 80% de Madrid. Elle a déclaré qu’elle prévoyait de se lancer dans davantage de villes françaises et espagnoles dans les semaines à venir.

« La France et l’Espagne marquent les premières étapes de notre voyage d’expansion, mais nous sommes déjà en train de nous étendre à de multiples nouveaux marchés », a déclaré le PDG Alberto Menolascina. « Nous voulons être une entreprise mondiale au service de dizaines de millions de clients dans le monde entier ».

L’entreprise a également l’intention de se développer au Royaume-Uni et prévoit de se lancer prochainement à Cambridge.

La promesse de Dija de livrer des produits d’épicerie en 10 minutes sera un slogan familier. Plusieurs start-up européennes ont vu le jour au cours de l’année dernière, soutenues par la forte demande de commandes de produits d’épicerie en ligne pendant la pandémie, affirmant pouvoir livrer les marchandises en 10 ou 15 minutes.

La société berlinoise Gorillas a levé 290 millions de dollars le mois dernier, ce qui lui a permis d’atteindre une valorisation d’un milliard de dollars en moins d’un an. Le tour de table a été mené par Coatue Management, DST Global et Tencent.

Des start-up similaires à Londres, comme Jiffy et Weezy, ont levé des fonds plus modestes mais ne sont pas moins ambitieuses dans leurs objectifs de livraison.

Des entreprises bien établies, comme Glovo, se sont également lancées dans la livraison ultra-rapide en investissant dans des « dark stores », tandis que l’entreprise turque Getir s’est récemment implantée sur le marché très disputé de Londres.

Selon Alberto Menolascina, ces services ont été motivés par une demande croissante et des attentes plus élevées de la part des consommateurs pour des livraisons plus rapides.

« Où que vous pointiez votre doigt sur une carte, les problèmes liés à l’achat de produits d’épicerie sont les mêmes : longs délais de livraison, articles manquants, substituts et files d’attente. Notre approche hyper-locale, associée à notre technologie de pointe, résout tous ces problèmes à la fois », a-t-il déclaré.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Jonathan Keane

 

<<< À lire également : L’introduction en bourse de Deliveroo valorise la start-up britannique de livraison de repas à 12 milliards de dollars >>>