Un essai clinique mené en Chine sur l’efficacité du médicament antiviral remdésivir contre le Covid-19 montre que celui-ci ne présente pas d’intérêt contre le virus. À la suite de cette annonce, les actions du laboratoire Gilead Sciences, qui fabrique le traitement, ont largement chuté, alors que la direction nie les résultats de l’étude chinoise.

L’OMS a publié par erreur une ébauche de résumé de l’essai clinique en question, avant de supprimer le document quelques heures plus tard. Un porte-parole de l’organisation a indiqué que la publication était encore en train d’être examinée et finalisée.


Gilead Sciences a toutefois contesté l’étude dans une déclaration par courriel, jugeant les résultats « non concluants » et rappelant que l’essai clinique s’est terminé prématurément, avec des effectifs réduits. Le laboratoire indique aussi que certaines tendances suggéraient un effet positif du traitement pour les patients ayant pris du remdésivir de façon précoce.

Mais malgré les contestations du laboratoire américain, l’action Gilead a tout de même chuté de 8 % pour atteindre 75,37 $, avant de se redresser légèrement à 77,78 $.

Si l’essai clinique s’est terminé prématurément, c’est parce qu’il était devenu trop difficile pour le laboratoire de recruter de nouveaux patients en Chine, où les cas sont en baisse. Les résultats ont toutefois indiqué des différences statistiquement non significatives entre les patients qui sont décédés un mois après avoir pris du remdésivir (13,9 %) et les patients du groupe témoin (12,8 %).

Vendredi dernier, la fuite de l’essai clinique récupéré par le site d’information de la santé STAT News a révélé « une récupération rapide de la fièvre et des symptômes respiratoires », faisant bondir de près de 10 % l’action Gilead. Cependant, il est à noter qu’il ne s’agissait pas d’un essai randomisé.

D’autres essais cliniques sont actuellement menés aux États-Unis sur le remdésivir, dont certains en partenariat avec l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID).

Le Dr Merdad Parsey, médecin en chef de Gilead Sciences, a déclaré à Forbes : « Les résultats de cet essai en Chine s’ajoutent à un ensemble croissant, mais encore peu concluant de preuves sur le remdésivir. Le remdésivir est un produit de recherche non approuvé, et la sécurité et l’efficacité de ce traitement contre le Covid-19 ne sont pas encore connues ».

Mardi, l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, dirigé par Anthony Fauci, un médecin américain éminent spécialiste des maladies infectieuses, a publié des directives rappelant qu’il n’existe toujours pas de traitement prouvé comme efficace contre le coronavirus. Il a également déclaré qu’il n’y a pas suffisamment de preuves pour affirmer que le médicament antipaludéen, l’hydroxychloroquine, fonctionne, bien que Donald Trump l’ait insinué lors d’un point presse à la Maison-Blanche. Quelle que soit l’issue des essais cliniques menés sur le remdésivir et l’hydroxychloroquine, ces traitements ne seront en aucun cas préventifs. Ceci serait plutôt le rôle d’un vaccin, mais il ne devrait pas être disponible avant un an au mieux.

Depuis le début de la pandémie, les essais cliniques sur les traitements potentiels du coronavirus ont pris une tournure politique. Mercredi, le Dr Rick Bright (qui était jusqu’à mardi le directeur de l’agence fédérale américaine chargée du développement d’un vaccin) a déclaré dans le New York Times que sa mise à pied avait été motivée par des raisons politiques. Le médecin avait en effet fait part de son scepticisme à l’égard des traitements non approuvés, dont le gouvernement Trump vante l’efficacité. Caitlin Oakley, porte-parole du département de la Santé et des Services sociaux des États-Unis, a déclaré à Forbes : « En ce qui concerne la chloroquine, c’est le Dr Bright qui a demandé une autorisation d’utilisation d’urgence à la Food and Drug Administration pour utiliser les dons de chloroquine faits par Bayer et Sandoz sur des patients atteints du Covid-19 ».

On compte à ce jour 2,7 millions de cas confirmés, et plus de 190 000 décès dans le monde entier des suites du coronavirus.

 

<<< À lire également : Les Véhicules Autonomes Pour Livrer Du Matériel Médical >>>