Sur quinze personnes intéressées par le rachat d’entreprise, une seule finira par conclure la transaction. Si cela donne à réfléchir, en fait tout est logique lorsque l’on y regarde de plus près. Vous trouverez ci-dessous 6 raisons qui expliquent ce chiffre intéressant.

 


La plupart des entreprises mises en vente sont sans intérêt

Il existe de nombreuses bases de données qui présentent des milliers d’entreprises à vendre, mais seulement environ un tiers d’entre elles se vendront un jour. Le plus souvent, ces entreprises ne sont pas prêtes à être mises sur le marché, ou comportent tellement de problèmes que personne ne veut les acheter.

Si vous passez du temps à chercher une entreprise, vous constaterez probablement que les données financières initiales affichées ne peuvent pas être prouvées, mais aussi qu’il y a de gros problèmes de concentration de la clientèle, que les baux ne peuvent pas être renouvelés, ainsi que toute une flopée d’autres problèmes qui découragent les acheteurs potentiels.

La clef dans tout cela est de parvenir à trouver les entreprises à vendre qui en valent la peine. Mais même avec cette perspective, le taux de réussite est toujours très faible.

 

Nombre d’acheteurs ne savent pas quel type d’entreprise leur convient

Il s’agit de la principale raison pour laquelle les acheteurs individuels ne parviennent pas à conclure de transaction. Le secret est de déterminer le type d’entreprise qu’un acheteur est apte à exploiter. Pour cela, vous devez vous demander ce que vous faites le mieux : les ventes, l’exploitation, le marketing, la logistique, la planification ?

De même, quels sont les rôles qui ne vous correspondent pas ? Assurez-vous que l’entreprise que vous achetez ne nécessite pas de compétences qui vous sont inconnues, et n’essayez pas d’être ce que vous n’êtes pas. L’achat d’une entreprise n’est pas le moment d’apprendre sur le tas, et même si vous devrez évidemment vous familiariser avec la singularité de chaque entreprise, il vous faut déjà posséder le bagage nécessaire à l’exploitation et la croissance d’une société. Quelle que soit votre spécialité, vous devez vous en servir pour être le moteur principal des ventes de votre entreprise.

 

Personne ne vous donne de l’argent pour acheter une entreprise

Acheter une entreprise, ce n’est pas comme acheter un bien immobilier. Souvent, les biens durables sont limités et vous devrez vous-même garantir votre prêt. Les banques ne vous attendent pas les bras grands ouverts pour vous proposer un prêt afin d’acquérir une entreprise. Bien qu’il existe d’excellents programmes soutenus par le gouvernement, prenez le temps de bien connaître les critères d’emprunt avant de commencer votre recherche.

Par ailleurs, pour la vente de petites entreprises, le financement du vendeur représente la plus grande partie du prêt. N’ayez pas peur de vous retirer d’un contrat où le vendeur refuse de faire un solde de prix de vente. Après tout, cela indiquerait que le vendeur n’a pas confiance en l’avenir de l’entreprise, ou en vous en tant qu’acheteur, voire les deux.

 

L’entreprise parfaite n’existe pas

Vous voulez acheter l’entreprise parfaite ? Bon courage ! Les sociétés ont toutes des risques et des défauts. Si vous vous obstinez à rechercher l’entreprise parfaite, vous finirez par ne jamais en acheter. La clef est de déterminer le niveau de risque et d’incertitude que vous êtes prêt à accepter. C’est ce que font les entrepreneurs.

 

Le bon prix pour la bonne entreprise

Soyez prêt à payer plus cher pour une bonne entreprise et comprenez qu’une entreprise sans intérêt sera toujours trop chère. Bien sûr, vous souhaitez négocier la meilleure affaire possible, mais il faudra payer le prix juste.

Si vous voulez acheter une bonne entreprise avec des bases ultra solides, qui se négociera bien et qui pourra croître sous votre propriété, alors soyez prêt à sortir le chéquier. Croyez-nous sur parole, cela en vaut la peine.

 

Le temps et l’expérience engendrent la prudence

La plupart des acheteurs potentiels d’entreprise sont des primo-accédants. Ils n’ont jamais acheté de société par le passé et même s’ils ont le sens des affaires, ils n’ont aucune expérience du processus d’achat.

Ils passeront ainsi des heures à chercher sans fin des entreprises à vendre en essayant de trouver la bonne, mais le moment venu, ils ne seront pas capables de questionner le vendeur, de faire une évaluation exacte ou d’effectuer une vérification diligente pour ne laisser passer aucun détail. Les acheteurs potentiels novices penseront à tort qu’ils peuvent se fier à un courtier, un avocat ou un comptable pour faire leur travail à leur place, mais cela ne marche jamais.

L’achat d’une entreprise est une décision importante qui comporte de grandes possibilités d’amélioration lorsqu’il est bien fait, et d’horribles conséquences quand ce n’est pas le cas. Vous ne pouvez pas deviner à l’avance quelle est la voie à suivre, mais une chose est sûre : l’acheteur qui réussit aura pris le temps de se renseigner et de se faire aider par un conseiller expérimenté et impartial. Seul lui pourra déterminer quelle entreprise convient le mieux à ses compétences.

Si vous suivez ces conseils, vous ferez non seulement mentir les statistiques, mais vous deviendrez propriétaire d’une entreprise qui prospérera sous votre direction.