À la question de savoir quelle entreprise a été la première à créer un camion de transport de marchandises électrique autonome, la plupart des gens se trompent. Et si l’on demande quelle entreprise a été la première à créer un camion électrique autonome autorisé à circuler sur la voie publique, la plupart des gens se trompent également. Ce n’est pas Tesla, ni Waymo d’Alphabet, ni Uber, ni Lyft, ni aucun des grands constructeurs de voitures ou de camions.

 

Il s’agit d’Einride, une start-up suédoise qui a été fondée en 2016. Nous avons parlé à Linnéa Kornehed, 29 ans, cofondatrice et CMO d’Einride, qui figure sur la liste Forbes 30 Under 30, pour savoir comment ils ont réussi.

 

Quelques faits sur Einride

Fondée en 2016, Einride compte aujourd’hui une centaine de personnes et a levé un total de 41 millions de dollars de financement. Très bien pour une start-up, mais totalement incomparable aux nombreux milliards de dollars que toutes les grandes entreprises ci-dessus ont investi dans la conduite électrique et autonome. Et pourtant, c’est cette startup qui les a toutes devancées en mettant son premier camion sur la route, ou « Pod » comme Einride aime les appeler. Comme l’explique Linnéa Kornehed, « le lendemain du jour où Elon Musk a annoncé le lancement du Tesla Semi, nous avons lancé notre Pod ».

 

Si vous n’êtes pas déjà impressionné par cela, voici quelques faits supplémentaires sur Einride :

  • Nommée dans la prestigieuse liste annuelle de Fast Company des entreprises les plus innovantes au monde pour 2021 dans la catégorie « Transports ».
  • Gagnante du prix Edison 2020 pour les innovations et les innovateurs.
  • Gagnante du European Startup Prize for Mobility, un programme d’accélération et d’investissement fondé par l’UE pour les start-up qui innovent dans le domaine de la mobilité durable.
  • Répertoriée dans CB Insights Game Changers 2020 comme l’une des 36 start-up qui pourraient changer le monde.
  • Présente sur la liste 2020 Global Cleantech 100.
  • Première place dans la catégorie « Transport durable » et « Prix du public », dans le cadre du concours E-prize organisé par la société énergétique E.ON et Veckans Affärer.
  • Membre exclusif du Forum économique mondial Shaping the future of Mobility.

 

Les nombreuses marques qui ont déjà fait équipe avec Einride, dont Coca-Cola, Lidl, Oatly et Ericsson, et le fait qu’ils soient les premiers à établir un record pour un véhicule de fret électrique autonome sur la piste de course de Top Gear sont autant de preuves de leur force.

 

Le modèle commercial d’Einride

Einride n’est pas un fabricant de camions ordinaire. Il ne produit pas ses Pod, et ceux-ci ne sont pas à vendre. Semblable à une entreprise comme Apple, Einride est responsable de la conception, de la technologie et de la marque de ses camions, ainsi que du contrôle de la chaîne complète à laquelle elle sous-traite la production, l’assemblage et la logistique. Mais le plus important est sa plateforme logicielle. Comme l’explique Linnéa Kornehed, « au fond, Einride est avant tout une société de logiciels. C’est notre plateforme qui fait la différence ».

Einride a adopté un modèle de transport en tant que service (TaaS). Cela signifie que, en tant que client, vous n’achetez pas leurs produits, mais vous vous abonnez à un service mensuel. En d’autres termes, vous achetez un transport, plutôt qu’un véhicule. La raison de l’adoption de ce modèle commercial innovant réside dans les caractéristiques spécifiques de la conduite autonome et électrique.

Linnéa Kornehed : « La conduite autonome et la conduite électrique exigent toutes deux une planification minutieuse et systématique. La meilleure façon d’y parvenir est de le faire au niveau de la flotte, afin d’établir une planification globale qui soit efficace, sûre et qui utilise au mieux l’autonomie et les possibilités de recharge des véhicules ». Grâce à son modèle TaaS, à sa plateforme logicielle et à sa « salle de contrôle », Einride peut planifier beaucoup plus efficacement que les entreprises de transport individuelles ne pourraient le faire – et ainsi les aider à économiser de l’argent et à réduire les émissions.

 

Quelle sera la prochaine étape ?

Lorsqu’on demande à Linnéa Kornehed pourquoi elle s’est joint à Einride et quel est le moteur de l’entreprise, il n’y a aucun doute : les changements climatiques. Comme le poursuit Linnéa Kornehed, « le transport routier de marchandises est responsable de 7% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Et le volume de marchandises expédiées croît à un rythme de 3 à 4% chaque année ». Les camions électriques et autonomes, selon Einride, pourraient transformer le transport routier de marchandises tel que nous le connaissons en réduisant les émissions de CO2 de 90%. En outre, ils pourraient également réduire les coûts d’exploitation de 60% et améliorer radicalement la sécurité routière.

Lorsqu’on lui demande si la réduction des transports ne serait pas une meilleure solution, Linnéa Kornehed répond : « la logistique et les transports sont tellement importants dans l’économie mondiale actuelle. Nous ne voulons pas laisser tomber cela. Il en va de même pour les voyages, qui sont formidables. Nous devrions être capables de conserver tout cela, mais d’une manière responsable et durable ».

L’entreprise veut donner l’exemple et montrer que la transformation vers un transport de marchandises électrique et autonome est à portée de main. Comme ils le montrent, la technologie est là et les obstacles juridiques peuvent être surmontés. Certes, leur permis de circulation est très limité et restreint à une petite section d’une route publique en Suède. Mais cela signifie que le début est là, même en Europe où l’aspect juridique est un défi.

Pour l’avenir, les prochaines étapes d’Einride sont le démarrage de leurs activités aux États-Unis et l’expansion en Europe. Et, comme le conclut Linnéa Kornehed, « nous espérons montrer aux gens et aux entreprises qu’il est possible de changer les choses. Mais le changement ne se produit pas tout seul. En réalisant tout ce que nous avons accompli en seulement cinq ans avec notre start-up, nous espérons inspirer d’autres personnes à prendre leurs propres initiatives en matière de durabilité ».

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Jeroen Kraaijenbrink

 

<<< À lire également : La Ford Mustang Mach-E est là, et c’est la concurrente directe de la Tesla Model Y >>>