Cambridge Analytica, la société britannique controversée, a annoncé fermer boutique après avoir essuyé de nombreuses critiques durant de longues semaines, pour avoir mélangé les données des utilisateurs de Facebook et la politique américaine.

L’entreprise, qui est intervenue dans la campagne présidentielle de Donald Trump en 2016, en autre, et a recueilli des données de millions d’utilisateurs de Facebook sans leur accord, a annoncé mercredi, qu’elle allait « cesser immédiatement toutes activités », à la suite de l’examen approfondi de ses pratiques.


SCL Elections, la société mère de la société, basée au Royaume-Uni, a déclaré avoir déposé le bilan de la société Cambridge Analytica  et de certaines filiales américaines, en plus d’avoir ouvert une procédure d’insolvabilité en son nom au Royaume-Uni.

Dans un communiqué, la société explique que ces derniers mois, elle a été victime de « nombreuses accusations infondées, et malgré les efforts de l’entreprise pour rétablir la vérité, a été calomniée pour des activités qui sont non seulement légales, mais aussi reconnues comme courantes dans le domaine de la publicité en ligne, à la fois dans les domaines politique et commercial ».

Comme l’a remarqué le Wall Street Journal, l’entreprise met la clé sous la porte après des semaines de réactions violentes continues et de révélations quant à sa manière d’utiliser les données de Facebook, ainsi que les méthodes qu’elle a proposé pour assister les campagnes électorales.

En mars, le directeur général de Cambridge Analytica, Alexander Nix, a été suspendu de ses fonctions. L’entreprise déclarait alors avoir lancé une enquête indépendante sur ses performances et ses tactiques avec les clients potentiels.

La société a affirmé cette semaine lors d’une déclaration publique, qu’au regard de l’enquête interne maintenant achevée, elle avait « l’assurance que ses employés avaient agi de manière éthique et légale », mais qu’elle était dans l’incapacité de poursuivre ses activités car, toujours selon elle, le battage médiatique dont elle a été l’objet a eu pour effet de faire fuir ses clients.


La déclaration se poursuit : « Les dirigeants de Cambridge Analytica ont pris cette décision à contre cœur, mais ils reconnaissent que son impact sera encore plus grand auprès de ses employés dévoués, qui ont appris aujourd’hui, qu’ils allaient certainement perdre leur emploi, à cause des nuisances occasionnées par une couverture médiatique négative et injuste. Malgré ses conditions financières précaires, Cambridge Analytica souhaite remplir ses obligations envers ses employés, en respectant les délais de préavis, les conditions d’indemnités, ainsi que les droits inhérents au licenciement économique ».