Le conglomérat Berkshire Hathaway et l’une de ses filiales étrangères ont accepté de régler leur responsabilité civile potentielle pour 144 violations de la réglementation iranienne sur les transactions et les sanctions, a annoncé mardi le département américain du Trésor.

 


Principaux faits

  • Berkshire Hathaway a déclaré qu’il paierait au Trésor 4 144 651 dollars pour des violations présumées des sanctions sur le commerce iranien par sa filiale turque à 100%, Iscar Kesici, a déclaré le Trésor.
  • Entre décembre 2012 et janvier 2016, Iscar Turkey aurait violé les sanctions en vendant des outils de coupe et des inserts connexes à deux distributeurs turcs tiers sachant que ces marchandises seraient expédiées à un distributeur en Iran dont les clients incluent le gouvernement iranien.
  • Iscar Turkey, un fabricant d’outils de travail des métaux basé dans une zone industrielle à environ 56 km d’Istanbul, a pris des mesures pour couvrir les transactions avec l’Iran, notamment l’émission de fausses factures, la création de faux noms de clients et l’utilisation d’adresses mail privées pour empêcher Berkshire de détecter l’activité, selon le Trésor.
  • La filiale de Berkshire a finalement exécuté 144 commandes de marchandises qui ont été revendues et expédiées en Iran pour une valeur transactionnelle totale de 383 443 dollars, selon le Trésor.
  • Berkshire a volontairement divulgué les violations apparentes au Bureau du contrôle des actifs étrangers du Trésor en mai 2016 après avoir reçu une information anonyme sur les violations quatre mois plus tôt.
  • Les actions de Berkshire Hathaway sont en hausse de 0,3% en début d’après-midi mardi ; elles sont en baisse de près de 9% pour l’année.

 

Le contexte

Berkshire Hathaway a acheté 80% des parts de la société mère d’Iscar Turkey en 2006 dans le cadre d’une transaction évaluant l’entreprise à 5 milliards de dollars. Dirigée par Warren Buffett, l’entreprise a doublé son investissement en 2013, achetant les 20% restants pour environ 2 milliards de dollars, ce qui signifie que la valeur de l’entreprise a presque doublé en sept ans d’appartenance à Berkshire. À l’époque, Warren Buffett a salué Iscar comme une “entreprise véritablement internationale” et un acteur de premier plan dans son secteur, avec une exposition aux marchés européens, asiatiques et latino-américains, ainsi que des possibilités de croissance importantes aux États-Unis.

Créé en 1995 en réponse au programme nucléaire iranien, le Règlement sur les transactions et les sanctions concernant l’Iran interdit explicitement aux entités américaines, où qu’elles soient situées, de vendre ou de fournir des biens ou des services à l’Iran ou à son gouvernement.

 

Chiffre important

56,8 milliards de dollars. C’est le montant des recettes du deuxième trimestre de cette année que Berkshire a déclaré, en baisse de 10% par rapport à l’année précédente, mais conforme aux attentes des analystes. Alors que les actions de Berkshire se sont effondrées au milieu de la pandémie, la société a racheté pour 5,1 milliards de dollars d’actions.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Jonathan Ponciano

 

<<< À lire également : Exclusif : Le Milliardaire Qui Voulait Mourir Fauché… Est Maintenant Officiellement Fauché >>>