Le prix de l’or a baissé en raison de la hausse des taux d’intérêt annoncée par la Réserve fédérale des États-Unis dans l’attente d’une hausse de l’inflation, mais les performances du métal jaune dépendent d’un ensemble complexe de facteurs, notamment les rendements du Trésor, la masse monétaire et la force du dollar.

 

Faits marquants

  • Le prix de l’or est passé d’environ 1 895 dollars l’once le 11 juin à 1 765 dollars une semaine plus tard, soit une chute de 6,9 %, avant de remonter à 1 779 dollars mardi soir.
  • Mardi, l’or était en baisse de 14 % par rapport aux sommets historiques de plus de 2 067 dollars enregistrés en août dernier.
  • La baisse hebdomadaire du prix de l’or s’est accélérée mercredi après que la Réserve fédérale a prévu deux hausses des taux d’intérêt d’ici la fin de 2023 – des taux plus élevés ont tendance à nuire à la demande d’actifs durs comme l’or, qui ne portent pas d’intérêt.
  • Comme la Réserve fédérale envisage de relever les taux d’intérêt plus tôt que prévu, cela signifie qu’elle cherche à contrôler l’inflation plus tôt que prévu et comme l’or a historiquement servi de couverture contre l’inflation, « le marché considère cette nouvelle comme négative », a déclaré à Forbes Luke Lloyd, stratège en investissement chez Strategic Wealth Partners à Independence, dans l’Ohio.
  • « Une Fed plus belliqueuse, ce qui implique des taux d’intérêt réels plus élevés, et un dollar américain plus fort, sont deux facteurs qui font baisser le prix de l’or », a déclaré par courriel à Forbes Przemyslaw Radomski, PDG de la société de conseil en investissement Sunshine Profits.
  • Cependant, M. Lloyd pense que la Fed sous-estime actuellement l’impact de l’inflation et prévoit que la banque centrale deviendra « plus belliqueuse » au cours de l’année prochaine, signalant des hausses de taux d’intérêt encore plus tôt, peut-être l’année prochaine, ce qui est probablement négatif pour l’or, ce qui signifie qu’il ne voit pas le scénario actuel comme une opportunité d’achat.

 

Contexte clé

La semaine dernière, l’or a enregistré sa pire performance hebdomadaire en 15 mois en raison des craintes que la Fed ne relève les taux plus tôt que prévu. Mais George Milling-Stanley, stratège en chef pour l’or chez State Street Global Advisors, ne pense pas que la récente correction du prix de l’or soit une raison de s’inquiéter, car les prévisions de relèvement des taux de la Fed sont encore très lointaines. Il a déclaré au site d’information sur l’or Kitco.com qu’il considère la faiblesse actuelle du prix comme une opportunité d’achat. « Je vois beaucoup de ventes sous l’effet de la panique et je ne pense pas que cela puisse durer encore longtemps », a-t-il déclaré, ajoutant que les hausses de taux envisagées ne sont pas pour demain et que « beaucoup de choses peuvent se passer en deux ans ».


Fait surprenant

Bien que l’or performe généralement mal dans un environnement de hausse des taux, il arrive que cette corrélation ne s’applique pas. George Milling-Stanley a noté qu’entre décembre 2015 et décembre 2018, alors que la Fed se resserrait, le prix de l’or a en fait augmenté de 21 %, passant de 1 050 à 1 270 dollars.

 

Tangente

L’émergence de nouvelles classes d’actifs irrésistibles – et en croissance rapide – notamment les crypto-monnaies, a soulevé des questions sur la popularité des investissements traditionnels comme l’or. Cependant, Luke Lloyd souligne que les crypto-monnaies sont une classe d’actifs « très spéculative », tandis que l’or est une alternative beaucoup plus sûre et beaucoup moins volatile. M. Lloyd concède que si le bitcoin et d’autres crypto-monnaies pourraient éventuellement servir de couverture contre l’inflation, comme l’or, en raison de leur offre limitée, le prix du bitcoin est influencé par trop de facteurs extérieurs (préoccupations réglementaires, adoption par les entreprises et création par les gouvernements de leurs propres actifs numériques) pour être considéré comme une couverture contre l’inflation à l’heure actuelle. En tant que tel, l’or reste la couverture contre l’inflation « standard » et la fuite vers la sécurité, a ajouté M. Lloyd.

 

À surveiller

George Milling-Stanley prévoit que l’or dépassera les 2 000 dollars d’ici la fin de l’année et il n’est pas convaincu que la Fed relèvera ses taux même si l’inflation grimpe dans les années à venir. Ajoutant que les programmes d’infrastructure de plusieurs milliards de dollars du président Joe Biden entraîneront des déficits croissants, les taux d’intérêt devront rester bas. En revanche, Luke Lloyd prévoit que l’or finira l’année à 1 700 dollars. M. Radomski, quant à lui, s’attend à ce que l’or continue de baisser au cours des prochains mois, jusqu’à 1 500 dollars, voire moins, avant de remonter dans la fourchette des 1 800 dollars d’ici la fin de l’année.

 

Nombre important

5,000%. C’est le pourcentage d’appréciation de l’or depuis janvier 1970, contre un gain de 4080 % pour l’indice Dow Jones.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Palash Ghosh

<<< À lire également : L’or et l’immobilier restent plus que jamais les placements préférés des Français

>>>