Un terrible séisme a frappé la partie ouest d’Haïti faisant au moins 1 300 morts. Le bilan pourrait encore s’alourdir. Selon l’U.S. Geological Survey (USGS), le pays pourrait enregistrer des dizaines de milliers de morts. Les images dévastatrices du séisme ont fait le tour du monde et rappellent le terrible tremblement de terre de 2010.

 

Un séisme d’une magnitude de 7,2 sur l’échelle de Richter a frappé le sud-ouest d’Haïti vers 8 h 30 samedi 14 août. L’épicentre se situait en plein cœur de la péninsule de Tiburon. Des dégâts importants ont été signalés dans cette région du pays, qui se trouve à environ 160 km de Port-au-Prince.

Le Premier ministre, Ariel Henry, a déclaré l’état d’urgence pour une durée d’un mois. Il a également indiqué sur Twitter qu’il prévoyait de se rendre dans les régions les plus touchées du pays. Selon les données de l’USGS, la probabilité que le bilan humain atteigne au moins les 10 000 morts est de 70 %.

Plusieurs répliques importantes, dont une d’une magnitude de 5,2, ont été signalées depuis le séisme initial. Le sismologue en chef d’Haïti a déclaré au Miami Herald qu’il était demandé à la population de rester à l’extérieur des bâtiments pendant que les évaluations sont effectuées pour déterminer si les structures sont sûres.

« Je fais appel à l’esprit de solidarité et d’engagement de tous les Haïtiens, afin de s’unir pour faire face à cette situation dramatique que nous vivons actuellement », a tweeté Ariel Henry. « L’union fait la force. »

Avec une magnitude de 7,2, le séisme de samedi a surpassé le précédent séisme de 2010 (7,0 sur l’échelle de Richter) dont le bilan s’élevait à 100 000 décès. L’épicentre de ce séisme n’était qu’à environ 26 km à l’ouest de la capitale.

Les dernières semaines ont été tumultueuses en Haïti après l’assassinat du président Jovenel Moïse le 6 juillet, dont le mobile demeure toujours inconnu. La présidence de la nation est désormais entre les mains d’Ariel Henry, qui est devenu Premier ministre et président par intérim d’Haïti le 20 juillet. Le gouvernement d’Ariel Henry a activé le programme d’intervention d’urgence et a évalué les dégâts dès samedi. L’île d’Haïti est extrêmement exposée aux catastrophes naturelles. Il s’agit de la nation la plus pauvre de l’hémisphère occidental, et de nombreuses structures ne sont pas construites selon les normes sismiques. Or, le pays est situé le long de lignes de failles majeures.

À partir de lundi 16 août, Haïti devrait également être frappée par la tempête tropicale Grace.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Nicholas Reimann

<<< À lire également : Des prévisions économiques favorables | Le variant Delta inquiète | Haïti endeuillé >>>