La crise sanitaire a fortement fragilisé l’économie et les entreprises françaises. Pour surmonter les restrictions de distanciation physique, de nombreuses mesures d’accompagnement ont été prises pour soutenir la transition numérique des TPE/PME. Il faut désormais poursuivre ces efforts pour soutenir durablement la relance.
 

Le retard pris par la France

C’est un fait documenté, en matière de numérique, la France est loin derrière les pays les plus performants de l’Union Européenne et la crise sanitaire a révélé à tous le retard des entreprises françaises. Avant même le début de la crise, la Banque Européenne d’Investissement pointait en 2019 le retard des entreprises européennes concernant l’adoption des technologies numériques par rapport aux Etats-Unis. Pire encore, le rapport montrait clairement le retard pris par la France par rapport aux autres entreprises européennes quels que soient les secteurs ou la taille des entreprises concernées. La France apparaît ainsi majoritairement en retard en ce qui concerne l’offre de contenus offerts et la communication en ligne.
 
Source : EIBIS vague 2019. Remarque : Une entreprise est identifiée comme numérique si elle a mis en œuvre (ou organisé l’ensemble de l’entreprise autour) au moins une technologie numérique. Small : entreprises de moins de 50 employés ; Large : entreprises plus de 50 employés.
 

Beaucoup d’entreprises n’ont même pas un site web !

Le numérique révolutionne le monde du travail, les structures d’entreprise et les chaînes de valeur ainsi que l’innovation et les structures des places de marché. Alors que la numérisation de notre vie personnelle s’est accélérée, on constate un certain attentisme de la part des professionnels qui n’osent pas toujours investir dans le numérique pour leur activité, alors qu’ils utilisent eux-même quotidiennement internet. Environ 70 % ne disposeraient pas de site e-commerce. C’est sans doute l’un des plus grand paradoxe de la France : les Français sont majoritairement connectés mais les entreprises et les administrations accumulent un retard certain. On peut faire ses courses sur des plateformes américaines (ou chinoise) mais on ne lance pas de site web pour sa propre activité. Pourtant, la transformation digitale est essentielle pour accéder aux places de marché désormais dématérialisées et mondialisées. 
 
 

Soutenir durablement la numérisation de notre économie

La récente pandémie de COVID-19 est un sombre rappel de la pertinence et de la nécessité des technologies numériques, de la santé à la vente au détail, de la fabrication à l’éducation. Trop de TPE et de PME ont encore peur du web.  Si elles veulent survivre, les entreprises doivent accélérer leur transition numérique. Afin d’accompagner les petites entreprises dans leur démarche de digitalisation, l’Etat, les régions ainsi que d’autres acteurs ont mis en place différentes solutions pour les aider à maintenir ou développer leur activité en ligne. Malheureusement, trop d’aides sont circonscrites à la seule crise sanitaire. Pour les entreprises de moins 11 salariés, l’aide de l’Etat ne prend par exemple en compte que les dépenses engagées jusqu’au 30 juin 2021. Pourtant les entreprises sont loin d’avoir rattrapé leur retard. Faute d’incitations fortes, comme un crédit d’impôt pour les investissements numériques, la tentation est grande de revenir à la situation initiale.
 
 

Pour une France « 100 % connectée »

 
« La crise sanitaire aura été un révélateur de nos faiblesses. Il faut souhaiter que cette prise de conscience se transforme en plan d’action » Yves Jégo, ancien Ministre
La numérisation est une énorme opportunité et un défi qui est loin d’avoir d’avoir été relevé pour l’immense majorité des PME/TPE. A titre d’exemples, Facebook en association avec la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) a mis en place #SoutenonsNosTPEPME, Google France et la Fédération française des associations de commerçants (FFAC) ont créé Ma vitrine en ligne. Il conviendrait de soutenir durablement les actions visant à la création, la refonte ou l’optimisation d’un site internet ou d’un site d’e-commerce et aussi de continuer à soutenir des investissements pour la vente à distance et la commande à emporter de façon directe par les commerces pour éviter la cannibalisation de leur activité par de nouveaux intermédiaires. Un acteur tricolore, Hubside propose un éditeur de sites web Made in France simple à prendre en main pour les béotiens du web, qui permet de créer et de mettre en ligne son site rapidement, avec des templates développés pour s’adapter à tous types d’activité. La marque accompagne les entreprises dans leur projet de numérisation et d’optimisation de leur vitrine digitale pour booster leur business.

En définitive, le soutien aux petites et moyennes entreprises doit être encouragé de façon durable. Pour grandir et prospérer, ces dernières doivent impérativement continuer à se former au numérique, qu’il s’agisse d’animer leur vitrine en ligne, de rester pleinement maîtresse de leur relation client mais aussi de faire monter en compétence leurs employés. Il est en outre essentiel de promouvoir la création d’un nouveau mode de pensée axé sur l’innovation, l’envie de se surpasser et de redéfinir l’entreprise dans toutes ses dimensions.
Enfin, le soutien de l’Etat doit s’accompagner de formations adaptées pour que tous les citoyens puissent profiter de ces nouveaux services.