Tim Bray, ingénieur et vice-président de la division cloud computing d’Amazon, a démissionné et a écrit lundi un article sur son blog détaillant les raisons pour lesquelles il a quitté son poste très bien payé. Comme d’autres, il ne souhaite plus travailler pour l’une des entreprises les plus importantes du monde. Amazon a souvent été critiquée sur sa manière de traiter ses employés lors de la crise.

Mais Bray est loin d’être le seul vice-président d’Amazon à être mécontent du leadership de l’entreprise. Maren Costa, une conceptrice d’expérience utilisateur qui a été licenciée par Amazon en avril peu après avoir organisé un événement vidéo avec des ouvriers d’entrepôt, raconte que plus de quarante employés et cadres d’Amazon lui ont discrètement tendu la main depuis qu’elle a été licenciée. « Il y a des cadres qui me contactent pour me dire : “je vous soutiens, mais je ne suis pas prêt à rendre cela public parce que j’ai trop de choses en jeu” », explique Costa. « Et combien d’autres y en a-t-il dans la même situation ? »


Bray, le plus haut dirigeant d’Amazon à avoir quitté l’entreprise, était en colère contre la façon dont Amazon a fonctionné pendant la pandémie et en a parlé en détail dans son blog. « J’ai démissionné en désarroi devant le licenciement des employés d’Amazon qui dénonçaient la peur des employés d’entrepôt face au COVID-19 », a écrit Bray, dont le dernier jour chez Amazon était le 1er mai. « Le licenciement des dénonciateurs n’est pas seulement un effet secondaire des forces macroéconomiques, ni intrinsèque à la fonction des marchés libres. C’est la preuve que la culture de l’entreprise est imprégnée d’une certaine toxicité. Je choisis de ne pas servir ni boire ce poison. »

Parmi les dénonciateurs nommés dans l’article de Bray, qui ont été licenciés ces dernières semaines pour s’être exprimés, figurent les ouvriers de l’entrepôt Chris Smalls et Bashir Mohammed, ainsi que d’anciens employés d’Amazon tech comme Costa et Emily Cunningham, qui était également conceptrice d’expérience utilisateur dans l’entreprise. 


Bray est de loin l’employé d’Amazon le plus haut placé à avoir dénoncé publiquement son ancien employeur pendant la pandémie de coronavirus. Selon le blog de Bray, son départ lui a coûté plus d’un million de dollars avant impôts (921 000 euros avant impôts) en actions Amazon non acquises, mais « rester vice-président d’Amazon aurait signifié approuver des actions que je méprisais. J’ai donc démissionné. » 

Les employés des services technologiques s’expriment au nom de leurs homologues en partie parce que les ouvriers de l’entrepôt le leur ont demandé. Costa, qui travaillait dans l’entreprise depuis 15 ans avant d’être licenciée, explique que les employés de l’entrepôt ont contacté en mars les Amazon Employees for Climate Justice (AECJ), un groupe interne qu’elle a cofondé il y a deux ans, pour obtenir de l’aide et du soutien pendant la pandémie.

« Les travailleurs du secteur des technologies sont une ressource précieuse », déclare Costa. « Ils (la direction d’Amazon) nous considèrent comme moins sacrifiables que les employés des entrepôts parce qu’ils savent qu’ils ne peuvent pas simplement engager plus de personnes à nos postes si nous partons, étant donné l’expertise du secteur. Nous avons plus de moyens de pression, et c’est pourquoi les travailleurs du secteur technologique ont beaucoup plus de privilèges et de responsabilités pour s’exprimer. »

L’AECJ a organisé un appel vidéo d’une heure à la mi-avril au cours duquel les employés de l’entrepôt ont pu parler aux employés du secteur technologique d’Amazon qui étaient intéressés par les entendre directement.

L’invitation a été envoyée via le système de courrier électronique interne d’Amazon le vendredi 10 avril. « J’ai reçu 1 550 réponses positives un vendredi après-midi, alors que New York, l’Europe et l’Inde étaient déjà hors service », a déclaré Costa. « Amazon a supprimé le mail, a retiré l’événement des calendriers des personnes, et nous a viré Emily et moi (Cunningham) en quelques heures. » (Cunningham a également travaillé comme conceptrice d’expérience utilisateur chez Amazon et est l’une des principales membres de l’AECJ). Un porte-parole d’Amazon a déclaré que les deux femmes avaient été licenciées pour « violation répétée de la politique interne ».

Après avoir été licenciées, Costa et Cunningham ont continué à s’organiser. Elles ont prévu l’Amazon Sick Out pour le 24 avril, au cours duquel les employés techniques ont été encouragés à ne pas aller au boulot pour protester contre les conditions de travail de l’entrepôt. Un travailleur technique allemand, qui avait déjà remis une lettre de démission et prévoyait de travailler jusqu’à la fin mai, a été mis en « congé de jardinage » anticipé après que ce travailleur a envoyé un mail à des milliers d’employés d’Amazon pour promouvoir le Sick Out. 

« J’ai démissionné parce que je ne pouvais plus travailler pour cette entreprise », déclare l’employé allemand du service technologique. « Je suis un militant pendant mon temps libre et la contradiction entre mes convictions et mon travail devenait insupportable. J’étais juste trop triste et en colère en venant travailler tous les matins. »

Selon l’AECJ, plus de 500 travailleurs du secteur des technologies ont participé au Sick Out. Dans un communiqué du 24 avril, Amazon a déclaré : « Le fait est qu’aujourd’hui, à l’exception d’une poignée de nos 800 000 employés dans le monde entier, tous sont venus travailler comme d’habitude pour continuer à livrer au service des clients. Nos employés sont des héros qui se battent pour leurs communautés et aident les personnes à obtenir les articles essentiels dont elles ont besoin dans cette crise. La santé et la sécurité sont notre priorité absolue. Nous continuons à nous concentrer sur la protection des associés de notre réseau commercial grâce à des mesures étendues comprenant la distribution de masques de protection, de lingettes désinfectantes, de désinfectant pour les mains, la mise en place de contrôles de température, l’application de protocoles stricts de distanciation sociale et la reconnaissance de leurs contributions par une rémunération supplémentaire et des avantages de premier plan. »

L’action d’Amazon a augmenté de 28 % depuis la mi-mars, lorsque certaines régions du pays ont commencé à commander des produits de nécessité en réponse à la pandémie de coronavirus. Sa capitalisation boursière a atteint un sommet historique de 1,2 trillion de dollars (1,1 trillion d’euros) le 1er mai. 

Amazon a écouté et répondu aux protestations des travailleurs des entrepôts et des secteurs technologiques par des changements tels que l’augmentation temporaire des salaires de 2 dollars de l’heure jusqu’au 16 mai et la mise en place de nouvelles mesures de sécurité sur ses sites de distribution. Les « Amazonians », comme l’entreprise appelle ses employés, veulent cependant plus, notamment une augmentation permanente des salaires hebdomadaires, une plus grande transparence dans ses rapports COVID-19, des congés maladie annuels payés, et plus encore. 

Malgré le fossé qui existe aujourd’hui entre les salaires et le traitement des ouvriers des entrepôts d’Amazon et des employés du secteur technologique, les choses n’ont pas toujours été ainsi. À la fin des années 1990, les employés du secteur technologique de Seattle s’entassaient dans les voitures, les bus et les avions pour se rendre dans l’un des plus grands centres de traitement des commandes d’Amazon à Fernley, dans le Nevada, afin d’aider à emballer les articles pour la période des fêtes de fin d’année. Les travailleurs du secteur des technologies « se tenaient côte à côte avec les employés des entrepôts qui ramassaient, mettaient en boîte, emballaient et expédiaient les cadeaux de Noël. Jeff Bezos était même présent », explique Costa, qui n’était pas chez Amazon à l’époque, mais qui a entendu parler de cette tradition de vacances par des employés qui y étaient.

Il est de plus en plus difficile d’imaginer que Bezos, l’homme le plus riche du monde, fasse maintenant des cartons dans n’importe quel entrepôt d’Amazon. Le 9 avril, il a partagé un post Instagram de sa visite à un centre de gestion des commandes et à un marché Whole Foods (Amazon a acheté la chaîne d’épicerie pour 13,7 milliards de dollars en 2017), saluant ses employés de loin.

Le fondateur d’Amazon est connu pour avoir terminé chaque lettre annuelle d’actionnaires depuis 1997 en déclarant que « cela reste le premier jour » pour la société. « Jeff Bezos est si fier de dire que c’est toujours le premier jour, c’est son slogan », dit Costa. Mais avec cette nouvelle vague de défis lancés par ses propres employés, Costa pense différemment. « Ce sont des signes classiques d’une entreprise plantée le deuxième jour. » 

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Angel Au-Yeung 

<<< À lire également : Amazon : Un Employé Succombe Au COVID-19 >>>