La division indienne d’Amazon aurait exploité des données pour copier des produits et manipulé les résultats de recherche au profit de ses propres produits, a rapporté Reuters, ce qui va à l’encontre des politiques d’Amazon.


 

Faits marquants

  • Selon l’enquête de Reuters, qui a examiné des milliers de documents internes, Amazon aurait utilisé des données internes pour fabriquer et vendre des copies de produits de vendeurs tiers et manipulé les résultats de recherche afin de faire apparaître les produits de sa marque privée dans les trois premiers rangs sur Amazon.in.
  • Les pratiques présumées de l’entreprise ont été examinées par des cadres de haut niveau – l’ancien vice-président senior Diego Piacentini, qui dirigeait les activités internationales d’Amazon, et Russell Grandinetti, actuel vice-président senior d’Amazon International, selon Reuters.
  • Dans un cas, la division indienne d’Amazon avait prévu « d’utiliser des informations » provenant d’Amazon pour fabriquer et vendre des produits sous sa propre marque « Solimo », selon l’article.
  • Un porte-parole d’Amazon a déclaré à Forbes que les « affirmations sont incorrectes sur le plan factuel et non fondées » et a nié avoir renforcé l’exposition de ses produits de marque privée et utilisé des données internes. 

 

Fait surprenant

Le marché indien du commerce électronique devrait connaître un taux de croissance annuel composé d’environ 18 % et valoir 120,1 milliards de dollars (103,4 milliards d’euros) en 2025, selon les données de GlobalData. Gene Munster, associé directeur et cofondateur de la société de capital-risque Loup Ventures, a déclaré l’année dernière à Asia Squawk Box (CNBC) qu’il prévoyait que l’Inde représenterait jusqu’à 20 % de la croissance d’Amazon au cours des cinq prochaines années.

 

Contexte clé

En 2020, le Wall Street Journal a rapporté qu’Amazon aurait utilisé les données de tiers pour créer ses propres produits afin de concurrencer les articles les plus vendus. Amazon comptait 111 marques privées, proposant 22 617 produits début 2020, selon Dataweave. La moitié des produits privés d’Amazon concernaient des vêtements, des chaussures et des accessoires. Amazon a déclaré à plusieurs reprises qu’il n’utilisait pas de données internes et ne modifiait pas les résultats de recherche en faveur de ses propres articles. L’ancien PDG d’Amazon, Jeff Bezos, a réitéré cette position lors de son témoignage devant le Congrès en juillet 2020. Un mois avant le témoignage de Bezos, Amazon avait créé une unité de lutte contre la contrefaçon pour traduire en justice « les contrefacteurs qui tentent de référencer des produits contrefaits dans sa boutique », selon sa déclaration. Amazon fait l’objet d’une enquête antitrust aux États-Unis, en Europe et en Inde pour des pratiques anticoncurrentielles présumées.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Lisa Kim

<<< À lire également : Si, un Google ou un Amazon français sont possibles ! >>>