Depuis janvier 2018, WeMaintain s’attaque aux ascenseurs mal entretenus, un problème qui gâche la vie quotidienne de beaucoup aussi bien sur les immeubles de bureaux qu’en copropriété. Sa proposition de valeur est simple : des ascenseurs fiables grâce à des techniciens de proximité, dédiés à leur entretien, et des outils digitaux qui apportent de la transparence. Las des pannes sur les ascenseurs de son siège, AG2R LA MONDIALE considère rapidement le modèle de la start-up comme une alternative aux prestataires historiques.

Un an après, le grand groupe d’assurance et la start-up racontent le processus de décision et dressent un bilan plus que positif de leur relation.


WeMaintain a été officiellement lancée fin 2017 à Paris. Entre les retours intéressés des professionnels et les premières signatures de contrats, il y a un monde. Passer le cap n’est pas toujours évident pour des grands comptes qui s’interrogent sur la transformation digitale et qui cherchent des repères face à la démultiplication des start-up.

C’est AG2R LA MONDIALE qui ouvrira le bal des clients corporate de WeMaintain et avec un site tout particulier : son siège social situé au 104-110, boulevard Haussmann, en plein Paris !

Côté grand groupe, fixer des règles tout en restant agile

Nous sommes début mars 2018, les Directions des Achats et de l’Immobilier d’Exploitation décident de confier la maintenance des ascenseurs du siège à WeMaintain pour une reprise au 1er avril. “Nous avions déjà tout essayé et nous avons eu l’instinct que cela répondrait à notre besoin.” partage Pascal Folliot, le Directeur Achats du Groupe.

Nicole Subramaniyam, Responsable Achats Facilities, raconte la suite : “Avec WeMaintain, nous avons réussi à boucler la validation de la prise de décision, la négociation sur le prix et les clauses du contrat en un mois. Nous savons être rapides sans sacrifier nos exigences.”

Selon elle, toute stratégie qui intègre les start-up nécessite parfois de dévier des process habituels. La culture d’entreprise d’AG2R LA MONDIALE permet à ses équipes de s’accorder certaines libertés : elles ont de l’expérience et se font confiance.

Cette volonté d’agilité est diffusée par la Direction des Achats qui intègre sans cesse les fournisseurs les plus pertinents, dont des start-up. Aujourd’hui 50 start-up font partie de son comité d’innovation. “Mais attention, ce ne sont pas des jouets que l’on agite pour faire joli. Une start-up, c’est une entreprise, qui peut et doit nous apporter autant de valeur que les autres. Par conséquent nous lui fixons les mêmes niveaux d’exigence, cadres et process. Pour autant, cela n’empêche aucunement de nous adapter lorsque c’est nécessaire. C’est dans l’intérêt de tout le monde”, poursuit Pascal Folliot.

Les deux parties font rapidement le point sur cette phase de pré-contractualisation. Côté AG2R LA MONDIALE, “Le contrat et le prix étaient négociés. C’était positif. Nous n’étions pas dans une relation déséquilibrée où la start-up accepte pour faire plaisir ”.

Retour partagé côté WeMaintain. Un point d’amélioration est remonté : la longueur du contrat qui, bien que nécessaire, pourrait coûter cher à certaines start-up n’ayant pas les ressources juridiques en interne. Qu’à cela ne tienne, un nouveau contrat est mis en place trois mois plus tard pour les prochaines start-up avec lesquelles le groupe travaillera.

Bien entendu, le préalable à toute relation de ce type est que la start-up réponde à un besoin identifié du grand groupe. Ici, le problème était les ascenseurs : trop de pannes, de passagers bloqués, de devis sans explication de la part des anciens prestataires.

Au-delà des slides, s’adapter aux besoins de la vraie vie

Les choses ont été très vite. Au final seuls trois rendez-vous ont eu lieu avant la prise de décision.“ Nous ne voulons pas faire perdre de temps à qui que ce soit. Nous voyons beaucoup de start-up et savons maintenant déceler les plus sérieuses. Par exemple, Benoit Dupont, le CEO de WeMaintain, a fait plus de 10 ans chez le leader de l’industrie sur des postes à hautes responsabilités. Leur directeur technique a aussi une sacrée expérience. Également, la présentation mettaient en avant des choses simples et sensées. Je sentais que les slides se traduiraient dans la vraie vie sur site par des résultats concrets.” raconte Bertrand Camilli, directeur de l’immobilier d’exploitation du Groupe.

Tout de suite, le modèle prend. Un technicien est dédié aux ascenseurs du siège. C’est son site, sa responsabilité, et évidemment, son chiffre d’affaires. Il sait qu’il hérite d’une situation compliquée et que l’enjeu est de taille. WeMaintain lui donne le moyen le plus important pour faire face à ce défi : le temps. Finis les cadences infernales et les passages en coup de vent. Ce temps supplémentaire permet de réaliser de la maintenance préventive et de remettre en état les ascenseurs. Il dispose des meilleurs outils digitaux pour simplifier les tâches de reporting.

Très rapidement, il devient indispensable à la vie du site. Au moindre sujet technique, le responsable du siège appelle le technicien sans passer par WeMaintain.

“En janvier 2019, c’est lui qui était invité au siège pour la galette des rois et boire le champagne, pas moi. C’est exactement ce que nous voulons : remettre le technicien au cœur du service, proche des clients ! ” explique mi-amusé Benoit Dupont.

1 an après, retour d’expérience chiffré

Avant l’arrivée de WeMaintain, le site du siège d’AG2R LA MONDIALE connaissait de très nombreuses pannes et de longues périodes d’indisponibilité.“ Sur une période comparable, le nombre de pannes a été divisé par presque 8 sur les ascenseurs du siège. Je n’entends plus parler de ce sujet. Pour moi le pari est gagné ! ” constate Bertrand Camilli,

Benoit Dupont complète : “Personne n’est magicien. Il n’est pas possible de passer d’un site où certains ascenseurs ont plus de 30 pannes par an à une situation parfaite. En revanche, nous faisons deux choses qui améliorent considérablement et rapidement la situation. Tout d’abord, nous redonnons du temps aux techniciens : pas plus de 80 ascenseurs par technicien contre jusqu’à deux fois plus pour la concurrence. Et également, nous avons développé des outils digitaux simples qui permettent une transparence vis à vis des clients! ”

Perspectives

AG2R LA MONDIALE est satisfait et joue le jeu : ils le font savoir autour d’eux, servent de référents pour les potentiels clients, témoignent pour les investisseurs et même à la télé. La start-up capitalise ainsi sur le retour d’expérience avec ce client aussi renommé qu’exigeant.

D’autres grands comptes suivent sur des sites tout aussi stratégiques, puis ce sont les investisseurs qui emboîtent le pas pour une deuxième levée de fonds. En 14 mois, WeMaintain a levé 8,8M€, notamment auprès d’IdInvest Partners qui a investi chez les plus grosses start-up françaises.

Aujourd’hui, WeMaintain accélère sa croissance en Île-de France en même temps que le lancement à l’international pour accompagner certains de ses clients. Le succès rencontré démontre la validité du modèle.

Quant à la relation WeMaintain – AG2R LA MONDIALE, elle se poursuit de plus belle avec de nouveaux contrats à l’étude.

Pour en savoir plus

WeMaintain s’adresse aussi bien aux copropriétaires qu’aux professionnels (propriétaires et gestionnaires de biens immobiliers). Elle propose des services de maintenance et de travaux d’ascenseurs en Ile-de-France.

En 2018, elle a gagné trois prix dans trois concours sur trois continents : le MIPIM, Harvard ou encore la BFM Académie. Elle est notamment la première start-up européenne à gagner un prix au concours de start-up d’Harvard.

 

Pour changer de prestataire de maintenance, rendez-vous sur www.wemaintain.com