SoftBank serait sur le point de finaliser un accord visant à racheter les actions du co-fondateur de WeWork, Adam Neumann, et des premiers employés de l’entreprise pour seulement la moitié de ce que le géant japonais de l’investissement technologique a précédemment accepté, ce qui supprimerait un obstacle majeur à une nouvelle tentative de rendre publique la société de coworking.

 

Principaux faits

  • SoftBank envisage de dépenser 1,5 milliard de dollars pour récupérer les actions des premiers employés et investisseurs de WeWork, dont près de 500 millions de dollars seraient consacrés à l’achat des actions de Adam Neumann, selon le Wall Street Journal.
  • Ces deux chiffres représentent environ la moitié des montants initiaux que SoftBank, qui est l’investisseur dominant de WeWork, avait précédemment acceptés dans le cadre du sauvetage de la société après l’effondrement de son introduction en bourse, avant de se retirer en avril 2020.
  • Si les négociations, décrites par le Wall Street Journal comme « difficiles par moments », aboutissent, l’accord pourrait être finalisé en quelques jours.
  • L’accord fermerait la porte à la saga qui a commencé fin 2019, lorsque SoftBank a renfloué WeWork après l’échec de son introduction en bourse en septembre qui a vu Adam Neumann quitter la société, apparemment après avoir subi des pressions du président de SoftBank, Masayoshi Son, pour démissionner.

 

Le contexte

SoftBank aurait cité plusieurs enquêtes menées par les régulateurs sur la société dans sa décision de renoncer au rachat de Adam Neumann, ainsi que des premiers employés et investisseurs pour 3 milliards de dollars. Risquant de perdre jusqu’à 970 millions de dollars suite à la vente de ses actions, Adam Neumann a poursuivi le géant de l’investissement en mai dernier. WeWork serait en pourparlers avec deux sociétés d’acquisition à vocation spéciale pour entrer en bourse tout en contournant l’introduction en bourse traditionnelle.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Carlie Porterfield

 

<<< À lire également : Comment SoftBank Veut Redresser WeWork >>>