En temps normal, sans un confinement en famille, il est déjà suffisamment difficile de gérer une entreprise sans la pression d’une crise économique en plus. Il y a toujours des problèmes à résoudre, qu’il s’agisse de clients qui mettent la pression ou qui soient eux-mêmes sous pression, d’essayer de rester productifs chaque jour, de jongler entre les dépenses personnelles et professionnelles, de gérer des revenus qui peuvent fluctuer, ou encore d’obtenir un prêt à l’heure où de nombreux prêteurs se rétractent.

Mais aujourd’hui, de nombreux entrepreneurs travaillent à domicile avec leurs enfants confinés à la maison, et se retrouvent donc avec un rôle supplémentaire à plein temps dans leur agenda : à la fois professeur, coach, conseiller, etc. 


Dans cet article, huit entrepreneurs, à la tête de petites sociétés, qui font du télétravail avec leurs enfants, parlent des stratégies d’adaptation qu’ils ont développées pour gérer cette période complexe.

1. Organiser des réunions de famille

Margot Black, propriétaire de Black Ink PR

Mère d’un enfant de 13 ans

« Nous avons commencé à organiser des réunions de famille le dimanche (mon mari et moi d’abord, puis toute la famille) pour planifier et organiser la semaine. Nous discutons de ce qui nous attend (notre travail, nos besoins/programmes, les repas, l’exercice, le travail/les études, les tâches ménagères, les soins personnels) et nous établissons un plan de priorités pour la semaine. Cela nous a permis de nous concentrer à une période où nous n’avons pas beaucoup de possibilités à l’extérieur (école, sport, fêtes, etc.). 

Mon mari travaille dans le secteur de la santé et il est très occupé. Nos emplois sont donc intégrés dans le programme et nous avons aussi du temps libre et du temps de jeu. Nous nous appuyons sur le planning pendant la semaine, cela nous aide à savoir à l’avance à quoi chacune va ressembler, quels trous nous devons combler, et où nous pouvons mettre l’accent sur le travail ou la famille, mais aussi nous donner un peu d’espace physique, mental et émotionnel. Chacun a la possibilité de briller, de se concentrer et de passer du temps seul.

Le fait de disposer de ce temps de planification (le programme est ensuite consigné par écrit puis affiché sur le frigo) a été essentiel pour notre réussite au travail, dans la famille et à l’école. J’espère que nous continuerons tous à nous réunir le dimanche après la pandémie, car j’ai beaucoup plus de facilité à gérer la semaine maintenant. Nous nous sommes efforcés d’être prévisibles, pour ne pas avoir l’impression que tout se passe au hasard pendant cette période difficile, et nous avons également compris que nous devons tous conserver de bonnes habitudes de travail et nous réunir pour des moments de détente et de jeu en famille, dont nous avons grand besoin. »


 

2. Bloquer du temps pour les clients

Deana Jean, fondatrice et PDG de Intentional Excellence Consulting LLC

Mère de trois enfants de 4, 9 et 11 ans

Deana Jean doit relever un défi supplémentaire : son mari est militaire, et il n’est donc à la maison que quelques jours toutes les deux semaines. 

« Avant le Covid-19, je travaillais déjà à la maison, mais mes enfants étaient à la garderie et à l’école toute la journée. Nous avons fait quelques ajustements dans les circonstances actuelles :

  • Je bloque mon lundi, afin de pouvoir aider mes enfants à se lancer dans la semaine sans le stress des réunions, etc. ;
  • Je répartis mes baby-sitters, afin qu’elles soient là quelques heures par semaine pour occuper les enfants, et je réserve ces moments à toutes les activités en contact avec les clients ;
  • Les garçons les plus âgés (9 et 11 ans) s’entraînent à la lecture en passant un temps de lecture avec le benjamin, ce qui les occupe, mais participe aussi à leur enrichissement personnel. »

 

3. Retirer la télévision

Marina Vaamonde, fondatrice de PropertyCashIn.com

Mère de deux enfants de 5 et 7 ans

« La première chose que mon mari et moi avons faite quand l’école est devenue virtuelle a été de retirer toutes les télévisions de la maison. La plupart des parents considèrent que la télévision leur sauve la vie lorsqu’ils doivent occuper leurs enfants, mais je pense qu’elle a des répercussions négatives énormes sur leur comportement. 

Lorsqu’il y avait encore la télévision à la maison, je devais faire face aux problèmes suivants plusieurs fois dans la journée :

  • Les deux enfants me suivaient continuellement dans la maison en pleurnichant pour regarder la télévision. Je finissais par céder pour avoir un peu de calme.
  • Après avoir regardé un dessin animé pendant environ 10 minutes, les garçons commençaient à se battre pour la télécommande. Ils n’ont que deux ans de différence d’âge, mais ils ne voulaient jamais regarder les mêmes programmes.
  • Chaque fois que mon mari ou moi leur demandions d’éteindre la télévision, ils devenaient tous les deux grincheux et émotionnellement instables.

Se débarrasser de la télévision a non seulement résolu 85 % des problèmes que je vivais avec mes enfants, mais cela a aussi permis à mes deux garçons de jouer ensemble plus que jamais. 

Au début, mon plus jeune fils a été déprimé quand il a vu que les télévisions n’étaient plus là, mais son aîné ne s’est pas posé de questions. Au cours des six derniers mois, aucun d’entre eux n’a demandé quand les télévisions allaient revenir.

Nous ne laissons pas beaucoup de temps d’écran aux enfants, à moins que ce ne soit pour leurs devoirs. Voici quelques exceptions :

  • Ils adorent tous les deux le karaoké, alors je les laisse afficher sur mon ordinateur portable une liste de lecture de musique qui montre les paroles à l’écran pendant que la chanson joue.
  • Mon mari construit des avions RC, donc les garçons ont chacun le droit d’utiliser l’ordinateur pendant 15 minutes pour faire voler les avions grâce à un programme de simulation. 

Quitter le temps d’écran s’est avéré être la meilleure décision que nous ayons prise pour notre famille ! »


 

4. Faire l’école à tour de rôle

Kayla Harvey, fondatrice et directrice de Lunar Desk Management

Mère de trois enfants de 2, 10 et 13 ans

« Avant le Covid-19, mes deux enfants les plus âgés étaient à l’école, et le plus jeune était facilement pris en charge par mon mari et moi. Mais maintenant que l’école se fait à distance et que mon mari travaille à la maison, nous luttons pour trouver un équilibre entre l’éducation, l’enseignement et le travail à plein temps, avec cinq personnes constamment sous un même toit. 

Nous avons dû apprendre à planifier nos journées de manière à ce qu’un parent supervise les travaux scolaires des enfants pendant que l’autre travaille et passe ses coups de fil. Cela signifie que le “professeur” du jour doit rattraper sa journée de travail le soir, une fois les enfants au lit, ou pendant le week-end.

Je pense que beaucoup de gens pensent que le confinement signifie plus de temps et de liberté pour la famille, mais en réalité, j’ai l’impression que ma famille passe moins de temps de qualité ensemble alors que nous essayons de jongler seuls avec les responsabilités de chacun. »


 

5. Envisager un déménagement

Lindsay Lockhart, cofondatrice et chef d’équipe de Neocova

Mère de deux enfants de 6 et 9 ans

« Jusqu’à fin mai, je vivais dans un appartement avec deux chambres à coucher. Il était parfait pour ma petite famille, jusqu’à ce qu’il devienne le centre de notre univers. Après quelques longs mois, à travailler dans mon dressing, j’ai emménagé dans une maison ailleurs, pour être plus proche de mes parents et du système de soutien. Je me réveille un peu plus tôt pendant le confinement pour avoir le temps de boire mon café dans un endroit calme et de parcourir mes e-mails avant que les enfants ne se lèvent. 

Nous avons mis en place des “heures d’été” à Neocova, qui sont des blocs de temps sans réunions. J’en profite parfois pour sortir avec mes enfants, ou pour me promener seule. Pour les mères qui travaillent, le selfcare est plus important que jamais en ce moment. Enfin, même avec toutes ces stratégies, personne n’est parfait et nous ne pouvons pas tout faire. J’essaie de rester flexible, et si besoin est, j’annule une réunion. 

Je dois aussi admettre que nous avons adopté un chien pendant le confinement, qui nous permet de traverser ces moments de folie ! »


 

6. Accepter la baisse de productivité

Cindy Kang, cofondatrice de Hey Dewy

Mère de deux enfants de 10 et 12 ans

« Je crois vraiment que pendant cette pandémie, nous faisons tous de notre mieux. Il est donc important de se concentrer sur les priorités et de savoir que nous en ferons un peu moins que prévu chaque jour, et n’est pas grave. Avant la pandémie, j’avais l’habitude de cocher cinq à sept tâches sur ma liste de choses à faire dans la journée, et maintenant, pendant la pandémie, je suis contente lorsque je coche une à trois tâches, alors je me suis forcée à faire des to-do lists plus courtes. Une fois que j’ai compris ça, j’ai cessé de me sentir mal.

Sans les enfants à l’école, je suis constamment interrompue, donc je ne m’attends pas au même niveau de productivité qu’avant le Covid, et je me souviens que garder tous les humains et les animaux de la maison heureux et en vie est un énorme accomplissement.

Je trouve également que le selfcare est extrêmement important pour gérer mon équilibre entre vie professionnelle et vie privée de nos jours. Je prends du temps chaque matin et chaque soir pour ma routine de beauté. Je mets toujours des vêtements qui suscitent la joie, et je prends le temps de faire ma dévotion quotidienne et d’étudier la Bible. Je planifie des projets, comme le nettoyage de mon placard, le temps passé à faire des puzzles, la lecture de livres, les promenades : des choses qui me permettent de me reposer et de me ressourcer, mais aussi de me mettre au défi pour être la meilleure version de moi-même possible. Je crois honnêtement que lorsque vous vous épanouissez, votre gratitude grandit et vous êtes capable d’épanouir les autres.

C’est une période difficile. Mais je dois dire que ce temps passé avec ma famille n’a pas de prix. »


 

7. Respectez un planning

Aimee Grove, fondatrice et propriétaire de Smitten Communications

Mère d’un enfant de 13 ans

« Établissez un planning pour toute la famille qui s’articule autour des cours, mais qui va aussi au-delà. Par exemple, du lundi au vendredi, je me réveille à 6 h, je prends un café et je vérifie mes e-mails jusqu’à 7 h 30, heure à laquelle je réveille mon fils. Ses cours commencent sur Zoom à 8 h 15, ce qui lui laisse le temps de faire son lit, de prendre son petit déjeuner et de s’organiser avant de se connecter.

J’ai écrit son emploi du temps sur un grand tableau blanc dans sa chambre et dans mon calendrier Google, que je partage également avec mon mari, pour que personne n’ait à se demander à quelle heure il est censé être en cours. Nous déjeunons de 12 h à 12 h 45, puis mon fils dispose généralement d’une heure après les cours pour aller jouer au golf, à la guitare ou au base-ball (tous les cours en plein air).

Les devoirs sont faits en début de soirée, et puis il a du temps libre sur les écrans après le dîner et les devoirs jusqu’à l’heure du coucher à 21 h 30 tous les soirs ; les lumières sont éteintes à 22 h. Les écrans sont une distraction constante et privent mon fils de sommeil, je dois donc les lui enlever le soir avant le coucher, y compris son ordinateur portable de l’école, pour qu’il puisse bien s’endormir. »

 

8. S’autoriser des pauses

Mollie Krengel, Wild Bum 

Mère de trois enfants de 10, 13 et 13 ans

« Mes stratégies d’adaptation pour travailler à la maison avec trois enfants actifs et pleins d’entrain pendant une pandémie sont les suivantes : faire de l’activité physique une priorité. Pour moi, cela prend généralement la forme d’un sport comme la danse, qui est extrêmement cathartique. Mais cela implique aussi de sortir et de se rendre sur l’eau autant que je le peux (pour faire de la planche à voile, pêcher, faire du canoë avec mon mari) et de se promener. J’ai juste besoin de ce répit pour être plus patiente avec mes enfants et plus productive. Je reconnais que c’est plus difficile à faire quand les enfants sont plus jeunes, mais 30 minutes suffisent. 

Ensuite, trouvez-vous un bon thérapeute/business coach. J’ai décidé que 2020 serait l’année du travail acharné. Alors, pourquoi ne pas consacrer ce temps à m’améliorer, à me développer et à jeter les bases pour que, lorsque la vie reviendra à la normale, je sois une mère, une épouse et une entrepreneure en meilleure santé ?

Enfin, soyez bienveillant avec vous-même. Vous faites du mieux que vous pouvez. Travaillez lorsque vous vous sentez excité et inspiré, mais accordez-vous du temps pour ralentir ou faire une pause lorsque vous vous sentez frustré. Recadrez votre esprit pour profiter de ce ralentissement forcé comme une occasion d’être plus présent avec vos enfants. Au lieu de vous précipiter, organisez des jeux tant que vous en avez le temps ! »

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Gerri Detweiler

 

<<< À lire également : Télétravail, Parentalité Et Technologie Les Enjeux Du Confinement >>>