Depuis 1954, TASAKI transcende la joaillerie Japonaise. Dans une approche résolument audacieuse, la Maison cultivatrice de perles et diamantaire – Unique sur le marché – bouscule les codes de la haute joaillerie. Entre modernité et tradition, elle incarne ainsi la conception nippone de la beauté. Empreinte d’élégance et de subtilité, la griffe, au fil des saisons, réinvente la joaillerie pour parer la femme et la sublimer.

 


Les secrets d’un savoir – faire d’exception 

Maison familiale fondée en 1933, la joaillerie TASAKI est spécialisée dans les perles Akoya, joyaux symboliques d’un pays qui élève l’art de vivre à un niveau unique dans son approche incessante d’absolu. L’esthétisme japonais prend sa source dans la beauté de l’environnement naturel et du paysage marin de l’archipel. C’est dans cet esprit que les créations joaillières de TASAKI explorent les mille et une nuances de son terroir au service d’un idéal où se mêlent élégance, subtilité et sophistication. La culture perlière nippone prend son essor au XIXe siècle, quelques décennies plus tard, Shunsaku Tasaki fonde sa première ferme perlière en 1933. Considérée alors comme une tâche très agricole, le fils du fondateur lui souffle l’idée de transformer cette culture de matière première en une véritable richesse qui représenterait le savoir-faire japonais. En 1954, la Maison TASAKI se transcende en proposant ses propres produits issus de la culture perlière. La première partie du XXe siècle consacrée au développement du savoir-faire de la Maison amène TASAKI à s’atteler au déploiement d’autres techniques et à travailler sur différents types de perles à l’instar de la perle Mabé que le joaillier est le seul à exploiter. Un savoir-faire ainsi finement construit autour de la perle mais également au-delà. Depuis 1988, la Maison a étendu sa palette de techniques au diamant. Disposant aujourd’hui de son propre département dédié à la précieuse pierre, la griffe japonaise est l’une des rares Maisons à posséder cette spécificité. Renforcée par un partenariat avec l’illustre diamantaire De Beers, auprès duquel la Maison TASAKI achète et taille ses joyaux bruts en interne. Cette caractéristique a permis à la Maison japonaise de figurer parmi les joailliers les plus reconnus en termes de qualité et de techniques de pointe à l’échelon mondial.

 

La quête de modernité dans un milieu solennel 

Depuis les années 2000, la Maison TASAKI est marquée par la nouvelle plateforme conçue par son CEO Toshikazu Tajima, auparavant directeur des pôles japonais de Fendi et Dior. Ce dernier, malgré une volonté bien ancrée de développer la Maison à l’international, voulait sublimer la représentation de la Maison TASAKI. Une vision d’unicité dans un marché statutaire pour Toshikazu Tajima qui ne voulait pas être un n-ième concurrent du secteur, mais plutôt apporter quelque chose de différent. Réalisant que le marché de la joaillerie était en pleine transformation, le CEO de TASAKI a développé une nouvelle offre bâtie sur le bijou en tant qu’accessoire ou pièce de prêt-à-porter. Il fallait que
le bijou incarne une vision et pour cela, il a dépoussiéré l’univers de la perle en faisant appel à des créateurs de mode plutôt qu’à des designers de la joaillerie afin de développer différemment des produits pour qu’ils s’adaptent au corps de la femme et le subliment. La Maison TASAKI revendique ainsi une approche originale de la joaillerie, jouant entre racines traditionnelles japonaises et son avant-garde créative, renforçant ainsi son positionnement différenciant dans le marché de la Haute Joaillerie.

La plateforme de marque mise en place par Toshikazu Tajima a permis l’expansion à l’international que la Maison connaît depuis quelques années. Une internationalisation qui s’est amorcée en Chine, en Corée, à Singapour et à Taïwan, les marchés les plus proches, pour ensuite atteindre l’Europe depuis 2016 avec quatre points de vente à Paris, d’autres ouvertures étant prévues dans les prochains mois. En 2019, la Maison TASAKI a ouvert son premier flagship européen à Londres, affirmant sa nouvelle dimension européenne.

 

De l’art à porter 

La Maison TASAKI s’est fait une place de choix dans l’univers de la Haute Joaillerie grâce à un positionnement différent, moderne et très attractif. Dans un marché extrêmement concurrentiel avec de grands acteurs locaux, notamment place Vendôme, l’enseigne japonaise se fait sa propre notoriété quand la réponse de la clientèle française est plus qu’enthousiaste (elle constitue 85% des ventes du joaillier). Les forts liens culturels qui existent entre le Japon et la France renforcent cet attrait avec pour fil conducteur la culture et la qualité.

L’objectif de la Maison TASAKI pour les prochaines années ? : Être reconnu comme un acteur majeur du marché de la joaillerie en Europe. Une ambition qui passe par une consolidation de ses positions dans les points de vente. Pour Toshikazu Tajima, ce qui compte est que le produit soit beau lorsqu’il est porté. Un produit ne doit pas être attrayant uniquement en vitrine ou posé sur un présentoir mais sa vocation première est de parer sa muse, la Femme. La Maison TASAKI prouve que la perle n’est pas dépassée, et bien au contraire, qu’elle habille avec beaucoup de sensualité par son aspect doux et naturel. Le joaillier de la place Vendôme véhicule cette vision de l’accessoire qui sublime la femme au quotidien, comme de l’art à porter à la manière d’une seconde peau. Cette vision, la Maison la traduit à travers sa collection « balance », qui fête cette année ses dix ans d’existence. La ligne signature du joaillier est née d’une bague alignée de cinq perles Akoya posées sur un socle d’or, concept qui a tellement plu que le joaillier l’a développé en une prestigieuse collection symbolique dans son intemporalité, sa pureté et son graphisme. Le design moderne de cette ligne est la quintessence de la qualité du savoir-faire des joailliers de la Maison japonaise.

L’ADN de la marque et la qualité des perles font de la Maison TASAKI une icône de son temps. Intemporelle.

 

Crédit photo : Tasaki