Brexit avec ou sans deal : une incertitude qui perturbe les investisseurs

La situation incertaine du Brexit et la confusion autour de la date de sortie, sans cesse repoussée, a eu des effets pervers sur l’immobilier londonien avec une baisse significative des prix. Au coeur de « L’inner London », le prix moyen d’un bien immobilier a chuté de 2,3% sur un an en 2018. Toutefois, le mois d’août 2019 a produit des résultats plutôt surprenants avec un volume de vente qui a bondi de 6,1% surement expliqué par l’empressement des acquéreurs d’acheter leurs biens immobiliers avant le 31 octobre 2019. La baisse des prix cumulée à une chute des taux d’intérêt a évidemment permis de fluidifier le marché londonien en le rendant plus accessible. Néanmoins l’incertitude la plus totale demeure et perturbe les investisseurs qui verront dans l’immobilier londonien une valeur purement spéculative, contrairement à l’immobilier parisien qui reste une valeur refuge, en constante consolidation.

Londres - Westminster bridge
Londres – Westminster bridge – Image par Adam Derewecki de Pixabay

Paris : « terre d’asile » des réfugiés de la haute-finance ?

Contrairement à son voisin d’outre-manche, la ville de Paris continue d’attirer les investisseurs avec une courbe des prix en constante progression et une barre symbolique des 10 000 euros/m2 déjà franchie. L’offre se faisant rare et les taux d’intérêt étant bas, les acheteurs se multiplient à mesure que les prix progressent. En outre, la situation du Brexit permet de renforcer l’attractivité parisienne en faisant de Paris le nouvel Eldorado des réfugiés londonien de la haute-finance. À titre d’exemple, au cours du dernier trimestre de l’année 2018, la plateforme immobilière française « SeLoger » a enregistré une augmentation de 75% de visites sur son site depuis l’Angleterre.


Bien que concurrencée par Amsterdam et Genève, la ville de Paris reste certainement le choix le plus pragmatique et le plus rationnel pour tous les londoniens désireux de retrouver le réconfort d’une grande Métropole. Les prochaines élections parisiennes seront également décisives et permettront de remettre à plat l’attractivité parisienne, plutôt timide sous l’actuel mandat municipal. Il est à fort à parier que l’apport considérable du Brexit appuiera de façon spectaculaire les prix parisiens qui continueront de s’envoler. Pour Laurent Demeure, CEO de Coldwell Banker France & Monaco : « Face à l’attractivité parisienne, Londres perd désormais de sa superbe et risque de se faire détrôner par Paris. Dès 2022, Paris sera la capitale européenne de l’immobilier de luxe. »

Paris
Paris – edmondlafoto de Pixabay