Ce n’est pas un scoop, Facebook connecte déjà des millions de personnes à travers le monde. Mais aujourd’hui, avec Facebook Dating, le réseau social se lance un nouveau défi : vous aider à trouver l’âme sœur.

Le groupe de Mark Zuckerberg a lancé jeudi dernier son nouveau service de rencontres, Facebook Dating, aux États-Unis. Il était déjà disponible dans 19 pays, dont l’Argentine, le Canada, le Chili, le Mexique, le Pérou, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam, et devrait arriver en Europe l’année prochaine.


Facebook avait annoncé la création de ce service en 2018, déclarant qu’il proposerait à ses utilisateurs des « matchs » en fonction de leur activité sur le réseau social, en tout cas pour ceux qui choisissent de se créer un profil. Pour associer deux utilisateurs, le site se basera sur les préférences amoureuses, les amis communs, les groupes et les événements respectifs de chacun. Le service sera entièrement gratuit.

 

Avec le lancement de ce service, Facebook se positionne sur le marché des rencontres, estimé à 3 milliards de dollars. La compétition y est rude, avec des applications déjà populaires telles que Tinder, Bumble, Happn et bien d’autres. Le groupe Match, qui possède Tinder ainsi que l’application américaine OkCupid, a chuté de 6 % jeudi dernier. L’action avait déjà perdu plus de 15 % de sa valeur le jour de l’annonce de la création de Facebook Dating.

Facebook pourrait tirer son épingle du jeu sur ce marché grâce à ses 221 millions d’utilisateurs rien qu’aux États-Unis. Une étude du Pew Research Center a démontré que 7 adultes américains sur 10 utilisent le réseau social, ce qui représente un potentiel d’utilisateurs énorme pour le service de rencontres. En comparaison, Tinder compte 3,8 millions d’utilisateurs.

Une autre étude du Pew Research Center a en revanche prouvé que seuls 51 % des adolescents américains utilisent Facebook, mais comme le service de rencontres ne sera disponible qu’à partir de 18 ans, le réseau social ne devrait pas conquérir plus de jeunes avec cet argument.

Pour le moment, le service n’est disponible que sur mobile et ne nécessite pas de téléchargement supplémentaire, puisqu’il sera proposé sur l’application principale de Facebook.

Selon Facebook, son service de rencontres est indépendant du réseau social et ne peut donc pas utiliser vos informations pour proposer de la publicité personnalisée. Bien entendu, cela est amené à changer dans le futur.

Pour créer leur profil sur Facebook Dating, les utilisateurs peuvent choisir les informations de leur profil classique qu’ils veulent montrer sur leur profil dating. Ils ne verront par ailleurs pas les utilisateurs avec qui ils sont déjà amis et ceux qu’ils ont bloqués.

Le profil n’affiche par défaut que le prénom de l’utilisateur. Il est ensuite possible d’ajouter d’autres informations qui sont similaires aux autres applications de rencontre : emplacement, genre, taille, religion, emploi, école, enfants… etc. Les utilisateurs peuvent également préciser s’ils sont intéressés uniquement par les femmes, les hommes, les transgenres, etc. et peuvent se définir eux-mêmes comme cisgenre, transgenre ou non-binaire.

Un maximum de 9 photos peut être chargé sur l’application, ainsi qu’une phrase d’accroche telle que « Quels emojis te décrivent le mieux ? ». Une fois le profil terminé, l’algorithme sélectionne et propose des matchs potentiels.

De ce point de vue, Facebook Dating ressemble beaucoup aux autres applications de rencontre. Mais au lieu de « swiper » à droite ou à gauche, l’utilisateur a le choix d’appuyer sur un cœur, pour manifester son intérêt, ou sur une croix pour passer au suivant. Il est également possible d’aimer une partie du contenu du profil, comme une des photos.

Le fonctionnement général de Facebook Dating a néanmoins été largement influencé par ses applications concurrentes, comme Tinder ou Bumble, qui sont très similaires dans la manière d’associer deux utilisateurs et de leur permettre par la suite de discuter.

La fonctionnalité qui fait la différence, c’est le « Secret Crush ». Cette option permettra d’indiquer jusqu’à neuf personnes pour lesquelles l’utilisateur a un faible. Une fois qu’un crush est signalé, ce dernier recevra une notification anonyme. Si deux utilisateurs sont respectivement un Secret Crush de l’autre, alors ils seront appariés et pourront commencer à discuter.

Facebook garantit que les Secret Crush ne sauront jamais qu’ils ont été choisis, à moins que les deux utilisateurs n’aient matché. L’objectif pour le réseau social est de les aider à approcher une personne qu’ils connaissent, mais dont ils craignent la réaction en les approchant directement. Cette fonctionnalité est unique et Facebook sort ainsi du lot des applications de rencontre.

 

Facebook Dating est disponible aux États-Unis depuis jeudi dernier et devrait faire ses débuts en Europe en début d’année prochaine pour les utilisateurs de plus de 18 ans disposant de la dernière version de l’application Facebook.