Le coronavirus a voyagé direction l’Amérique. Mardi, la Chine a annoncé que six personnes étaient mortes de cette nouvelle maladie et que près de 300 autres étaient touchées. Quelques heures plus tard, les CDC (center for disease control) ont confirmé  le premier cas américain de coronavirus. 

  • Selon les CDC, le premier patient américain atteint du coronavirus est un homme et le Washington Post a rapporté qu’il était rentré dans son pays avec une pneumonie, mais un état stable.
  • Inopportunément, le patient en provenance de Wuhan en Chine, est arrivé aux Etats-Unis avant que les autorités sanitaires fédérales ne commencent à dépister les passagers dans trois grands aéroports.
  • Mardi dernier, les CDC ont déclaré que le contrôle des passagers allait s’étendre à l’aéroport international Hartsfield-Jackson d’Atlanta et à l’aéroport international O’Hare à Chicago, en plus des aéroports internationaux John F. Kennedy à New-York, celui de San Francisco et celui de Los Angeles.
  • La Chine et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont toutes deux confirmé lundi que le virus peut être transmis de personne à personne, et le New York Times a rapporté que le cas américain en était une preuve supplémentaire.
  • Les CDC ont annoncé qu’ils mettaient au point un test de diagnostic pour détecter le virus. Pour le moment, seules les installations des CDC peuvent effectuer des tests, mais ils s’engagent à partager leurs recherches « dans les prochains jours et semaines » avec des partenaires nationaux et internationaux.

Contexte clé : le premier cas de coronavirus a été signalé le 31 décembre 2019 à Wuhan et aurait été contracté suite à l’exposition d’animaux sur un marché de fruits de mer et de viande. Selon le New York Times, les autorités ont fermé et désinfecté le marché. Le coronavirus appartient au même groupe de virus que le rhume, le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS). L’épidémie de SRAS de 2003 a tué près de 800 personnes tout en infectant 8 000 autres, provoquant une panique générale avant d’être maîtrisée. Le MERS est présent dans la région du Moyen-Orient depuis 2012 et demeure une menace permanente.

Ce qu’il faut surveiller : L’OMS a tenu une réunion hier pour déterminer s’il faut déclarer une urgence de santé publique internationale et si elle doit imposer des restrictions de voyage. Des dizaines de millions de personnes voyageront en Chine et à l’étranger cette semaine pour célébrer les vacances du Nouvel An lunaire, avec leurs familles, qui, selon le Washington Post, est le plus grand événement migratoire au monde.

<<< À lire également : Signia Therapeutics, Innovation majeure dans le traitement des maladies infectieuses respiratoires >>>