ON AIR  | Virgin Orbit, la start-up de lancement de petits satellites du milliardaire Richard Branson, prévoyait de faire sa deuxième tentative de lancement hier, en transportant une charge utile pour son « premier client » : la NASA. Virgin Orbit espère construire une relation durable et profitable avec l’agence gouvernementale dans les années à venir.

 

Lançant sa fusée LauncherOne à l’arrière d’un 747 au-dessus du désert californien, Virgin Orbit prévoyait d’emporter à son bord 10 des missions CubeSat de la NASA, notamment celles nécessaires à l’exploration planétaire, aux sciences de la terre et à l’héliophysique. Un porte-parole de Virgin a assuré à Forbes que la NASA était « un partenaire incroyablement important pour Virgin Orbit », et a réitéré le sentiment de la NASA elle-même que les petits satellites auront un rôle à jouer dans presque tout ce que l’agence spatiale américaine fera à l’avenir.

Toutefois, l’approfondissement des relations entre Virgin Orbit et la NASA s’accompagne d’un risque accru. Richard Branson, de son propre aveu, a maintenant dépensé plus d’un milliard de dollars (environ 830 millions d’euros) sur l’orbite. Les concurrents et certaines critiques ont tenu à souligner que d’autres ont atteint l’orbite terrestre basse pour une somme bien moindre.

Peter Beck, de la société rivale Rocket Lab, start-up de lancement de petits satellites, ne s’est pas retenu de faire un commentaire en septembre, remettant en question « le montant du capital qui a été versé à Virgin Orbit pour très peu de résultats ». 

Virgin Orbit, cependant, a le sentiment de construire une entreprise pour répondre aux besoins des clients qu’elle estime avoir déjà, prétendant être assise sur un « pipeline » de commandes provenant de « clients gouvernementaux et commerciaux » mondiaux.

Virgin Orbit considère la Royal Air Force (RAF) du Royaume-Uni comme un « futur client », et est un partenaire actuel de l’équipe ARTEMIS de la RAF pour ses ambitions spatiales, ainsi que pour des projets avec la communauté de sécurité nationale américaine – à savoir l’armée de l’air et l’armée de l’espace américaines et des entreprises privées comme SITAEL, une société spatiale privée italienne.

Virgin Orbit prétend avoir déjà obtenu des centaines de millions de dollars en contrats avec des clients et vendu son manifeste pour 2021. Les réservations pour 2022 se vendent rapidement, affirme la société.

Il n’en reste pas moins que l’échec coûte cher et que Virgin Orbit (comme Virgin Galactic) vend des places sur un vol qui ne fonctionne pas encore. Le milliardaire a lancé Virgin Galactic en septembre 2004 à la Royal Aeronautical Society de Londres – de nombreuses promesses et prévisions n’ont pas encore été tenues au cours des 16 années qui se sont écoulées depuis. Plus récemment, la société a été contrainte d’interrompre un vol d’essai motorisé de son avion spatial en décembre, après que la défaillance d’un ordinateur de bord a interrompu l’allumage, entraînant une chute des actions de 17 %.

Elon Musk, qui est aujourd’hui la personne la plus riche du monde, a souvent parlé du fait que SpaceX a failli abandonner avant de finalement se mettre en orbite en septembre 2008, à la quatrième tentative. Même dans une course à l’espace pour les milliardaires, l’argent injecté ne peut pas durer éternellement et on ne sait pas encore combien d’échecs Virgin Orbit peut encore avaler avant que quelque chose de fondamental ne change.

La courbe risque-récompense est raide, mais la confiance en Virgin a toujours été élevée. Et pour Richard Branson, une nouvelle opportunité s’ouvre un peu plus près de (ce qui était autrefois) « la maison ».

Mark Boggett, directeur général de Seraphim Capital, spécialiste de l’investissement spatial, suit de près ce nouveau lancement. Un certain nombre de start-ups dans lesquelles Seraphim a investi pourraient un jour être clientes de Virgin Orbit, et profiteront du fait que la société s’envolera finalement des Cornouailles, au Royaume-Uni, « plus tard dans l’année ».

« Virgin Orbit nous éloigne enfin des lieux de lancement dangereux et compromis », affirme Mark Boggett à Forbes,  « et donne une capacité de lancement souveraine et flexible au Royaume-Uni si elle réussit ».

Un initié du groupe Virgin Orbit a confié à Forbes que le groupe était « excité » de ramener enfin les activités spatiales de Richard Branson au Royaume-Uni, bien que la source ait nié que le Royaume-Uni sera le prochain lieu de lancement.

Le Royaume-Uni s’étant écarté de certaines des ambitions spatiales de l’Europe suite au Brexit, la start-up affirme avoir développé une relation de travail avec l’Agence spatiale britannique et la Royal Air Force, et devrait commencer à fabriquer l’infrastructure mobile nécessaire au sol pour soutenir les lancements à partir d’une base au Royaume-Uni.

Pour Will Pomerantz, vice-président des projets spéciaux chez Virgin Orbit, la « relation avec le Royaume-Uni est particulière ». Le projet des Cornouailles, ajoute-t-il, « vise à amener le lancement en Grande-Bretagne, un objectif majeur à des fins civiles, de défense et commerciales ».

Alors que le récit sera probablement sombre si Virgin Orbit échoue à nouveau dimanche, Mark Boggett, contrairement à certains investisseurs, croit qu’Orbit peut survivre à un autre échec (ou deux), « Je pense que c’est un pari à sens unique. Si tout se passe bien, c’est bon pour le sentiment, sinon nous attendons la prochaine fois avec impatience », dit-il.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur  : David Dawkins

<<< À lire également : Richard Branson Paie Cash Le Report Du Vol Spatial De Virgin Galactic >>>