« L’art du titre » … cette expression est souvent utilisée pour parler de Twitter et de l’objectif d’écrire LE tweet parfait comme peut le faire si régulièrement Barack Obama. Notamment, en ce 13 août 2017, où dans un message pour lutter contre le racisme et les différences, il publia le tweet le plus partagé :

Cette recherche permanente de l’impact et de la juste phrase est devenue l’objet de nombreuses envies. Les réseaux sociaux se seraient-ils transformés en un champ d’expérimentation d’une nouvelle forme de 5eme art moderne de l’écriture de concision ? Un condensé extrême de la littérature où l’écriture serait ramenée à 140 caractères pour être la plus impactante possible ? Cet art de la sobriété n’est pas neuf, car il se pratique depuis plusieurs siècles au Japon sous la forme de Haïkus qui sont des petits poèmes très brefs. D’abord maniés avec dextérité, ils sont ensuite calligraphiés. D’autres arts peuvent s’ajouter dans les réseaux sociaux pour faciliter la propagation d’une information : Ecriture, Image et Son sont les ingrédients majeurs qui accompagnent des caractères sur les réseaux sociaux modernes !


Une recherche permanente

Trouver la phrase qui influence, et les mots pertinents qui s’assemblent, s’assimile à un ajustage entre de multiples talents. Une partition de 26 lettres entraîne toujours plus loin vers des milliards d’opportunités. L’audace pousse toujours à vouloir supprimer cet élément qui n’apporte qu’une valeur relative. Pourtant, même en se rétrécissant, les phrases doivent conserver tous leurs sens apparents et cachés en usant de l’art de la transformation d’une idée. Chaque substance à véhiculer est un morceau d’aventure. Il n’existe pas de plus belle grâce que, lorsqu’une fois formés, ces titres rebondissent par la grâce de re-tweets ou de likes.

Une fois la phrase construite et animée, elle vit sa propre vie. Elle est  portée par un flux sans limite aux confins des réseaux. Sans cesse, il faut expérimenter. Sans cesse, il faut doser les idées qui affluent pour les sélectionner. Sans cesse, il faut douter et s’interroger car dans cet univers l’exposition est permanente et l’interprétation peut prendre des chemins inimaginables au départ.

L’importance de partager avec ses lecteurs

C’est en sortant de leur solitude, et en s’assemblant, que les mots créent un collectif qui facilite leur envol. Sans cesse une phrase doit se concevoir en imaginant le lectorat qu’elle va pouvoir rencontrer. Sans cesse une alchimie doit se créer entre la phrase et ses communautés de lecteurs. Sans cesse il faut tenter de nouvelles voies pour étonner. En regardant les rythmes de diffusion, en visualisant les partages, il est possible de dégager ensuite des tendances. 

Pour qu’un texte soit jugé de qualité, tout en étant original, il faut qu’il parvienne à atteindre sa cible et que celle-ci l’apprécie. L’art du titre est aussi celui de l’adaptation permanente et de la recherche de la variété des contenus car c’est dans la diversité que nait l’intérêt. Comme un chef d’orchestre, l’auteur essaye de rendre cohérentes ces partitions qu’il imagine et qui lui sont confiées de manière éphémère. Dans la mise en scène, il donne du sens à ses pensées en les organisant et en veillant au respect des accords. Chaque sens doit se découvrir pour se déguster.

Trouver des tons différents

L’art du titre repose sur cette capacité à dévoiler des nuances dans l’assemblage des lettres, dans cette aptitude à délivrer du contenu. La phrase produite doit s’écouter comme dans un concert et dévoiler progressivement sa mélodie. Parfois, l’assemblage se transforme en un jeu, il faut franchir des étapes et passer des pièges. Obtenir la lisibilité recherchée permet de rejouer sans cesse avec de nouvelles idées. Mélanger les mots est une chance incroyable, qui ne doit rien devoir au hasard, pour transmettre sa vision. Des opportunités fantastiques ne cessent de se dévoiler car l’imagination est toujours plus fertile.

Au gré des flux, au gré des envies, l’art du titre facilite la transformation de l’éphémère, et de l’instantanéité, en une matière durable et renouvelable. L’art du titre donne une vie à ces lettres qui se deviennent cet or numérique tant recherché. Avec des mots, les messages peuvent se téléporter n’importe où dans le monde et franchir toutes les frontières. L’art du titre est une matière incroyable à explorer.