L’échec du rapprochement entre le monde des grandes entreprises technologiques et le NHS (système de santé publique au Royaume-Uni) a conduit à un retour aux sources lors de la pandémie actuelle. Les médecins travaillant dans certains des quartiers les plus fréquentés de Londres utilisent des talkies-walkies, des pagers et WhatsApp pour communiquer pendant les heures de travail. 

Le tableau peint par les médecins est en contradiction avec les messages de relations publiques bien intentionnés des entreprises technologiques qui réinventent un monde de réalité augmentée, de solutions en chaîne et de vidéoconférences. Certains des plus grands noms de la technologie s’engagent dans des plans de soins de santé gérés par le gouvernement, avec des parties tierces comme Palantir de Peter Thiel, Amazon, Google, Faculty et Microsoft.


Mais malgré ce que l’avenir glorieux nous réserve, la relation entre les soins de santé et les grandes entreprises technologiques en Grande-Bretagne reste aujourd’hui très différente de la réalité connue par les médecins et les infirmières pendant la crise des coronavirus.

« Dirty Outside, Clean Inside »

Un médecin expérimenté travaillant actuellement dans les services de soins intensifs d’un hôpital du centre de Londres explique que les soins quotidiens sont revenus à l’essentiel, un état de crise permanent de blouses, de crocs et des services de 14 heures.

Avec des intentions honnêtes, un certain nombre d’entreprises tentent de combler le gouffre sans beaucoup de réussite. Lorsqu’on lui a demandé comment le déploiement d’un nouvel outil Microsoft avait amélioré sa journée de travail, il a confirmé qu’il l’avait vu sur son système, mais qu’il ne pouvait pas encore l’utiliser puisque les téléphones portables et appareils personnels ne sont actuellement pas autorisés dans les services hospitaliers.

Un autre médecin senior basé à Londres a déclaré qu’il utilisera la nouvelle technologie lorsqu’il en aura l’occasion, mais pour l’instant, il « fait toujours tourner le système de bip », en référence à son « pager » qu’il décrit comme une « technologie des années 80 » fiable. 

Deux médecins londoniens du même hôpital ont confirmé l’utilisation de « talkies-walkies », lors des urgences dans les services d’anesthésie et de soins intensifs. Ils ajoutent qu’il existe une règle « Dirty Outside, Clean Inside » pour les services et les chambres des patients atteints de coronavirus. L’utilisation des téléphones portables est interdite à l’intérieur des services concernés.

Bien que les médecins contactés aient reconnu la nécessité d’une nouvelle technologie au sein du NHS pour alléger le fardeau, son introduction, selon un spécialiste londonien, aurait dû commencer « il y a plusieurs mois ».

Promouvoir « The New Shiny »

Sam Smith de MedConfidential, un groupe militant pour la confidentialité et le consentement dans le domaine de la santé et de l’aide sociale, a suivi en détail la relation entre le NHS et la technologie. 

Smith décrit la série de communiqués de presse sur la pandémie de coronavirus comme étant « complètement hors sujet », mais faisant partie de la culture selon laquelle les entreprises technologiques « doivent promouvoir leur nouveau produit brillant ».

Sur la question des entreprises comme Microsoft et Palantir, Smith souligne le fait que le budget du NHS est de 129 milliards de livres par an : « Combien d’entrepreneurs regarderaient un budget de 129 milliards de livres (146 milliards d’euros) et ne penseraient pas à prendre leur part ».

Pour ajouter à la question plus large qui nous occupe, « la technologie est-elle compatible avec le NHS ? Oui, bien sûr qu’elle l’est ». Mais la dynamique a changé. 

Dans le passé, dit-il, l’approche des grandes entreprises technologiques, en particulier DeepMind de Google, était que le NHS devait « s’adapter au fait que nous sommes uniques et merveilleux ».

Un argument se jouait, où les médecins disaient une chose et les entrepreneurs technologiques en disaient une autre. Or, pendant une pandémie, « il existe une mesure objective de ce qui fonctionne, les gens meurent-ils ou non ? » Les termes ont changé.

Microsoft Teams 

Microsoft est l’un de ces géants des affaires qui a récemment fait sourciller en faisant des déclarations audacieuses sur la mise en œuvre de la technologie dans les hôpitaux britanniques.

Malgré les bonnes intentions, un récent communiqué de presse a défendu l’utilisation de lunettes de réalité futuristes dans la production de ventilateurs. Un exemple de la façon dont un « nouvel outil brillant » peut être attaché à une crise en cours. 

Microsoft a également annoncé récemment le déploiement gratuit de Teams, le « centre de travail en équipe » de la société au sein du NHS, pour aider le personnel du NHS à « communiquer » au milieu de l’épidémie du coronavirus. 

Smith décrit cela comme : « Microsoft qui dit, “nous avons quelque chose qui pourrait vous aider, le voici” ». La question de savoir comment facturer peut venir plus tard, ce qui, ajoute-t-il, « est probablement la bonne chose à faire ». Mais comment et dans quelle mesure l’outil fonctionnera pendant la pandémie ?

L’organisme public NHS Digital, le « partenaire technologique du système de santé et d’aide sociale », a confirmé que MS Teams est là pour « soutenir le travail à distance au sein du NHS ». Cependant, l’organisme n’a pas répondu aux questions sur l’affirmation de Microsoft selon laquelle « l’outil de collaboration » serait utilisé pour aider le personnel des services à « communiquer rapidement avec ses collègues pendant l’épidémie de coronavirus ».

La question de l’interdiction des téléphones dans certaines salles n’a pas été directement abordée. NHS Digital, qui se méfie des erreurs du passé, a déclaré que « les décisions sur la façon dont les MS Teams sont utilisées doivent être prises par chaque organisation locale », en faisant retomber la responsabilité de leur utilisation sur les professionnels.

Un porte-parole de NHS Digital a confirmé que « le nombre d’utilisateurs actifs de Teams dans les organisations du NHS est passé de 13 886 le 24 mars à 38 154 le 26 mars ». Un porte-parole de Microsoft a refusé de commenter sur le sujet. 

En Italie, Microsoft a rapporté une augmentation de 775 % de l’utilisation de Teams sur une période d’un mois, ce qui suggère qu’il a fallu une pandémie pour faire entrer les services de santé de ce pays dans le 21e siècle.

Smith ajoute un message simple pour combler le vide entre le monde de la technologie et le NHS britannique pendant la crise actuelle. « Les groupes hospitaliers du NHS devraient-ils changer radicalement leur flux de travail parce qu’il y a un nouvel objet brillant ? demande-t-il, « la réponse est non. Si ce que vous avez fonctionne pour vous, ne changez pas ».

 

<<< À lire également : Comment Les Fintech Veulent Accélérer Le Plan De Relance Américain >>>