Les AirTags d’Apple, nouveaux trackers d’objets, sont entre les mains des utilisateurs depuis quelques semaines, et sont arrivés sur le pas de la porte des premiers utilisateurs du produit le 30 avril. Bien qu’il soit encore tôt, tout indique qu’ils se vendent bien, étant donné que les packs de quatre commandés maintenant ne seront pas livrés avant la mi ou la fin juin. Les critiques ont été majoritairement positives, à l’exception de quelques cas isolés. Comme l’a écrit l’analyste Tim Bajarin, les AirTags ressemblent en effet à la prochaine activité d’Apple qui rapportera un milliard de dollars.

 

Je les ai eus en main depuis leur première livraison et j’ai effectué les mêmes tests et expériences que d’autres journalistes techniques. Mais j’ai moins pensé à l’aspect « branché » et plus à leur utilité au quotidien. Pour la plupart des gens, les AirTags sont plus une police d’assurance contre la perte que l’objet brillant et geek du jour. Ils sont peu attrayants jusqu’à ce que vous ayez besoin de trouver quelque chose. À ce moment-là, ils sont une aubaine.
Les AirTags sont également un produit en version 1.0, ce qui signifie qu’ils ne seront pas satisfaisants dans certains domaines. En gardant à l’esprit l’utilité pure, voici quatre choses que l’on aime et quatre choses que l’on déteste à propos des AirTags d’Apple.

 

On aime :

 

La configuration

Personne ne configure aussi bien qu’Apple, et le processus AirTag en est une preuve supplémentaire. Il est similaire à la façon dont vous installez les AirPods. Il suffit de retirer une étiquette en plastique qui permet à la batterie d’établir une connexion, puis de tenir l’AirTag près de votre iPhone ou iPad. Une fenêtre apparaît avec l’animation d’un AirTag qui tourne ; appuyez sur le bouton Connecter dans cette fenêtre.
Vous avez ensuite la possibilité de nommer l’AirTag, soit à partir d’une collection prédéfinie (clés, sac à dos, vélo, etc.), soit en créant la vôtre. Appuyez sur le nom, attribuez-lui un emoji, puis appuyez sur Continuer. Il vous est demandé de l’associer à votre identifiant Apple – faites-le et vous avez terminé. Cela devrait prendre moins de 90 secondes pour chaque AirTag.
Vos AirTags s’affichent ensuite dans l’application Find My de l’iPhone, de l’iPad ou du Mac (assurez-vous que vous disposez de la dernière version de ces systèmes d’exploitation).

 

Localisation et recherche

J’ai attaché les AirTags de mon pack de quatre à mes clés, à mon sac à dos et à l’intérieur de ma voiture. J’ai donné le quatrième à ma charmante épouse, qui l’a mis sur ses clés. Comme pour beaucoup de gens, nous ne sommes pas allés dans beaucoup d’endroits. Nous travaillons tous les deux à la maison, et lorsque nous sommes chez nous, nous avons tendance à ne pas égarer nos clés. Jusqu’à présent, aucun de nous n’a utilisé nos AirTags d’une manière pratique.
Mais dans les tests, ils fonctionnent assez bien. La fonction Precision Finding (qui utilise la puce Ultrawideband de votre iPhone pour localiser un AirTag dans la portée Bluetooth) fonctionne de manière phénoménale, à condition que votre téléphone puisse se verrouiller sur le signal de l’AirTag. Dites à l’application Find My de localiser un AirTag, et elle affiche sur votre téléphone un écran qui se transforme en boussole à mesure que vous vous rapprochez de l’emplacement de l’objet perdu. Vous pouvez également déclencher un son à partir de l’AirTag, mais il est assez faible – dans un environnement bruyant, ou s’il se trouve sous un coussin, vous risquez de ne pas l’entendre. Mais tant que vous vous trouvez dans un rayon de 10 mètres autour du tracker, la combinaison de l’affichage et du son devrait permettre de localiser facilement un objet.
Si vous perdez un objet connecté qui n’est pas à portée immédiate, l’AirTag peut établir des connexions brèves et anonymes avec les iPhones de passage, vous fournissant ainsi sa localisation sur une carte. (Plus d’informations à ce sujet dans la section suivante). Vous pouvez également faire en sorte que le tracker émette un son et le configurer de manière à ce que votre numéro de téléphone apparaisse sur l’iPhone de la personne qui le trouve. Les utilisateurs d’Android dont les téléphones sont équipés de puces NFC, comme celles utilisées pour les paiements sans contact, peuvent également voir apparaître un message « AirTag perdu » s’ils détiennent une étiquette trouvée à côté de l’arrière de leurs appareils.

 

La portée

Comme je l’ai dit, j’ai installé un AirTag dans ma voiture. La plupart du temps, mon véhicule se trouve dans le parking du premier étage de notre immeuble. Lorsque je le gare et que je m’éloigne, il indique sa position en fonction de la dernière fois où il a été en contact avec mon iPhone.
Mais c’est un excellent test de la grande portée du réseau de l’iPhone d’Apple. Quelques minutes après le stationnement pendant une journée de travail, sa position est généralement mise à jour par un autre utilisateur d’iPhone entrant ou sortant du garage. Il est rare qu’il reste 20 minutes sans mise à jour, et notre garage n’est pas une zone très fréquentée, loin de là. Dans une rue animée ou dans un garage commercial, il serait probablement plus souvent mis à jour.
Je croise les doigts pour que ma voiture ne soit jamais volée. Mais si cela arrivait, l’AirTag caché à l’intérieur pourrait m’aider à la retrouver plus rapidement. (À propos, l’endroit où il est caché m’a fait craindre que son signal soit obstrué par le métal, le rembourrage, le plastique et le verre trempé qui se trouvent entre l’AirTag et le monde extérieur. Cette inquiétude est infondée, jusqu’à présent).
Pour en savoir plus sur l’utilisation de l’AirTag pour suivre une voiture, consultez l’article de Barry Collins.

 

Le prix

Les AirTags sont d’un bon rapport qualité-prix, à 29 dollars pour un et 99 dollars pour quatre. Ils sont un peu plus chers que le tracker de base Mate du concurrent Tile, qui commence à 25 dollars pour un appareil (il est en vente maintenant pour 20 dollars). Mais comme le nombre d’utilisateurs d’iPhone est plus élevé que celui des utilisateurs de Tile, vous avez plus de chances de retrouver un appareil perdu avec le produit d’Apple.

 

On déteste :

 

Les supports nécessaires

Les AirTags deviennent moins intéressants lorsque vous considérez que cela coûte plus cher – parfois beaucoup plus cher – de les attacher à quelque chose. Contrairement à Tile et à d’autres marques de trackers, les AirTags ne comportent pas de trou permettant de les fixer facilement. Vous devez acheter un support. Apple vend ses propres supports à partir de 29 dollars – le même prix qu’un seul AirTag – et jusqu’à 449 dollars pour un support conçu par Hermès. Heureusement, Apple vend également un support rudimentaire de Belkin pour 13 dollars, et il existe un univers croissant de supports tiers pour beaucoup moins cher sur Amazon.com.
Mais cette approche laisse un mauvais goût dans la bouche. Au mieux, c’est cupide, au pire, c’est cynique. La plupart des gens sont susceptibles d’acheter les propres accessoires de support d’Apple, doublant ainsi le prix global ou plus.

 

La traçabilité

Pour être juste, Apple a implémenté certaines fonctionnalités dans les AirTags qui peuvent alerter un utilisateur d’iPhone si quelqu’un a placé un des trackers dessus. Si un AirTag qui n’est pas enregistré sur votre compte commence à se déplacer avec vous, vous recevrez une alerte sur votre téléphone lorsque vous arriverez chez vous ou à un endroit fréquemment visité. Si vous découvrez qu’un AirTag a été placé sur vous, vous pouvez le désactiver en retirant simplement la pile CR2032 remplaçable par l’utilisateur.
Notez que j’ai dit « alerter un utilisateur d’iPhone ». En effet, si vous posez un AirTag sur quelqu’un qui utilise un appareil Android, aucune alerte de ce type n’est affichée sur ce type de téléphone. Au lieu de cela, après trois jours, l’AirTag commencera à gazouiller. (Inversement, vous ne pouvez pas non plus voir les AirTags des membres de votre famille, je ne pourrais donc pas aider ma femme à retrouver ses clés si elles venaient à manquer dans notre maison).
Apple devrait envisager de mettre en œuvre une sorte de système d’avertissement basé sur des normes, ou au moins créer une application Android qui pourrait avertir quelqu’un si un AirTag a été placé sur sa personne.
Ce qui nous amène à un autre inconvénient.

 

Pas de support multiplateforme

L’écosystème Apple a pour but d’enfermer les utilisateurs, et il y a effectivement des avantages à cela. Mais l’un des inconvénients du fait que les AirTags soient réservés à Apple se trouve dans le problème du harcèlement. Proposer une application AirTags de base pour Android permettrait d’élargir le marché, même si elle ne peut pas offrir des fonctionnalités phares comme la recherche de précision, car les appareils Android ne disposent pas de la puce Ultrawideband. Cela permettrait aux utilisateurs d’Android d’avoir un aperçu des possibilités, et peut-être de faire quelques convertis.
En l’état actuel des choses, cela ne fait que rendre les utilisateurs d’Android vulnérables au harcèlement.

 

Un seul facteur de forme

Comme je l’ai mentionné précédemment, je ne suis pas le genre de personne qui perd souvent des objets, mais je suis semi-paranoïaque à l’idée de laisser mon portefeuille sur la table d’un restaurant ou de le faire sortir de ma poche dans la rue. La forme d’un AirTag ne se prête pas à un placement dans un portefeuille, ou tout autre objet plat. Il est rond, de la taille d’une pièce de 25 cents, et est bombé en son centre.
D’autres fabricants de trackers, tels que Tile, proposent une version de leurs trackers en forme de carte de crédit qui se glisserait facilement dans un portefeuille ou tout autre objet fin. Apple le fera peut-être plus tard, mais c’est un besoin tellement évident que je suis surpris que la société ne l’ait pas proposé dès le départ.
Dans l’ensemble, les avantages l’emportent sur les inconvénients pour moi. Bien que, comme je l’ai dit, je n’en sois pas si certain, tant que je n’aurais pas réellement perdu quelque chose auquel un AirTag est attaché. Je vous le ferai savoir quand cela m’arrivera.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Dwight Silverman

 

<<< À lire également : Apple affirme que les logiciels malveillants sont un problème sur les Macs >>>