L’utilisation de l’application de visioconférence Zoom a été une véritable bouée de sauvetage. Zoom est si fonctionnel qu’il permet à plusieurs personnes de se trouver dans la même pièce « virtuelle » en même temps.

 


Certains l’utilisent pour des fêtes virtuelles et, bien sûr, pour des réunions et des conférences d’affaires. Même le Premier ministre britannique Boris Johnson a utilisé Zoom pour sa récente réunion de cabinet.

On entend beaucoup parler des risques pour la vie privée liés aux grandes entreprises technologiques que sont Facebook et Google.

Mais maintenant que la crise du Covid-19 augmente la fréquence d’utilisation du service de visioconférence Zoom, il est important que nous soyons conscients des conséquences pour notre vie privée. Et Zoom n’est peut-être pas le meilleur choix pour les utilisateurs soucieux de la confidentialité, semble-t-il.

 

Dans quelle mesure vos appels sur Zoom sont-ils privés et sécurisés ?

Alors, quel est le problème ? Tout d’abord, la politique de confidentialité de Zoom décrit des pratiques de collecte de données plutôt inquiétantes, selon une étude de Consumer Reports, une organisation de défense des consommateurs.

À première vue, la politique de confidentialité de Zoom est similaire à celle de Facebook et de Google : elle collecte et stocke des données personnelles et les partage avec des tiers tels que les annonceurs. 
Mais la politique de Zoom couvre également ce qu’elle appelle le « contenu client », ou « le contenu des enregistrements dans le Cloud, et les messages instantanés, les fichiers, les tableaux blancs… partagés pendant l’utilisation du service ». Cela inclut les vidéos, les transcriptions qui peuvent être générées automatiquement, les documents partagés à l’écran et les noms de tous les participants à un appel.

Consumer Reports souligne que vos messages instantanés et vos vidéos peuvent être utilisés pour cibler des campagnes publicitaires ou pour développer un algorithme de reconnaissance faciale, comme les vidéos collectées par d’autres sociétés de technologie. « Ce n’est probablement pas ce à quoi les gens s’attendent lorsqu’ils contactent un thérapeute, tiennent une réunion d’affaires ou passent un entretien d’embauche en utilisant Zoom ».

Consumer Reports a contacté l’entreprise pour obtenir des commentaires sur ses pratiques en matière de confidentialité. Un porte-parole de Zoom a dit que l’entreprise « ne vend pas de données d’utilisateurs de quelque nature que ce soit à qui que ce soit ».

 

Des données pouvant être collectées et partagées par votre hôte de réunion

Les informations que Zoom peut partager et collecter sont une source d’inquiétude, mais qu’en est-il des données traitées par votre hôte ? Une autre préoccupation importante concernant Zoom, dont vous n’êtes peut-être pas au courant, est que l’application visio offre aux hôtes « des droits qui pourraient ne pas être immédiatement apparents pour les autres participants – ou, dans certains cas, pour les hôtes eux-mêmes », déclare Consumer Reports.
Vous utilisez peut-être Zoom pour le travail, votre patron peut donc être l’hôte, ou vous pouvez par exemple acheter un service comme un cours. Plus inquiétant encore, pendant cette crise de Covid-19, vous utilisez peut-être Zoom pour parler de vos symptômes à un professionnel de la santé.

« Zoom met beaucoup de pouvoir entre les mains des hôtes de réunion », déclare Justin Brookman, directeur des politiques de confidentialité et de technologie chez Consumer Reports. « L’hôte a plus de pouvoir pour enregistrer et surveiller l’appel que vous ne le pensez peut-être si vous n’êtes qu’un participant, surtout s’il a un compte d’entreprise ».

Une autre fonction de Zoom particulièrement intrusive offre aux hôtes la possibilité d’activer le « suivi de l’attention » pour vérifier si vous êtes attentif pendant l’appel. Cela permet aux hôtes – qui peuvent être votre patron ou votre client – de surveiller si vous cliquez en dehors de la fenêtre de Zoom pendant plus de 30 secondes, lors d’un partage d’écran.

 

Zoom et vie privée : « Un seau de drapeaux rouges »

Selon Rowenna Fielding, spécialiste de la protection de la vie privée et responsable des droits individuels et de l’éthique chez Protecture, la politique de confidentialité de Zoom « est un seau de drapeaux rouges ». 
« Ils collectent une quantité potentiellement énorme de données personnelles à partir des comptes, des appels passés par le service et de la suppression des profils sociaux, mais il n’y a aucun moyen de refuser certaines utilisations spécifiques tout en continuant à utiliser le service ». 
En outre, dit-elle, bien que la politique prenne soin de préciser qu’aucune donnée n’est « vendue », elle est toujours utilisée à des fins de ciblage et de marketing. « C’est dans de nombreux cas l’utilisation préjudiciable à laquelle les individus s’opposent le plus, surtout s’il s’agit de publicité programmatique, telles que les enchères en temps réel ». 

Rowenna Fielding met en garde : « Pour un employé ou un entrepreneur dont le patron ou les clients exigent qu’il utilise Zoom, c’est une mauvaise nouvelle car il est tenu d’exposer ou d’accepter la collecte passive de données personnelles qui ne sont pas strictement nécessaires au fonctionnement de l’appel, et qui sont ensuite utilisées à diverses fins vaguement décrites par Zoom ».

Selon elle, si cette politique peut satisfaire aux normes américaines en matière de protection de la vie privée, elle lui accorderait un C- pour la transparence et la responsabilité, conformément aux normes plus strictes du règlement européen sur la protection des données (RGPD).

 

Pouvez-vous utiliser Zoom tout en protégeant votre vie privée ?

Compte tenu de ces lacunes en matière de protection de la vie privée, il semble presque impossible de considérer Zoom comme une option respectueuse de la vie privée. Cependant, c’est parfois la seule option que vous avez, surtout lorsque la décision est prise par un patron ou un fournisseur de services.

Les experts de Consumer Reports vous conseillent de laisser votre caméra et votre micro éteints, à moins que vous ne parliez réellement. Si vous estimez que vous devez laisser la caméra allumée, les experts vous conseillent d’utiliser une image d’arrière-plan afin que l’hôte ne puisse pas voir l’intérieur de votre maison. 
Si vous vous souciez de votre vie privée, Rowenna Fielding vous conseille d’utiliser une adresse e-mail unique spécifiquement pour Zoom, d’effacer les cookies et de bloquer les trackers après chaque appel, de refuser toute utilisation secondaire de données lorsque c’est possible et de laisser des commentaires qui expliquent les problèmes liés à la confidentialité du service.

Et si vous n’êtes pas obligé d’utiliser Zoom, pourquoi ne pas choisir autre chose ? Nous sommes nombreux à être confinés un certain temps pendant la crise du Covid-19, et Houseparty pourrait être une bonne idée pour les chats sociaux, tandis que Signal fournit un service vidéo beaucoup plus sécurisé. Jitsi, une application open source qui prend en charge plusieurs chats, est également une bonne option.

Quel que soit votre choix, consultez la politique de confidentialité : lorsque vous êtes en visio, c’est encore plus important.

 

 

<<< À lire également : Zoom, La Nouvelle Application De Visio Qui Fait Fureur >>>