Depuis les débuts de Windows 10, Microsoft n’a eu de cesse que de le qualifier de « service ». Cela a engendré des peurs que l’entreprise décide tout à coup de faire payer un abonnement mensuel aux utilisateurs pour pouvoir continuer à utiliser le système d’exploitation, et selon une fuite récente, c’est exactement ce qui risque d’arriver…

Mary Jo Foley, une spécialiste pour CNet bénéficiant de nombreuses relations a annoncé dans un article que l’entreprise comptait bientôt lancer « Microsoft Managed Desktop », pour lequel un abonnement serait nécessaire afin de configurer les ordinateurs sous Windows 10 et de veiller à leur bon fonctionnement au fur et à mesure des mises à jour.

Foley fait également remarquer que la marque « a déjà placé ses pions pour mettre son plan à exécution », faisant référence à Windows Autopilot (un service permettant une configuration automatique des appareils), aux programmes de financement d’appareils comme Surface Plus, ainsi qu’au programme de leasing « Surface as a Service ». Microsoft propose aussi un abonnement à un pack regroupant Windows 10 et Office 365, nommé Microsoft 365, et des abonnements à Windows 10 Entreprise.

Foley écrit également que « selon un de [ses] contacts, Bill Karagounis, ancien directeur de l’équipe Windows Insider et OS Fundamentals ayant rejoint le département Enterprise Mobility and Management de Windows and Devices, est à la tête du futur Microsoft Managed Desktop ».

La marque a également ouvert le recrutement pour ce nouveau département, ce qui tend à indiquer que le modèle abonnement pour Windows 10 aurait été validé.

Une bonne nouvelle tout de même : pour le moment, Foley pense que Microsoft Managed Desktop sera destiné aux professionnels. Mais la question se pose et paraît évidente vu la direction que prend Microsoft : combien de temps avant que le tour des particuliers ne vienne

Foley a demandé à Microsoft de faire une déclaration au sujet de Microsoft Managed Desktop, mais l’entreprise a décliné tout commentaire.

Tout ça pour dire que les utilisateurs qui ont choisi de rester sous Windows 7 et 8 doivent sans doute penser « je vous l’avais bien dit ». Et pour tous ceux qui sont passés « gratuitement » à Windows 10, un doute risque de les hanter : était-ce trop beau pour être vrai ?