Évoquant la pandémie de coronavirus en cours, Microsoft met en pause les mises à jour non sécurisées pour tous les utilisateurs de Windows 10 et Windows Server.

 


Le 10 mars, le vice-président de Microsoft, Yusuf Mehdi, a fièrement annoncé que plus d’un milliard de personnes utilisaient désormais Windows 10. Ce fut, il faut le dire, un moment historique. Maintenant, ce n’est plus vraiment le cas : évoquant la situation de santé publique causée par la pandémie de COVID-19, Microsoft a confirmé qu’il suspendrait la publication de toutes les mises à jour cumulatives optionnelles à partir de mai 2020. Cela suit l’exemple de Google, qui a déjà suspendu toutes les versions de Chrome jusqu’à nouvel ordre, ainsi que de Microsoft Edge, qui a fait de même.

Dans une annonce faite le 24 mars, Microsoft a déclaré avoir « évalué la situation de la santé publique » : « nous comprenons que cela a un impact sur nos clients ». Les défis auxquels sont confrontés les utilisateurs de toutes les versions prises en charge de Windows 10 et de Windows Server ont amené Microsoft à réagir en « mettant en pause toutes les versions non sécurisées optionnelles », avec effet à partir de mai 2020. Il s’agit des mises à jour cumulées de Windows qui arrivent au cours des deuxième et troisième semaines du mois, après la publication des grandes mises à jour de sécurité obligatoires du « Patch Tuesday ». Il est important de noter que si ces mises à jour cumulatives n’ont pas d’impact sur la sécurité de votre installation Windows 10, elles contiennent des corrections de bugs qui pourraient causer des problèmes dans l’utilisation quotidienne.

Microsoft a déclaré qu’il n’y aurait « aucune modification des mises à jour de sécurité mensuelles », qui « continueront comme prévu pour assurer la continuité des activités et pour que nos clients restent protégés et productifs ».

Alors, qu’est-ce que tout cela signifie réellement ? Essentiellement, ce que Microsoft fait ici, c’est donner la priorité à ses ressources en s’assurant que les correctifs de sécurité passent en premier, ce qui est à la fois compréhensible et bienvenu. Il n’y aura aucun changement dans le processus d’émission de mises à jour d’urgence hors bande, comme ce fut le cas avec la vulnérabilité SMBGhost plus tôt ce mois-ci. Bien sûr, la manière dont Microsoft décide de ce qui doit être mis à jour d’urgence est discutable. Il existe une vulnérabilité critique affectant les utilisateurs de Windows 10 qui est actuellement exploitée dans la nature, et il n’y a pas de correctif disponible et il semble peu probable qu’il y en ait un avant le prochain « Patch Tuesday ».

Bien que les bugs logiciels qui sont généralement corrigés dans les mises à jour cumulatives, connues sous le nom de mises à jour « C » et « D » dans le langage interne de Microsoft, soient généralement intégrés dans la prochaine exécution obligatoire du « Patch Tuesday », cela signifie qu’il y aura des retards dans la résolution de ces bugs Windows gênants pour le moment.

 

 

<<< À lire également : Microsoft Reconnaît Des Problèmes Sur Son Surface Laptop >>>