Apple devrait présenter ses trois nouveaux modèles d’iPhone 11 à la rentrée. La communauté de fans de la marque à la pomme estime pourtant que ces nouveaux smartphones ne devraient pas proposer de véritables nouveautés technologiques. Les ventes d’iPhone pourraient donc encore chuter et laisser les finances du groupe dans un piètre état.

La plateforme iPhone n’est pas pour autant vouée à disparaître, mais la promotion de modèles haut de gamme par Apple contraste avec sa volonté de devenir une entreprise de services et de logiciels garantissant des revenus fixes d’années en années.


En Chine, les clients se lassent des designs Apple et se détournent de la marque. Les derniers chiffres de la société d’études Canalys pour l’Europe montrent une baisse de 17 % de la part de marché iPhone d’une année sur l’autre. Ben Lovejoy relate pour le site d’informations 9to5Mac :

La société [Canalys] affirme que les expéditions européennes d’iPhone sont passées de 7,7 millions de produits au deuxième trimestre 2018 à 6,4 millions au deuxième trimestre 2019. Cela représente une baisse de 17 % des ventes de smartphones Apple en Europe, qui a par la suite entraîné une chute de la part de marché d’Apple, de 17 % à 14,1 % sur 12 mois.

Dans cette situation, Tim Cook (PDG du groupe Apple) se devait donc de réagir. Il a ainsi décidé de publier les chiffres des ventes unitaires d’iPhone, afin de contrer les rumeurs. Cette décision devrait permettre de détourner l’attention des produits Apple afin de la rediriger vers le nouvel objectif du groupe, les services.

Le chiffre d’affaires des ventes d’iPhone est en chute libre. Il représente aujourd’hui moins de 50 % des recettes d’Apple, et ce, pour la première fois depuis 2012, avec 25,99 milliards de dollars, contre 29,47 milliards auparavant. Les services font donc la différence pour Apple, puisqu’ils représentent 11,46 milliards de dollars, mais ne parviennent pour autant pas à stimuler le chiffre d’affaires du groupe qui est en baisse d’année en année.

Et c’est ainsi que commence le cauchemar Apple. Les logiciels et les services nécessitent plus de temps que des smartphones pour s’imposer sur le marché et augmenter leur chiffre d’affaires. Ils ne peuvent donc pas être rentables immédiatement, or si les ventes d’iPhone continuent à chuter, le groupe va rencontrer de véritables difficultés pour engranger des recettes.

Comment stimuler les ventes d’iPhone ? Avec de nouvelles technologies excitantes, uniques en leur genre et proposées sur de nouveaux modèles de smartphones. Le nouvel iPhone 11 est bien nouveau, pourtant il est bien loin d’être excitant. En 2019, les smartphones haut de gamme proposent des modes plein écran, des objectifs multiples, une connectivité 5G, un chargement rapide, une longue durée de vie de la batterie et des dispositifs de sécurité importants. Au contraire, l’iPhone 11 conserve l’encoche sur la bordure en haut de l’écran peu appréciée des consommateurs, la 5G ne devrait pas être disponible avant 2020 au plus tôt, la capacité de la batterie, bien qu’améliorée, n’est toujours rien comparée aux batteries des smartphones Android. Lors de la convention de hackers DEF CON organisée en début de semaine, les participants ont réfuté les prétentions d’Apple, qui assure que l’iPhone 11 est totalement sûr et peut protéger toutes vos données.

Sans l’intérêt des consommateurs, les ventes d’iPhone vont assurément chuter. De plus, en l’absence d’un regain des ventes avec l’iPhone 11, le public apte à consommer des services et des logiciels Apple se réduit. Et sans les recettes des services, le chiffre d’affaires du groupe poursuivra sa chute libre.

Avant même sa sortie, l’iPhone 11 déçoit donc déjà les consommateurs. À moins d’inverser la tendance à la baisse des iPhone X et XS, Apple doit se préparer à un essoufflement de sa popularité et devra espérer que le pari audacieux des services sera payant avant qu’il ne soit trop tard.