Réinventer les usages en matière de formation, créer une nouvelle expérience apprenant, les nouvelles entreprises de l’e-éducation ou EdTech en anglais (education technologies) déploient des solutions technologiques innovantes au service de l’éducation. Si le secteur de l’EdTech est en pleine émergence, c’est parce qu’il ouvre la voie à de nouvelles formes de formation, d’apprentissage et d’acquisition de connaissances. L’école n’est donc plus le seul transmetteur de savoirs.

Créer une expérience apprenant


Les entrepreneurs de l’EdTech ont pour ambition de créer une expérience d’apprenant ou plus exactement une « expérience d’apprentissage d’excellence ».
Il est commun de parler d’expérience d’achat pour un client en magasin ou sur un site e-commerce, pourquoi n’en serait-il pas de même pour un apprenant à la recherche de formations sur une plateforme e-learning par exemple ?

Les entrepreneurs de l’EdTech s’ingénient à co-construire une offre de formation en collaboration avec l’apprenant.

La personnalisation des parcours de formation permet à ces acteurs d’innover en variant les formats pédagogiques (quizz, apprentissage sur mobile, jeux sérieux, etc.) et à en diversifier les modalités (en présentiel et à distance, traditionnellement baptisée « Blended Learning »).

Enfin, la création d’une expérience apprenant suppose la mise en place d’un suivi précis des formations dispensées en mesurant différents indicateurs de performance (par exemple : taux d’abandon, nombre de modules complétés, etc.) Une fonctionnalité intégrée dans la plupart des plateformes LMS actuellement disponibles sur le marché.

Un marché en effervescence

L’étude menée par la Caisse des Dépôts en collaboration avec le cabinet Deloitte est fort instructive et nous fournit quelques chiffres nous permettant de dresser un tableau assez juste et représentatif de ce secteur :

  • Le marché des services et des ressources dans l’EdTech est estimé à 89 millions d’euros en 201.
  • Ce secteur est caractérisé par une domination du secteur scolaire (écoles, collègues, lycée) qui pèse à lui seul 85 M€/an des solutions numériques innovantes contre seulement 4 M€ pour le parascolaire.
  • Les collectivités territoriales qui sont celles qui investissent le plus dans les solutions numériques puisqu’elles sont les principales acheteuses de formations, elles sont suivies (mais dans une moindre mesure) par les établissements scolaires.

Les postes de dépenses les plus importants concernent les services de gestion c’est-à-dire dédiés au déploiement d’espaces numériques. Ce poste de dépense est suivi en seconde position par l’investissement en ressources pédagogiques numérique.

​5 acteurs de l’EdTech France à suivre

Il serait difficile de dresser une liste exhaustive de tous les acteurs de l’EdTech présents en France tant ce marché s’est diversifié tant en termes de technologies qu’en termes d’usages.

Toutefois, nous avons inclus dans notre liste des acteurs considérés comme incontournables en raison de leur position hégémonique sur le marché [par exemple 360 learning] ou innovants grâce à leur capacité de s’implanter et de dominer un marché de niche [tel que Digiforma].

  • Klaxoon : cette start-up rennaise récompensée en 2016 et en 2017 au CES de Las Vegas propose un outil dédié à l’animation de réunion. Son objectif ? Rendre les réunions plus efficaces et plus interactives en intégrant des activités ludiques et diversifiées.
  • Learn Assembly : l’acteur conçoit des solutions e-learning à destination des entreprises et propose des formations en « situation de travail » [une action de formation désormais officiellement reconnue par le gouvernement lors de la précédente réforme].
  • 1to1 progress = il s’agit d’un acteur qui s’adresse aux particuliers et aux entreprises et propose des formations linguistiques à distance sur-mesure et collectifs intégrés au sein de parcours d’apprentissage en présentiel et à distance (formations mixtes ou blended learning en anglais.
  • 360 learning est le géant du e-learning en France. Davantage adaptée aux grands groupe, cette plateforme LMS [learn management système qui est un système d’apprentissage de gestion de la formation en ligne propose une expérience de formation collaborative dans le but d’améliorer de développer la formation interne des équipes commerciales, d’accélérer la prise en main de logiciels ou de favoriser l’apprentissage n’importe où et à n’importe quel moment.
  • Digiforma, le logiciel de gestion de la formation à destination des formateurs indépendants, petits et moyens organismes de formation. D’abord spécialisé dans la gestion administrative, cet outil propose désormais des fonctionnalités avancées pour mettre en œuvre une démarche qualité, suivre son activité de formation ou encore créer des activités e-learning au sein d’une plateforme intégrée.

Si en 2018, la tendance de ce marché était la digitalisation de l’éducation et l’intégration de contenus pédagogiques toujours plus variés [objet connects, serious games, mobile learning, etc.), l’année 2019 est marquée par une profonde réforme de la formation qui accentue la nécessité de créer une véritable expérience apprenant en personnalisant les parcours de formations et en les adaptant aux besoins de chacun.

Et pour 2021 ? Selon une étude menée par le cabinet Xerfi, le marché pourrait s’orienter vers un secteur B2C. Rien d’étonnant lorsqu’on sait que le gouvernement a lancé il y’a quelques semaines une application mobile permettant à chaque apprenant d’acheter directement sa formation sans passer par des intermédiaires [que sont les OPCO par exemple].


<<<À lire également : Éducation : Pourquoi Il Faut Créer Une Véritable Filière Edtech En France >>>