Plus de la moitié des Français en ont peur. Pourtant, cette technologie n’a rien de nouveau…  Ce qui change, en revanche, c’est la prise de conscience. En effet, il ne s’agit plus seulement de quelque chose relevant de la science fiction ou d’une réalité lointaine. 

Les Français ont pleinement intégré que l’intelligence artificielle va bouleverser la société. Progressivement, différents objets et services commencent à entrer dans leurs vies. A tel point qu’ils anticipent un quotidien différent. Il est vrai qu’après la révolution industrielle et celle du numérique, l’intelligence artificielle est décrite comme le prochain grand bouleversement qui modifiera en profondeur l’organisation en société. D’où la crainte d’être remplacés, au moins en partie, par une IA. Clairement, ils sont inquiets sur l’avenir de leurs métiers.

Pourtant, l’intelligence artificielle n’est pas un phénomène nouveau. Cela fait environ un demi siècle que les premiers neurones artificiels ont été conçus. Et dès les années 90, plusieurs applications ont vu le jour. Mais les technologies mettent souvent du temps à se démocratiser afin d’être perçues par le grand public. Plus de 25 ans après l’émergence de l’intelligence artificielle, on assiste enfin à une prise de conscience des enjeux par le grand public. C’est la preuve que le sujet a atteint un degré de maturité fort, et il est parfaitement normal que, comme toute nouveauté, il apparaisse – à première vue – comme anxiogène. Les résistances et la défiance n’ont donc rien de surprenant, sauf que les gens imaginent parfois des réalités qui n’existent pas. L’idée que la machine va tuer l’homme est une pure chimère. L’intelligence augmentée ne signifie par un homme opprimé, mais au contraire, un homme complété.

Faire preuve de pédagogie pour désamorcer les craintes est donc absolument essentiel. Le devoir de communication est du ressort tant des pouvoirs publics que des acteurs privés. Et plus que jamais, la transparence est de mise. Cette la condition sine qua non d’une saine appropriation.

L’inquiétude ambiante ne doit pas néanmoins masquer le fait que pour un nombre important de Français, l’intelligence artificielle suscite plutôt de l’optimisme. Pour beaucoup de Français, l’IA est une chance d’améliorer leur quotidien. Ils sont informés des bénéfices attendus, notamment dans le domaine de la santé. Certains condamnent même le retard de notre pays sur ces sujets. En ce sens, la volonté du gouvernement de stimuler le financement de l’innovation et de la recherche est un signal à la fois fort et encourageant. Mais encore une fois, ne perdons pas de vue la nécessaire communication, véritable gage de réassurance. Et donc d’adhésion.