La pandémie du coronavirus a entraîné l’arrêt soudain d’une grande partie de l’économie américaine, afin de protéger les consommateurs et les travailleurs contre la maladie. Il y a quelques mois, nous craignions que les robots ne prennent tous les emplois. Aujourd’hui, nous avons besoin d’eux pour lutter contre la crise sanitaire.

Alors que nous mesurons l’ampleur des énormes perturbations causées et de la difficulté de maintenir la production tout en assurant la sécurité des employés, nous sommes tentés de nous demander où sont les robots quand on a besoin d’eux ?


Les robots font de leur mieux pour aider, du moins dans certains domaines. Dans un récent podcast, Brad Bogolea, cofondateur et PDG de Simbe Robotics, a expliqué comment ses robots aident les épiceries à faire face aux défis de la crise actuelle.

Simbe Robotics est la « mère » de Tally, un robot grand et léger qui se faufile dans les rayons et utilise la reconnaissance d’images pour faire l’inventaire en temps réel des produits présents dans les rayons. Ces informations peuvent ensuite être utilisées par les équipes des magasins pour accélérer le réapprovisionnement et améliorer l’efficacité de la chaîne alimentaire. « Simbe Robotics aide les détaillants à combler le manque d’informations entre la chaîne d’approvisionnement et les points de vente », explique Bogolea.

La crise du coronavirus a rendu les informations sur les stocks en temps réel plus importantes que jamais. Brad Bogolea note que les épiceries ont fait face à une forte augmentation de la demande puisque les consommateurs se sont retrouvés coincés à la maison, les restaurants étant fermés et les enfants n’étant plus à l’école à l’heure du déjeuner. La demande d’autres produits spécifiques, comme les médicaments en vente libre, a également augmenté.

Les magasins ont réagi rapidement. Ils ont ajusté les horaires d’ouverture, pour satisfaire tout le monde, mais aussi pour se donner suffisamment de temps pour décharger plus de marchandises des camions de livraison et réapprovisionner les rayons. Et ils ont embauché un nombre important de salariés temporaires pour faire face à la charge de travail supplémentaire. Mais comme un grand nombre de nouveaux employés aident à réapprovisionner les rayons, ils doivent savoir rapidement où tout va, et quels articles doivent aller dans les rayons et dans la réserve. C’est exactement le genre d’informations que Simbe Robotics peut fournir en temps réel.

L’optimisation de la gestion de la chaîne d’approvisionnement est apparue comme l’une des principales priorités des épiceries dans cette situation de crise, compte tenu non seulement de l’augmentation de la demande, mais aussi des restrictions et des précautions nécessaires pour permettre aux employés de travailler en toute sécurité et d’éviter la contamination. Contrairement au secteur industriel, les détaillants alimentaires ont été moins exposés aux perturbations des chaînes d’approvisionnement mondiales. L’approvisionnement de certains articles internationaux (et du papier toilette) présente quelques difficultés et retards, mais dans l’ensemble, les produits sont disponibles. Le défi est de les faire passer assez rapidement dans la chaîne d’approvisionnement et dans les rayons.

Bogolea, sans surprise, a toujours pensé que les magasins de briques et de mortier sont là pour rester, qu’ils réussiront à repousser la concurrence des détaillants en ligne. Il affirme que sa conviction a été renforcée par la façon dont les épiceries ont rapidement réagi face à cette crise, en mettant en place des systèmes de « click-and-collect » ou de « click-and-delivery », ou en s’appuyant sur des services de livraison établis comme Instacart. Il note que Simbe Robotics joue un rôle crucial dans le système, en permettant à des services comme Instacart d’avoir des informations précises en temps réel sur ce qui est disponible dans les magasins.

La valeur apportée par Tally and Simbe Robotics ne s’arrête pas à la crise. L’amélioration de la gestion de la chaîne d’approvisionnement pourrait permettre de débloquer jusqu’à 1 000 milliards de dollars dans le commerce de détail. Et ce, tout simplement en éliminant les inefficacités existantes. Brad Bogolea réfléchit déjà à la valeur ajoutée que pourraient apporter les observations de Tally. « Nous sommes en train de constituer un ensemble de données sans précédent pour le commerce de détail, qui sera extrêmement utile tant aux détaillants qu’aux parties tierces. Certaines des informations que nous avons recueillies au cours des derniers mois soulignent l’intérêt d’examiner ces informations sous l’angle de la science des données. »

Par exemple, Simbe a pu identifier rapidement les tendances et les défis dans les États du nord-ouest des États-Unis, qui ont été les premiers touchés par la crise du coronavirus. Ces informations se sont avérées précieuses pour les détaillants lorsque la crise et les restrictions qui en découlent se sont étendues au reste du pays.

À l’avenir, les informations fournies par Tally permettront de mieux comprendre le comportement des consommateurs et pourraient ouvrir la voie à une tarification dynamique lorsque les étiquettes de prix électroniques permettront un ajustement plus rapide des prix dans les rayons.

Ce n’est que le début. « Ce que l’on commence à voir dans la robotique aujourd’hui ressemble beaucoup aux débuts des ordinateurs personnels ou des téléphones portables. L’émergence de plates-formes facilite la création, le déploiement et la gestion des applications robotiques. Nous envisageons un avenir où la robotique imprégnera toute la chaîne d’approvisionnement, permettant au commerce physique d’atteindre la “parité numérique” avec le commerce en ligne », affirme Bogola. 

Tally et d’autres robots joueront un rôle clé, de l’amélioration de la chaîne d’approvisionnement à l’acheminement plus rapide des produits vers les clients grâce à une livraison autonome. Mais la valeur des personnes et du capital humain restera essentielle, souligne Bogolea. « Nous le voyons aujourd’hui avec les employés des épiceries, avoir des humains dans la boucle sera toujours crucial. »

 

<<< À lire également : Faire Confiance Aux Robots Grâce À La Réalité Virtuelle >>>