Le tracking des smartphones contre le coronavirus a fait son entrée dans la cour des grands. L’annonce, faite le 10 avril, qu’Apple et Google interviennent pour s’assurer que cela est fait correctement, change la donne. Il y avait eu un débat préalable sur la question de savoir quelle méthode de tracking l’emporterait : les pings du réseau, les bases de données GPS ou les applications dédiées. Mais aujourd’hui, il est clair que le système Bluetooth adopté à Singapour, puis repris en Europe et ailleurs, semble prédominer.

 


Compter sur votre smartphone pour vous avertir si vous avez risqué une infection possible devrait bientôt devenir une réalité pour la plupart d’entre nous. Il y a eu tant de traction en si peu de temps qu’il est difficile de gérer cela correctement, ce qui a incité le gardien de la vie privée en Europe à demander une solution internationale. Maintenant, Google et Apple veillent à ce que cela se fasse.

 


Les systèmes actuellement mis en place utilisent l’indicateur de force relative du signal de Bluetooth et un identifiant unique masqué pour remonter le temps lorsqu’un patient est nouvellement diagnostiqué positif au coronavirus. L’ensemble de données peut être calculé, et permettre de contacter toutes les personnes qui ont été proches du patient au cours des derniers jours ou des dernières semaines et pendant combien de temps. Le même système peut alors envoyer un message à ces personnes pour les inciter à s’isoler ou à se faire tester, selon les politiques en vigueur au niveau local. Le tout sans porter atteinte à la vie privée.

 

L’initiative conjointe d’Apple et de Google devrait permettre de mettre en place ce système multiplateforme en quelques semaines. « En mai », ont déclaré les géants de la technologie dans un communiqué, « les deux sociétés vont publier des API qui permettront l’interopérabilité entre les appareils Android et iOS en utilisant les applications des autorités de santé publique. Ces applications officielles pourront être téléchargées par les utilisateurs via leurs app store respectifs ».

 

Le Royaume-Uni et d’autres pays européens travaillent actuellement sur leurs applications. L’Allemagne semble être la première à adopter une alternative paneuropéenne en devenir. Les États-Unis explorent leurs options. Ils pourraient commencer à aligner tous ces efforts sur certains paramètres communs de protection de la vie privée et des données, ainsi qu’à améliorer l’efficacité.

 

Mais cela va beaucoup plus loin. Dans quelques mois, l’intention est de passer d’applications transversales à la construction d’une « plateforme plus large de recherche des contacts basée sur le Bluetooth… dans les plateformes sous-jacentes ». Cela permettrait, en théorie, de mettre en place un système au niveau national, pays par pays, grâce aux systèmes d’exploitation des smartphones dont nous disposons presque tous. La théorie veut également que, pour le faire de manière totalement ouverte, la publication de normes et de protections de la vie privée augmentera le niveau d’engagement de la population. De tels systèmes ne fonctionnent que si 60% ou plus des habitants d’un pays ou d’une région y participent.

 

« La confidentialité, la transparence et le consentement sont de la plus haute importance dans cet effort », ont assuré Apple et Google, « et nous sommes impatients de mettre en place cette fonctionnalité en consultation avec les parties prenantes intéressées. Grâce à une coopération et une collaboration étroites avec les développeurs, les gouvernements et les prestataires de santé publique, nous espérons exploiter la puissance de la technologie pour aider les pays du monde entier à ralentir la propagation du COVID-19 et à accélérer le retour à la vie quotidienne ».

 

Jusqu’à présent, le débat autour du tracking des téléphones et de la recherche des contacts a porté sur le passage d’ensembles de données anonymes et agrégées aux personnes ci-dessous. Cela a été considéré comme un pas de trop, même si c’est exactement la façon dont la Chine a appliqué son régime strict de quarantaine et de confinement et que certaines mesures similaires ont été vantées ailleurs. La question sera de savoir comment Apple et Google peuvent déployer une plateforme qui protège la vie privée et garde nos données à l’abri des regards indiscrets. Nous en resterons alors à la même question : faites-vous plus ou moins confiance aux technologies de pointe qu’à votre gouvernement lorsqu’il s’agit de protéger vos intérêts ?

 

La plateforme elle-même sera intégrée au système de santé local pour confirmer les diagnostics et fournir la bonne ligne de conduite aux personnes potentiellement infectées. Au-delà de cela, la précision de la technologie suscite certaines inquiétudes : tous les systèmes Bluetooth ne sont pas identiques et leur fonctionnement peut varier d’un endroit à l’autre. Mais la principale question est de savoir si un système volontaire peut convoquer le nombre de personnes nécessaires pour le faire fonctionner. Le risque est que les personnes qui craignent d’être infectées s’inscrivent à un programme de dépistage – probablement des personnes âgées ou en moins bonne santé. Les jeunes citoyens, en revanche, peuvent être moins coopératifs. Et si cela se produit, c’est un véritable problème.

 

 

<<< À lire également : Traçage Volontaire du Coronavirus : Faut-il Suivre l’Exemple Israélien ? >>>