Dévoilé début avril, le projet présenté comme une communauté d’innovations est porté par 5 grandes entreprises françaises qui se sont rapprochées pour apporter des solutions technologiques aux enjeux et aux défis de la mobilité d’aujourd’hui et de demain. Une nouvelle proposition de valeur basée sur des collaborations ouvertes entre les membres actuels et futurs de la Software République.

 

Un enjeu de souveraineté

Lancée à l’initiative de Luca de Meo, la Software République a été pensée comme un écosystème d’open innovation permettant à ses membres fondateurs de mutualiser leurs expertises sur les sujets de mobilité, d’intelligence artificielle, de big data, ou encore de cybersécurité pour créer les solutions et systèmes de la mobilité de demain. Des thèmes transversaux qui participent à la transformation de tout un secteur, et sur lesquels il était important d’apporter une solution collaborative de grande envergure pour assurer la souveraineté de la France et de l’Europe dans ce domaine. Un acte de leadership fort porté par Elie Girard, Bernard Charlès, Luca de Meo, Jean-Marc Chéry et Patrice Caine, respectivement les dirigeants des entreprises Atos, Dassault Systèmes, Groupe Renault, STMicroelectronics et Thales.

Le logo de la Software République

 

Nouvelle chaîne de valeur de la mobilité

Cette initiative s’inscrit dans le contexte d’une mobilité en pleine révolution, qui se doit d’être à la fois connectée et simple d’utilisation, accessible et responsable pour répondre aux attentes des consommateurs. Comme l’explique Bernard Charlès, Vice-Président du Conseil d’administration et Directeur Général de Dassault Systèmes, « Le 21e siècle est marqué par un changement assez profond, un passage de la notion de produit à une notion de valeur d’usage. C’est une approche complètement nouvelle d’imaginer, de construire et de rendre disponible ces services, et en même temps un voyage excitant car la valeur d’usage est un voyage inclusif, par la mise à disposition de la technologie au plus grand nombre ».

La chaine de valeur de la mobilité a été totalement revue à l’aune de la crise sanitaire.  Selon le Boston Consulting Group, le marché mondial de la mobilité va croitre de 60% d’ici 2035, pour atteindre 11 000 milliards d’euros. Cette croissance provient principalement de l’émergence de ruptures technologiques – véhicules électriques, nouveaux composants, nouveaux services après-vente et autres services à valeur ajoutée – dont la part va passer de 5% à 45 % du marché mondial de la mobilité. Autant de gisements de business à aller chercher dans des marchés dont les frontières se floutent de plus en plus. D’où l’intérêt, pour ses membres fondateurs, d’unir leurs forces à travers cette communauté ouverte, qui pourra accueillir de nouveaux membres, au fur et à mesure de ses développements.

Elie Girard, Bernard Charlès, Luca de Meo, Jean-Marc Chéry et Patrice Caine, respectivement les dirigeants des entreprises Atos, Dassault Systèmes, Groupe Renault, STMicroelectronics et Thales.

 

Trois grands domaines de coopération

L’objectif de la Software République est de se doter rapidement d’offres globales à destination des citoyens, mais aussi des entreprises et des collectivités, allant des interfaces utilisateurs à la gestion de l’énergie, en intégrant les systèmes de véhicules, les plateformes de services ou encore les outils d’exploitation des réseaux. Pour cela, trois domaines de coopération ont été identifiés : des systèmes intelligents pour faciliter la connectivité sécurisée entre le véhicule et son environnement digital et physique, des solutions de simulation et de gestion des données pour optimiser les flux pour les territoires et les entreprises ou encore la création d’écosystème d’énergie pour simplifier l’expérience de charge. A ce titre, le « Plug and Charge » fait partie des sujets discutés par les partenaires afin de permettre à une voiture électrique, branchée sur une borne compatible, d’être automatiquement reconnue, et d’effectuer une charge facturée sans la moindre action de l’utilisateur. Interrogés sur le calendrier de la Software République, les fondateurs ont annoncé l’inauguration en septembre prochain d’un QG basé à Saclay afin d’accueillir les équipes en charge du co-développement des premiers produits et services. Pour mobiliser les start-up et les universités sur ces sujets, les 5 dirigeants prévoient d’organiser un « data challenge » dans le but de contribuer à développer les technologies pour la mobilité de demain : électrique, connectée et autonome.

 

<<< À lire également : Mauvaise nouvelle pour les fans du MacBook Pro d’Apple >>>