Le géant Amazon affirme qu’il maintiendra un moratoire sur la vente de sa technologie de reconnaissance faciale aux services de police, une décision saluée par les groupes de défense des droits civils.

La société avait imposé un moratoire d’un an sur la technologie, connue sous le nom de Rekognition, en juin 2020, alors que des protestations ont balayé le pays après la mort de George Floyd à Minneapolis. Face aux protestations des groupes de défense des droits civiques selon lesquels la technologie d’Amazon identifiait mal certains groupes raciaux et pouvait être utilisée par la police pour surveiller et cibler les communautés noires, la société a déclaré qu’elle utiliserait le moratoire pour donner au gouvernement fédéral le temps d’introduire une législation nationale pour régir son utilisation.

Alors que plus d’une douzaine de villes – dont Portland, San Francisco et Jackson  (Mississippi) – ont interdit l’utilisation de la technologie de reconnaissance faciale par les services de police, aucune réglementation n’a été introduite au niveau fédéral.

La décision d’Amazon de prolonger le moratoire, qui a été rapportée pour la première fois mardi par Reuters, aligne la société sur Microsoft, qui a imposé une interdiction indéfinie sur sa technologie de reconnaissance faciale l’année dernière. IBM avait auparavant déclaré qu’elle abandonnerait complètement son produit de reconnaissance faciale. Amazon n’a pas fourni de détails supplémentaires.

Forbes a rapporté la semaine dernière que les groupes de défense des droits civils avaient renouvelé leurs appels pour qu’Amazon interdise définitivement l’utilisation de la technologie par les services de police, citant le risque que les forces de l’ordre puissent l’utiliser pour surveiller et cibler les communautés noires.

« Nous sommes heureux qu’Amazon prolonge son moratoire sur l’utilisation par les forces de l’ordre de la technologie de reconnaissance faciale de l’entreprise », a déclaré dans un communiqué Nathan Freed Wessler, directeur adjoint du projet Speech, Privacy, and Technology de l’Union américaine pour les libertés civiles. Il a indiqué que les efforts de l’ACLU se concentreraient désormais sur le plaidoyer pour une législation plus stricte.

La décision d’Amazon de prolonger l’interdiction intervient avant l’assemblée générale annuelle de la société, le 26 mai, au cours de laquelle les actionnaires se prononceront sur une proposition visant à réaliser un audit indépendant sur les risques d’utilisation de son logiciel Rekognition par les pouvoirs publics – une mesure à laquelle Amazon a exhorté les actionnaires à s’opposer.

 

Article traduit de Forbes – Auteur : David Jeans

 

<<< À lire également : Les drones avec reconnaissance faciale sont prêts à voler, mais le monde n’est pas encore prêt >>>