Le Dr Anthony Fauci, principal expert en matière de maladies infectieuses du gouvernement américain, est revenu sur l’affirmation qu’il avait faite la semaine dernière, selon laquelle une injection de rappel est nécessaire pour être considéré comme entièrement vacciné, lors d’une interview dimanche dans This Week – bien que cela puisse changer, a-t-il déclaré.


 

Principaux faits

  • Le Dr Fauci a déclaré qu’à l’heure actuelle, « un vaccin complet, par définition, correspond aux deux doses initiales… des vaccins Pfizer et Moderna et à une seule dose de J&J ».
  • Cependant, dans une vidéo préenregistrée pour le STAT News Summit, le conseiller médical en chef de la Maison Blanche a déclaré qu’il « croyait » qu’ « une troisième injection pour un [vaccin] ARNm devrait faire partie du régime standard actuel » et non être « un complément ».
  • Le Dr Fauci n’a pas exclu la possibilité que des injections de rappel soient nécessaires pour être complètement vacciné, et a déclaré que son équipe « continuera à suivre les données » et à surveiller l’augmentation de l’immunité contre le Covid-19 et la durée de cette immunité accrue après la dose supplémentaire.

 

Chiffre important

17.6%. C’est le nombre d’Américains qui ont reçu une dose de rappel du vaccin Covid-19. Ce chiffre devrait augmenter après que la Food and Drug Administration et les Centers for Disease Control and Prevention ont recommandé vendredi à tous les adultes de recevoir des injections de rappel de Pfizer et Moderna. Il est conseillé de faire le rappel au moins six mois après avoir été complètement vacciné.

 

Fait surprenant

Les gouverneurs du Connecticut et du Nouveau-Mexique ont déclaré qu’ils considéraient que la définition de la vaccination complète incluait l’injection de rappel.

 

Le contexte

La FDA a autorisé l’injection de rappel de Pfizer en septembre. Le mois dernier, les CDC ont statué qu’il n’y avait pas de danger à mélanger les injections de rappel, ce qui signifie que les bénéficiaires peuvent recevoir une injection d’un fabricant différent de celui qui leur a administré leurs premières doses. La dose supplémentaire était d’abord disponible pour les Américains à haut risque, notamment les personnes âgées, celles qui travaillent dans des établissements de santé et les personnes immunodéprimées. Avant que la FDA n’ouvre l’éligibilité au rappel à tous les adultes américains, certains États avaient déjà proposé le vaccin à leurs résidents âgés de 18 ans ou plus.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Marisa Dellatto

 

<<< À lire également : L’Autriche ordonne le confinement des personnes non vaccinées >>>