Un an exactement après que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré la pandémie de Covid-19, le virus a fait plus de 2,6 millions de victimes dans le monde, a fortement perturbé l’économie mondiale et a radicalement modifié le mode de vie des populations. Toutefois, le déploiement de vaccins efficaces et la baisse subséquente du nombre de décès et d’infections dans le monde laissent entrevoir une lueur d’espoir pour sortir de la crise.

Faits marquants

  • Selon un système de suivi géré par l’université Johns Hopkins, la pandémie a fait au moins 2,62 millions de morts jusqu’à présent, et plus de 118 millions d’infections ont été enregistrées.
  • À titre de comparaison, on comptait 125 000 cas et moins de 5 000 décès confirmés le 11 mars 2020.
  • Toutefois, les deux chiffres, en particulier le nombre total d’infections, sont présumés être des sous-comptes massifs en raison des limitations des tests de dépistage du virus, surtout au début de la pandémie.
  • Les États-Unis, pays le plus touché avec près de 530 000 décès, connaissent enfin une baisse soutenue du nombre de cas et de décès, attribuée au déploiement de vaccins et d’autres mesures préventives.

 

https://twitter.com/Mediavenir/status/1370467705216729092

 

  • Alors que les cas ont diminué aux États-Unis, le Brésil est devenu le nouvel épicentre de la pandémie, enregistrant le plus grand nombre de cas et de décès quotidiens. Le Brésil totalise 277 102 décès.

 

  • Si les experts de la santé font preuve d’un optimisme prudent quant à l’impact des vaccins, nombreux sont ceux qui ont prévenu qu’une disparité mondiale dans le déploiement des vaccins pourrait servir à prolonger la pandémie avec l’émergence de nouvelles variantes du virus, comme dans le cas du Brésil.

Grand nombre

326 861 380. C’est le nombre total de doses de vaccin contre la Covid-19 qui ont été administrées dans le monde, selon un système de suivi géré par Bloomberg. La plupart des inoculations ont été limitées à un petit nombre de pays, dont les États-Unis, le Royaume-Uni, la Chine, l’Inde et le bloc de nations de l’Union européenne.

 

À surveiller

Le président des États-Unis, Joe Biden, s’est adressé à la nation jeudi à une heure de grande écoute, le premier discours de ce type de sa présidence, pour commémorer le premier anniversaire de la pandémie. Ce discours, qui intervient juste un jour après l’adoption par le Congrès d’un plan de secours de 1 900 milliards de dollars contre le coronavirus, a permis de faire le point sur l’année écoulée tout en donnant un aperçu du retour à la normale dans un avenir proche, selon le Washington Post.

Contexte clé

Même si un an s’est écoulé depuis que la Covid-19 a été déclarée pandémie, les détails exacts de son origine restent flous et mêlés à la politique. Le consensus scientifique général est que le virus est passé de l’animal à l’homme fin 2019 et a été détecté pour la première fois en Chine, le pays d’origine probable. La Chine a tenté de faire valoir sa propre version de l’origine, selon laquelle le virus aurait été importé dans le pays sur des aliments congelés. D’autre part, plusieurs théories du complot ont également émergé, selon lesquelles le virus aurait été créé dans un laboratoire en Chine. Cette théorie d’un virus créé en laboratoire a été poussée par l’ancien président Donald Trump et des membres de son administration, qui ont toujours accusé la Chine d’être responsable de la pandémie. Au début du mois, le Wall Street Journal a rapporté que l’équipe de l’OMS chargée d’enquêter sur les origines du virus ne publiera pas le rapport intermédiaire prévu sur sa mission de recherche en Chine, en raison de l’escalade des tensions politiques.

Article traduit de Forbes US – Auteur : Siladitya Ray

<<< À lire également : Il y a un an le Covid-19 | La rédaction de Forbes vous fait revivre ces journées qui ont changé nos vies >>>