PRESIDENTIELLE 2022 //  Les 10 et 24 avril prochains, plus de 43 millions d’électeurs seront appelés à choisir le Président de la République. Un scrutin singulier, scruté dans le monde entier et qui va susciter passions, débats, propositions, tactiques, stratégie, etc., tout cela sur fond de crise sanitaire. Forbes a décidé d’entrer en campagne ! Et de vous faire vivre au quotidien cette élection présidentielle.  Par Yves Derai


A partir de lundi 10 janvier, Forbes entre dans l’arène présidentielle !  Avec un traitement quotidien de l’élection que vous ne trouverez pas ailleurs, fidèle à l’ADN de Forbes : pédagogique, innovant et inspirant. Il s’agira de rendez-vous quotidiens originaux et éclairants, parfois ludiques, qui vous permettront de lire entre les lignes de cette campagne qui part sur un rythme échevelé, sur fond d’une crise sanitaire qui n’en finit pas de se réinventer.

Chaque lundi, nous soumettrons à la question les candidats, petits et grands, de gauche, de droite et du centre, sur des thèmes trop souvent négligés par les médias généralistes : l’économie, l’entreprise, les nouvelles technologies. Le mardi, nous reviendrons sur les mots qui écrivent la narration de cette période riche en formules et petites phrases, souvent préparées dans le secret des agences de communication, avec nos spécialistes en étymologie et naming. Nous proposerons aussi des portraits « marketing » des candidats en s’appuyant sur une étude de notre partenaire Insightquest. Le mercredi, nos experts décortiquerons les principales promesses de candidats dans le domaine économique mises en débat au cours de la campagne. Le jeudi, des chefs d’entreprise audacieux oserons des propositions programmatiques, comme s’ils se présentaient à l’élection présidentielle. Et le vendredi sera un moment synthétique de la semaine politique avec les meilleurs tweets, la déclaration choc qu’il faut retenir, l’information confidentielle qui fera le buzz.

D’ici là, bon week-end et à lundi !

 

<<< À lire égalementPartech double sa force de frappe dans le financement du growth européen avec son second fonds de 750 millions de dollars >>>