La version non classifiée du rapport tant attendu du Pentagone sur les ovnis a été publiée vendredi soir. Le Congrès a exigé ce rapport en réponse à la fuite de vidéos montrant des contacts entre des avions militaires américains et ce qui semble être des véhicules aériens inhabituels, que le Pentagone appelle « phénomènes aériens non identifiés ».

 

Ceux qui ont vu le rapport classifié, que les législateurs ont reçu au début du mois de juin, affirment qu’il reste ambigu sur la question de savoir si les objets sont de nature extraterrestre, concluant qu’il n’y a pas de preuve pour cette théorie mais qu’elle ne peut être exclue. S’ils ne sont pas extraterrestres, les véhicules apparents pourraient provenir de Russie ou de Chine, ce qui soulèverait une toute nouvelle série de préoccupations.

La version non classifiée conclut que les données disponibles ne sont pas concluantes et qu’il peut y avoir plusieurs explications. Il peut s’agir ou non de phénomènes naturels, de systèmes classifiés en cours de développement, de « systèmes d’adversaires étrangers » et autres. Et il peut y avoir ou non une menace pour la sécurité des vols ou la sécurité nationale.

Alors, nous disent-ils toute la vérité ? Malheureusement, les militaires ont l’habitude de ne pas être très honnêtes lorsqu’il s’agit d’objets volants non identifiés – pouvons-nous espérer quelque chose de différent cette fois-ci ?

« Il pourrait y avoir un certain nombre de raisons pour une dissimulation », a déclaré Mark Pilkington, auteur de Mirage Men : A journey into disinformation, paranoia and UFOs. « Ils pourraient couvrir des avions avancés secrets comme l’U-2 et le SR-71, et sans doute d’autres choses. » Environ 50% des rapports d’ovnis américains de l’époque pourraient avoir été causés par l’observation de ces deux avions. « Vous vous souvenez des rapports d’activité inhabituelle dans le ciel dans les années 50 ? C’était nous », a tweeté la CIA en 2014.

L’armée de l’air a également fait des pieds et des mains pour tenter d’expliquer les événements anormaux. En 1952, une série d’observations et de traces radar d’objets non identifiés au-dessus de Washington, D.C., a provoqué une quasi-panique dans les médias avec des titres criant « Saucers Swarm Over DC » (traduction : Les soucoupes envahissent Washington). L’Air Force a tenu une conférence de presse, affirmant avec désinvolture que les inversions de température avaient brouillé les radars et qu’il n’y avait rien à voir ici. Cette affirmation n’a pas convaincu grand monde et a ressemblé à une opération de blanchiment. Les phénomènes naturels, les erreurs d’identification et de communication étaient peut-être la cause réelle, mais en l’absence d’une enquête et d’explications appropriées, beaucoup ont commencé à soupçonner les militaires de dissimuler ce qu’ils savaient sur les OVNI. Parfois, cependant, la tromperie militaire allait dans l’autre sens, encourageant délibérément la croyance aux extraterrestres.

En 1947, un éleveur de Roswell, au Nouveau-Mexique, a trouvé d’étranges débris, les restes d’un groupe de ballons métalliques. Ceux-ci faisaient partie d’un projet secret visant à surveiller les essais nucléaires russes depuis la haute altitude. L’éleveur a informé les autorités, et les militaires ont dûment collecté les débris. Plutôt que d’admettre qu’il s’agissait d’un projet secret, le commandant de la base aérienne locale a annoncé aux médias qu’ils avaient récupéré les restes d’une soucoupe volante. Au lieu de détourner l’attention des médias, cela n’a fait qu’accroître l’attention. L’affaire Roswell est devenue un élément de la mythologie ovni, des rapports ultérieurs ajoutant des corps d’extraterrestres (ou même des extraterrestres vivants) à l’histoire.

Ce type d’amplification ajoute davantage de mystère et de confusion à ce qui pourrait être un événement tout à fait banal. Dans Mirage Men, Mark Pilkington note comment les services de renseignements militaires ont utilisé cette technique délibérément, en « divulguant » à plusieurs reprises de fausses données à des amateurs d’ovnis pour renforcer l’écran de fumée autour des avions classifiés.

« Cela vaut toujours la peine de regarder les sources des fuites, et qui les amplifie et les distribue », a affirmé Mark Pilkington. « Il y a certains « journalistes » et « organismes d’information » dans le monde des ovnis qui amplifient de façon spectaculaire toute séquence qui leur parvient, aussi ténue ou probable qu’elle ait été truquée. Les ovnis relèvent autant du divertissement commercial que du secret militaire. »

Il se peut que d’autres types de dissimulation soient également en cours, ce qui peut conduire à ce que la théorie du « véhicule étrange » reçoive un soutien tacite ou manifeste.

Les sceptiques suggèrent que les dernières vidéos peuvent être expliquées par une mauvaise interprétation des données des caméras et des capteurs. Un éminent analyste, Mick West, qui dirige le site Metabunk.org, montre comment la lumière, le mouvement et les artefacts de la caméra peuvent être trompeurs. Il présente une analyse détaillée des trois vidéos récentes de la marine américaine, montrant comment les engins à l’aspect étrange peuvent être produits par des reflets, des problèmes de mise au point et d’autres effets. « Les véritables explications, bien qu’amusantes à étudier, sont probablement assez ennuyeuses », conclut Mick West.

L’armée pourrait toutefois être réticente à admettre que des pilotes, des opérateurs radar et d’autres personnes se sont emballés et ont diffusé des rapports et des vidéos d’ovnis sur la base de malentendus.

« Il peut s’agir d’un exercice de relations publiques visant à couvrir les erreurs ordinaires d’identification et de perception commises par le personnel », déclare Mark Pilkington. « Il est fort probable que cela fasse partie de ce qui se passe avec le récent lot de rapports et de fuites de vidéos. »

Il est intéressant de noter que le nouveau rapport affiche dès le départ une importante clause d’exonération : « Hypothèse : Les diverses formes de capteurs qui enregistrent les UAP (Unidentified aerial phenomenon) fonctionnent généralement correctement et capturent suffisamment de données réelles pour permettre des évaluations initiales, mais certains UAP peuvent être attribuables à des anomalies des capteurs. » C’est peut-être leur façon d’admettre qu’un grand nombre des rapports qui suivent pourraient être des erreurs d’identification du temps décrit par Mick West.

La confusion causée par ces objets pourrait même être délibérée. Selon Mark Pilkington, les militaires pourraient tester de nouvelles techniques d’usurpation ou de leurre sur des pilotes peu méfiants. Et étant donné que la marine américaine travaille sur un système laser permettant de faire danser dans le ciel des boules de plasma incandescentes pour leurrer les missiles, cela semble être une possibilité réelle.

Cependant, Nick Pope – qui a précédemment dirigé le projet OVNI du gouvernement britannique – note que l’armée américaine peut avoir de véritables préoccupations concernant certaines observations.

« Nous n’avons pas un aperçu complet de l’attitude actuelle de l’armée à l’égard des ovnis, mais le fait que la marine américaine publie des directives classifiées à l’intention des pilotes en 2019 suggère un certain degré de préoccupation », a déclaré Nick Pope.

Les directives suggèrent que la Marine a ressenti le besoin d’une collecte d’informations plus cohérente sur les ovnis, avec l’implication qu’ils sont un possible problème de sécurité nationale. Si les ovnis ont toujours été plus taquins que menaçants, cela ne signifie pas qu’ils ne représentent pas un danger.

« L’absence d’action hostile ne signifie pas qu’il n’y a pas de menace potentielle », déclare Nick Pope. « La menace est définie comme la capacité multipliée par l’intention, donc parce que la capacité semble impressionnante, mais que l’intention reste inconnue, la menace ne peut pas être quantifiée. »

Cette menace non quantifiée pourrait être un moyen commode d’obtenir des dépenses pour toute une série de projets qui, autrement, ne seraient pas soutenus.

Interrogé sur l’enquête de l’Air Force sur les ovnis en 2020, le président Trump de l’époque avait répondu : « Je vais vous dire ceci : Nous avons maintenant créé une armée comme nous n’en avons jamais eu auparavant » et a poursuivi en menaçant apparemment d’éventuels extraterrestres avec une puissance militaire.

Bien que la lutte contre une invasion interplanétaire puisse sembler follement optimiste – pensez à des pirogues et des lances contre des porte-avions à propulsion nucléaire, et multipliez la disparité par mille – quelqu’un au Pentagone pourrait voir un intérêt à promouvoir l’idée de dépenses de défense comme une couverture contre une éventuelle menace extraterrestre.

Ils ont certainement de nombreuses sources d’information à mettre dans le rapport. Si les enquêteurs sur les ovnis n’ont pas beaucoup progressé ces dernières années, la collecte de renseignements militaires, elle, a certainement progressé.

« Les médias et le public n’en savent peut-être pas plus sur les ovnis qu’il y a quelques dizaines d’années, mais le gouvernement américain, lui, en sait plus, grâce aux progrès technologiques », explique M. Pope. « L’imagerie satellitaire, la couverture radar de défense aérienne, les radars de poursuite spatiale, le MASINT (renseignement d’origine électromagnétique) dans son ensemble – il y a tout simplement beaucoup plus de données disponibles aujourd’hui qu’auparavant. »

La question pour nous est de savoir à quel point le Pentagone sera sélectif avec ce qu’il partage – et l’histoire non classifiée pourrait être assez différente de celle qui est classifiée.

Qu’ils disent qu’il y a des extraterrestres ou non, qu’ils trouvent une explication banale ou une possible menace étrangère, dans le passé, tout ce qui a été publié par le Pentagone n’a pas nécessairement été dans l’intérêt de dire toute la vérité. Historiquement, il s’agissait toujours de servir des intérêts tout à fait différents, qui peuvent ou non être liés à la sécurité nationale. Le nouveau rapport peut dissimuler ou attribuer de manière erronée la vague actuelle d’observations pour les mêmes raisons qu’auparavant.

La vérité est là, et nous espérons tous une divulgation complète. Le problème est que quoi qu’ils disent, y compris en prétendant l’ignorance (comme cela semble être le cas cette fois-ci), rappelez-vous que vous ne pouvez pas croire tout ce que vous lisez.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : David Hambling

 

<<< À lire également : CitizenM, un Ovni dans l’hôtellerie >>>