Selon une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Imperial College London, les personnes qui ont reçu les deux doses du vaccin Covid-19 sont deux fois moins susceptibles d’être infectées par le variant Delta que celles qui n’ont pas été vaccinées. Les scientifiques ont toutefois prévenu qu’un nouveau vaccin ciblant ce variant pourrait être nécessaire pour répondre aux préoccupations concernant l’efficacité du vaccin.

 

Faits marquants

  • Selon l’étude REACT, trois fois plus de personnes non vaccinées ont été testées positives pour le Covid-19 que celles qui avaient été entièrement vaccinées, tous les échantillons positifs analysés indiquant une infection par le variant Delta.
  • Une fois les autres facteurs pris en compte, l’étude, qui repose sur les données de plus de 98 000 écouvillonnages effectués entre le 24 juin et le 12 juillet et qui n’a pas encore été examinée par des pairs, indique que la vaccination complète réduit de moitié le risque d’attraper le Covid-19 causé par le variant Delta.
  • Les personnes entièrement vaccinées qui ont été infectées par le virus avaient tendance à souffrir d’une forme moins grave que les personnes non vaccinées et semblaient avoir une charge virale plus faible dans les échantillons, ont ajouté les chercheurs, ce qui signifie qu’elles pourraient être moins susceptibles de le transmettre si elles sont infectées.
  • Le professeur Paul Elliott, directeur du programme de recherche qui a mené l’étude, a déclaré que les résultats confirment « les données précédentes montrant que les deux doses d’un vaccin offrent une bonne protection contre l’infection », mais montrent qu’il « existe toujours un risque d’infection chez les personnes entièrement vaccinées ».
  • Les chercheurs ont estimé que deux doses d’un vaccin Covid-19 sont efficaces à 49% pour prévenir l’infection par le variant Delta, ce qui correspond aux données récentes d’Israël et est bien inférieur aux estimations précédentes.
  • « Le développement de vaccins contre le variant Delta pourrait être justifié » étant donné l’efficacité réduite des vaccins actuels contre la souche, ont écrit les chercheurs, avertissant que même des niveaux élevés de vaccination pourraient être incapables d’empêcher sa propagation à l’automne.

 

Nombre important

Une chance sur 26. C’est le risque d’être infecté par le variant Delta si vous êtes en contact avec une personne infectée et entièrement vaccinée, selon les chercheurs. En comparaison, les personnes non vaccinées ont une chance sur 13.

 

Contexte clé

Les jeunes non vaccinés et le variant Delta sont à l’origine de la nouvelle vague de cas au Royaume-Uni, selon les chercheurs, une tendance qui se reflète aux États-Unis. Les taux de vaccination élevés dans le pays ont contribué à un découplage possible entre l’infection, la maladie grave et la mort, ce qui a incité le gouvernement à lever presque toutes les restrictions sociales le 19 juillet, alors que les taux d’infection sont parmi les plus élevés au monde. Cependant, les experts mettent toujours en garde contre les risques d’un long Covid si l’on laisse le virus se propager de manière incontrôlée. Les effets secondaires à long terme, parfois débilitants, d’une infection ne semblent pas être liés à la gravité de l’infection initiale, bien que des données récentes indiquent qu’ils seraient moins probables chez les enfants.

 

Ce que nous ignorons

Les résultats de cette étude suggèrent une charge virale plus faible chez les personnes entièrement vaccinées qui sont infectées, ce qui correspond à un risque moindre de transmission du virus à d’autres personnes. Toutefois, les CDC ont récemment découvert que les personnes vaccinées pouvaient être tout aussi infectieuses que les personnes non vaccinées, et des recherches supplémentaires seront nécessaires pour trancher cette question. Un risque plus faible ne signifie pas un risque nul, et les CDC recommandent même aux personnes entièrement vaccinées de porter des masques dans certains endroits.

 

Tangente

Malgré les preuves tangibles que les personnes non vaccinées sont à l’origine de nouvelles vagues de Covid-19 dans les pays hautement vaccinés – ce qui a un impact considérable au-delà de la santé individuelle – la plupart des Américains non vaccinés se sentent peu responsables de sa propagation, indique un récent sondage. L’opposition à la vaccination n’a guère évolué depuis des mois et certains employeurs ont commencé à exiger des vaccins pour leurs employés afin de relancer les chiffres en baisse.    

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Robert Hart

<<< À lire également : Les troubles mentaux doubleraient les risques de mourir du Covid-19 >>>