Une dose de rappel du vaccin AstraZeneca a augmenté de manière significative le niveau des anticorps neutralisants contre le variant Omicron, a déclaré le fabricant de médicaments en citant une étude de laboratoire de l’Université d’Oxford. Un résultat largement conforme aux résultats d’autres fabricants de vaccins comme Moderna et Pfizer dont les doses de rappel ont également offert une protection accrue contre le variant à propagation rapide.

 

Faits essentiels

  • Selon un communiqué de presse, l’étude de l’Université d’Oxford a montré que les anticorps générés par une troisième dose du vaccin contre Omicron étaient comparables aux niveaux générés contre le variant Delta par deux doses.
  • Le fabricant de médicaments a déclaré que les niveaux d’anticorps neutralisant Omicron étaient plus élevés chez les personnes ayant reçu une injection de rappel que chez celles qui s’étaient remises d’une précédente infection du Covid-19.
  • Selon la société, les essais ont montré qu’une troisième dose du vaccin administrée au moins six mois après une deuxième dose entraînait une multiplication par six des niveaux d’anticorps.
  • La société mène également des études distinctes pour examiner l’efficacité de son vaccin AZD2816, dit « vaccin Covid-19 de nouvelle génération », contre Omicron.

 

Citation essentielle

Mene Pangalos, responsable de la recherche biopharmaceutique chez AstraZeneca, a noté qu’il était « important de regarder au-delà des anticorps pour mieux comprendre comment les vaccins offrent une protection contre Omicron. Au fur et à mesure que nous comprenons mieux ce nouveau variant, nous pensons que nous découvrirons que la réponse des lymphocytes T offre une protection durable contre la maladie grave et les hospitalisations ».

 

Contexte clé

En début de semaine, AstraZeneca a annoncé qu’elle travaillait avec l’Université d’Oxford pour développer un vaccin qui s’attaque spécifiquement au variant Omicron. Cette annonce est intervenue quelques jours après qu’une étude du gouvernement britannique a révélé que deux doses du vaccin adénovirus ne généraient aucun niveau détectable d’anticorps neutralisants contre le variant Omicron hautement infectieux. L’émergence du variant à propagation rapide a entraîné une ruée vers les doses de rappel dans le monde entier, les fabricants de vaccins ayant indiqué que la mise en place d’un vaccin spécifique à Omicron pourrait prendre un certain temps. En début de semaine, citant les résultats positifs de son étude sur les rappels, Moderna a déclaré que les troisièmes doses des vaccins existants restent la « première ligne de défense contre Omicron ».

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Siladitya Ray

<<< À lire également : Pfizer demande l&#8217;approbation complète du vaccin Covid-19 pour les enfants de 12 à 15 ans >>>