La fortune de Donald Trump est estimée à 3,1 milliards de dollars. Cela représente une ressource non négligeable, par rapport à celle de la grande majorité des gens. Néanmoins, aux yeux de Michael Bloomberg, nouveau concurrent de Donald Trump, gardien d’une fortune de 53 milliards de dollars, ce n’est qu’une goutte dans l’océan.

Une richesse peut croître de façon exponentielle lorsqu’elle est bien gérée, tout comme les investissements. Michael Bloomberg a figuré pour la première fois au classement Forbes 400 des personnes les plus riches d’Amérique, avec une fortune de « 350 millions de dollars ou plus » en 1992, après la création du Bloomberg Terminal, qui a commencé à alimenter Wall Street avec des données sur les actions mondiales, les obligations et autres. À l’époque, Donald Trump se démenait pour sauver son empire, au bord du gouffre suite à une frénésie d’achats, alimentée par l’endettement.

L’actuel président des Etats-Unis a fait un retour en force et s’est retrouvé à nouveau dans le classement Forbes 400 en 1996, avec une fortune estimée à 450 millions de dollars. La fortune de Michael Bloomberg était alors estimée à environ 1 milliard de dollars, en tenant compte de sa participation dans son entreprise de données financières.

Au cours des vingt-trois dernières années, la valeur financière nette de Donald Trump a augmenté annuellement de 8,8%, surperformant le rendement de 6,7% de l’indice boursier S&P 500 pour la même période. C’est principalement lors de la première année, de 1996 à 1997, que Trump a tiré le plus grand profit. D’après les estimations, sa fortune a grimpé de 450 millions de dollars à 1,4 milliard de dollars. La croissance de Michael Bloomberg fut beaucoup plus remarquable, et beaucoup plus constante, avec une augmentation de 18,8% par an.

Ces rendements très élevés, résultat d’une activité florissante, expliquent comment Michael Bloomberg est devenu dix-sept fois plus riche que Donald Trump, qui, mis à part les incursions très médiatisées à la télévision et dans les licences, s’est principalement transformé en un gestionnaire d’actifs immobiliers vieillissants. Bloomberg LP, son groupe financier américain spécialisé dans les services aux professionnels des marchés financiers et dans l’information économique et financière aussi bien en tant qu’agence de presse que directement, via de nombreux médias (télévision, radio, presse, internet et livres) dont les plus connus sont probablement ses propres chaînes de télévision par câble/satellite, s’est agrandi ces dernières décennies. En 2009, Bloomberg LP avait acheté le magazine en difficulté, BusinessWeek, à McGraw-Hill, pour approximativement 5 millions de dollars, sans compter l’hypothèse d’une dette environnant les 32 millions de dollars. Aujourd’hui, Michael Bloomberg détient 88% des parts de la société, dont les revenus sont estimés à 10 milliards de dollars.

Bloomberg a dans le même temps consacré 8 milliards de dollars à des causes philanthropiques et activistes, notamment à l’Université Johns Hopkins et aux mesures visant à améliorer le contrôle des armes à feu.

Être le meilleur dans le domaine des affaires ou dans le domaine politique, requiert un ensemble de compétences complètement différent. Au cours de l’année prochaine, Michael Bloomberg, ancien maire de New York durant 3 mandats, aura l’occasion de se mesurer à Donald Trump, mais cette fois-ci aux élections présidentielles. Pour le seconder, il se munira du trésor de guerre dont Donald Trump a toujours rêvé. 

<<< À lire également: Twitter, Facebook, Comment Ils Font Face A Trump >>>