Scott Gottlieb, un membre du conseil d’administration de Pfizer qui a été commissaire de la Food and Drug Administration de 2017 à 2019, a confirmé des informations selon lesquelles l’administration Trump avait refusé l’opportunité d’acheter plus de doses de son vaccin prometteur Covid-19, affirmant que la société avait donné à l’administration de « multiples » chances d’augmenter sa commande, même aussi récemment qu’après la publication des données des premiers essais qui ont montré que le vaccin était très efficace pour prévenir la maladie.

 

Principaux faits

  • Alors que les États-Unis ont déjà une entente d’option avec Pfizer pour acheter 100 millions de doses du vaccin qu’ils ont développé avec BioNTech si celui-ci est approuvé par la FDA, ce qui pourrait se produire cette semaine, Scott Gottlieb a déclaré dans l’émission Squawk Box sur CNBC que la société a donné à plusieurs reprises à l’administration la possibilité de choisir 100 millions de doses supplémentaires.
  • Confirmant des rapports antérieurs du New York Times et de Forbes, et réfutant les démentis de la Maison Blanche, Scott Gottlieb a déclaré que ces ouvertures avaient été rejetées, et que la société avait ensuite conclu d’autres accords avec différents pays.
  • Alors que le gouvernement américain négocie actuellement avec le géant pharmaceutique pour obtenir davantage de doses du vaccin, qui est déjà administré au Royaume-Uni, il est peu probable qu’il en obtienne avant l’été 2021, pendant que la société remplit ses obligations envers d’autres pays, Scott Gottlieb affirmant que sa production du deuxième trimestre est maintenant largement appréciée.
  • Scott Gottlieb a déclaré qu’il s’attendait à ce que l’administration Trump « parie que plus d’un vaccin sera autorisé », en soulignant plusieurs autres accords de taille similaire avec un certain nombre de sociétés différentes.

 

Le contexte

Après les fanfaronnades et les jubilations de Trump sur les succès de l’opération Warp Speed, le projet de son administration de mettre en place un vaccin Covid-19, le fait de ne pas choisir suffisamment de ce vaccin, même après des premiers résultats prometteurs, laisse perplexe. Cela laissera également les États-Unis sur leur faim : 100 millions de doses, bien qu’importantes, ne suffisent qu’à immuniser 50 millions de personnes, et avec un seul autre vaccin au stade réglementaire de développement aux États-Unis, mis au point par Moderna, l’offre dépassera presque certainement la demande au fur et à mesure que les programmes de vaccination se mettront en place.

Le Royaume-Uni, qui a approuvé le vaccin de Pfizer mercredi dernier, s’est lancé mardi dans sa plus grande campagne de vaccination jamais réalisée et a commencé à administrer le vaccin mardi à des patients hospitalisés de plus de 80 ans, dans le cadre d’une opération que les responsables ont baptisée « V-Day ».

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Robert Hart

 

<<< À lire également : Vaccin Anti-Covid19 / Pfizer Et BioNTech : Des Inconnues Et Des Hommes >>>