L’ancien Conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, John Bolton, s’apprête à sortir un livre intitulé The Room Where It Happened, qui est déjà en tête des précommandes depuis que le département de la Justice a tenté d’empêcher sa sortie, prétendant que l’ouvrage contiendrait des informations confidentielles.

Le livre controversé est présenté comme riche en confessions au sujet des 17 mois que John Bolton a passé en temps que Conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump. Il inclurait notamment des extraits fuités du procès d’impeachment du président, révélant que ce dernier aurait associé l’aide militaire ukrainienne à une enquête sur le fils de l’ancien vice-président Joe Biden.


Le gouvernement Trump affirme que l’ouvrage contient des informations classées secrètes, des allégations que l’avocat de John Bolton considère comme un prétexte pour censurer le livre depuis qu’un membre du Conseil de sécurité nationale chargé de sa relecture a jugé qu’il était au contraire dépourvu de contenu confidentiel.

Depuis, les autorités américaines ont intenté une action en justice devant le tribunal fédéral pour bloquer la sortie du livre, prévue pour le 23 juin, sous prétexte qu’il comprend des informations secrètes et que son auteur n’aurait pas respecté l’étape de la relecture. Le gouvernement affirme également que John Bolton aurait même fait fuiter des extraits de l’ouvrage, ce qui représenterait une rupture de l’accord de non-divulgation.

L’action en justice avance que d’autres membres du Conseil de sécurité nationale, disposant « de plus grandes connaissances leur permettant d’identifier et de déterminer le contenu confidentiel » ont conclu que le livre incluait en effet des informations classées secrètes, mais que John Bolton « était apparemment insatisfait de l’avis du Conseil de sécurité nationale » et a tout de même prévu la publication sans y avoir été autorisé.

Par ailleurs, la procédure fait appel au tribunal pour repousser la sortie du livre et achever le processus de relecture du livre (qui a déjà été livré aux vendeurs), ou encore pour faire renoncer son auteur aux bénéfices issus des ventes du livre, pour les reverser au gouvernement fédéral. Mais ces efforts pour réduire John Bolton au silence ont eu l’effet inverse, puisque le livre est actuellement n° 1 des ventes dans la catégorie « Livres étrangers » sur Amazon.

D’abord ambassadeur américain aux Nations unies sous George W. Bush, John Bolton a par la suite été le conseiller de Donald Trump en matière de sécurité nationale de mars 2018 à septembre 2019, date à laquelle il a été évincé par le président pour ses opinions bellicistes en matière de politique étrangère. Lors du procès d’impeachment de Donald Trump, le nom de John Bolton a fait son retour, puisque l’ancien collaborateur du président a déclaré qu’il serait prêt à témoigner au sujet du chef du gouvernement ukrainien, qui aurait été forcé par son homologue américain à enquêter sur l’ancien vice-président Joe Biden. John Bolton a par la suite laissé entendre que les réponses à de nombreuses questions laissées sans réponse par le procès seraient disponibles dans son livre.

L’action en justice indique : « En termes simples, le défendeur a conclu un marché avec les États-Unis comme condition de son emploi à l’un des postes les plus sensibles et les plus importants du gouvernement américain en matière de sécurité nationale, et veut maintenant revenir sur ce marché en décidant unilatéralement que le processus de relecture avant la publication est terminé, et en jugeant lui-même si des informations confidentielles doivent être rendues publiques ».

Les efforts de Donald Trump pour bloquer les informations nuisibles à son image se sont souvent retournés contre lui. Il a notamment été mis en accusation par la Maison-Blanche en décembre dernier pour avoir demandé au président ukrainien d’enquêter sur son rival politique, mais aussi pour les efforts ultérieurs de son gouvernement visant à supprimer des preuves et à bloquer le témoignage d’officiels de la Maison-Blanche. 

L’avocat Mark Zaid a déclaré au Wall Street Journal que le procès avait peu de chances d’aboutir (puisque le livre a déjà été envoyé aux libraires), mais il pourrait forcer John Bolton à renoncer à son avance et à ses droits d’auteur, ce qui lui coûterait des millions de dollars. Selon lui, l’ancien Conseiller à la sécurité nationale « va probablement devoir sortir son chéquier et faire un chèque très important au gouvernement américain ».

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Andrew Solender

 


<<< À lire également : Ce Que Révèle Le Livre Choc De Mary Trump, La Nièce Du Président >>>