La professeure contre la top model ? Le combat semble perdu d’avance. Et pourtant.

On le sait, la politique est une affaire sérieuse. On a évoqué dans un précédent article  le style des candidats à la présidentielle française ; mais il va sans dire qu’une fois le vainqueur élu, la première dame se trouve à son tour sous le feu des projecteurs. A première vue, on imagine mal l’épouse d’un Président jouer d’excentricités stylistiques. 

Qu’en est-il des premières dames les plus scrutées du moment, Brigitte Macron et Melania Trump ?

Robes noires sobres et dressing de créateurs,  à première vue rien ne semble permettre de distinguer le style des deux femmes. 

Après tout, Brigitte comme Melania n’ont-elles pas opté lors de l’investiture de leur époux respectif pour un ensemble bleu poudré ?

 

De là à dire qu’il y a un style First Lady, il n’y a qu’un pas… que nous ne franchirons pas.

Examinons les choses de plus près.

Le style de l’ex-mannequin Slovène se situe dans une relative continuité avec celui des épouses d’autres dirigeants, à l’instar de ce qu’avait pu représenter Carla Bruni-Sarkozy.

Les deux anciens mannequins favorisent les créations des grands couturiers, Melania manifestant une petite préférence pour Dolce et Gabbana, Carla une prédilection pour la maison Dior. Toutefois, si elles sont fortes, les pièces n’en sont pas moins des plus sages ! 

La peau ne se dévoile que très peu (en témoigne avec éclat la robe en dentelle noire que la First Lady américaine a porté lors de son dîner avec la Reine Mathilde de Belgique il y a quelques jours), les longueurs descendent sous le genou, les épaulettes, souvent présentes, révèlent un choix d’affirmation réfléchi.

Melania affectionne particulièrement les ensembles sobres et ceinturés, couleur taupe ou blanc.

 

De même, elle semble adopter à la lettre le protocole suivi par celles qui ont occupé le rôle avant elle. Comme Michelle Obama, elle a opté pour une mantille pour rencontrer dernièrement le Pape.

Autant dire que le contraste entre la belle américaine et l’énergique française est saisissant : Brigitte Macron est aussi décontractée que Melania Trump apparaît tendue aux côtés de son époux-Président. Mme Macron est tout aussi chic, mais incontestablement plus casual et accessible.

Certes son dressing se compose aussi de robes de designers, mais elles sont toujours coupées au dessus du genoux ; et quand elle porte des pantalons, ce sont essentiellement des jeans skinny (au dernier sommet du G7, elle a opté pour un slim blanc) ou des leggings en cuir. Bien loin donc de ce que l’on a pu voir jusque-là dans les sphères du pouvoir…

Familière de la robe chasuble trois trous et arborant un look très sixties qui lui correspond bien,  amatrice de blazers et de pièces rock en cuir, aussi à l’aise en talons aiguilles qu’en baskets, Brigitte Macron rompt radicalement, non seulement avec le style rigide de ses prédécesseures…, mais aussi avec les codes du look classique de la bourgeoise chic de plus de 60 ans telle Bernadette Chirac, fervente amatrice de la griffe Chanel.

Au total, alors que Melania se tourne indiscutablement vers le passé, c’est le futur que semble vouloir incarner Brigitte. Là où Melania prend exemple sur celles qui ont occupé la place de première dame avant elle (Jackie Kennedy pour la tenue pastel, mais aussi Carla Sarkozy)…

 

… l’épouse du Président français souffle un vent de renouveau, voire de transgression. Alors, certes, cette fameuse tenue bleue pastel d’inauguration  de Brigitte Macron n’est pas sans rappeler celle de Melania.

Mais si l’on examine les choses de plus près, n’est-ce pas qu’une apparence ? 

En effet, le choix de l’ancienne professeure, s’il comporte des similarités avec celle de l’ex-top model, n’est en rien identique. Mieux encore, avec ses boutons d’inspiration  militaire, elle rompt clairement avec les codes.

Si l’on considère que, sur l’échiquier du pouvoir, la popularité du Président est aussi mesurée à l’aune de celle de son épouse, l’image de l’épouse du Président est une carte à jouer non négligeable. Indéniablement, Madame Macron, par sa fraîcheur et son refus des carcans sociétaux, complète parfaitement l’image moderniste de son mari. 

Refusant d’être placée dans une case, se jouant des préjugés liés à l’âge et à la bienséance, elle représente avec éclat la citadine moderne et indépendante, non conventionnelle et féministe.

Alors certes, Brigitte Macron et Melania Trump partagent un point commun en matière vestimentaire en affirmant clairement leurs goûts personnels.  La française est une fidèle de Louis Vuitton. Elle suit la griffe depuis des années et est régulièrement présente dans les front rows.

Melania suit également ses propres goûts, achetant elle-même sa garde-robe puisque de nombreux designers refusent de prêter des pièces à porter lors des sorties officielles pour ne pas associer leur image à l’empire Trump.

Toutefois, à la différence de Brigitte Macron qui fait preuve d’enthousiasme et de dynamisme pour redéfinir le rôle de la First Lady, Melania se montre beaucoup plus détachée.

 

Les visites internationales qu’elle a effectuées jusqu’ici semblent traduire un certain malaise : se détournant de la coutume, la femme de l’ancien homme d’affaires non seulement ne met pas en avant les couturiers américains, mais elle ne s’embarrasse pas non plus de porter des griffes issues des pays qu’elle visite (ce qui est habituellement un usage efficace et éprouvé pour manifester sa sympathie envers ses voisins).

Cette attitude apparemment rebelle et faisant fi des conventions ne serait-elle pas un signe de défiance vis-à-vis de son époux de la part de celle qui s’est trouvée catapultée et enfermée dans une fonction qu’elle n’a jamais souhaitée ?

Nicolas Ghesquière, directeur artistique de Louis Vuitton, a déclaré lors du défilé Fall Winter 2017 vouloir “casser les règles”. Brigitte Macron semble clairement avoir fait sienne cette intention. Qu’en sera-t-il pour Melania Trump ?