Après des semaines de spéculation sur la réouverture ou non des frontières de l’Europe aux touristes le 15 juin, il y a une bonne et une mauvaise nouvelle. Premièrement, les frontières extérieures de l’Union européenne resteront fermées au-delà de la date du 15 juin. Mais à partir de juillet, l’Europe va rouvrir ses frontières à nouveau au monde entier.

L’interdiction de voyager en Europe, en vigueur depuis le 17 mars, va maintenant être prolongée de deux semaines. Cela exclut les voyages non-essentiels des citoyens étrangers dans une grande partie de l’UE. 

L’interdiction s’applique à 30 pays : 26 appartiennent à l’UE, plus quatre membres de l’espace Schengen : la Suisse, la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein. Les gouvernements européens n’ont pas à se conformer à cette recommandation. Les deux dernières fois que l’interdiction a été renouvelée pour 30 jours, en avril et en mai, toutes l’ont fait.

La commissaire européenne chargée des affaires intérieures, Ylva Johansson, a déclaré vendredi aux journalistes que la décision de renouveler l’interdiction de voyager était pratiquement unanime. « Presque tous les États membres » ont soutenu l’idée d’une « prolongation supplémentaire, beaucoup plus courte ».

Cela laisse supposer que certains pays pourraient aller de leur propre initiative et laisser entrer des touristes étrangers avant cette date. Pour commencer, la Grèce affirme que tous les voyageurs sont les bienvenus à partir du 15 juin, même si les Américains, les Britanniques et bien d’autres sont confrontés à une quarantaine d’une à deux semaines en cas de voyages à l’étranger. À partir du 1er juillet, un retour complet du tourisme revient en Grèce, tout comme les vols internationaux.

À partir de juillet, l’Europe est prête à accueillir de nouveau le reste du monde

La bonne nouvelle, c’est que la fin de l’interdiction de voyager en Europe semble proche. Johansson a déclaré que les pays avaient convenu d’une « levée progressive et strictement coordonnée » des restrictions à partir de juillet. Cela ne se fera pas nécessairement d’un seul coup, mais le feu vert pour un redémarrage du tourisme international semble être donné. La décision a été prise lors d’une vidéoconférence à laquelle ont participé les 27 ministres de l’intérieur de l’UE.

D’ici la fin juin, la plupart des contrôles aux frontières intérieures de l’Europe vont disparaître, a déclaré Johansson. Cela correspond aux projets de l’Union européenne visant à ouvrir les pays au tourisme d’été, à commencer par les autres européens. De nombreux pays, de l’Autriche à la Croatie, ont déjà levé les contrôles sur les habitants de leurs pays voisins.

La probabilité que les frontières extérieures de l’Europe restent fermées plus longtemps a été récemment évoquée par le ministre français de l’Europe et des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Cette fois, l’interdiction de voyager n’a été prolongée que de quinze jours au lieu de trente. C’est également un signe positif de la possible fin de la crise du COVID-19 en Europe et ailleurs.

Malgré les propositions d’unité de l’UE, l’Europe se rouvre de manière disparate.

Tout contrôle ou toute autre procédure à laquelle les voyageurs pourraient être confrontés à leur arrivée en Europe une fois l’interdiction de voyager levée, se fera probablement au niveau national. En Grèce, par exemple, il n’y aura que des tests ponctuels, et pas de quarantaine, à partir du 1er juillet. Plusieurs autres pays, dont l’Espagne et le Portugal, se préparent à accueillir des touristes internationaux à partir de juillet. L’Italie aussi semble s’orienter dans cette direction.

Les voyageurs britanniques sont exemptés de l’interdiction de voyager dans l’UE, mais sont soumis à une quarantaine de deux semaines en arrivant dans certains pays comme la France. 

La restriction des voyages non-essentiels a bloqué l’accès à une grande partie du continent pendant trois mois. La forteresse européenne a été interdite à tous les touristes et à la plupart des étrangers pendant toute cette période exceptionnelle. Même les citoyens de la zone Schengen, habituellement sans frontières, ont vu leurs libertés de voyage réduites. Mais aujourd’hui, alors que le droit fondamental des Européens à la libre circulation revient lentement, il y a aussi de la lumière au bout du tunnel pour les voyages de cet été en Europe pour tous.

Tout ce qu’il reste à voir maintenant, c’est quand Donald Trump lèvera ses restrictions de voyage sur les arrivées en Europe, comme promis.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Tamara Thiessen 

<<< À lire également : L’Europe Aura Besoin D’un Chirurgien Hors Pair Pour Réparer Ses Factures >>>