Les soldats talibans ont pris dimanche le contrôle du palais présidentiel à Kaboul, en Afghanistan, renforçant ainsi leur emprise sur le pays alors que le gouvernement américain s’empresse d’évacuer le personnel restant dans le cadre de son retrait total de la région.

 

Principaux faits

  • Des photos publiées par le média qatari Al-Jazeera montrent des soldats talibans assis et debout autour d’un bureau dans le palais présidentiel, quelques heures après la fuite du président Ashraf Ghani.
  • Des responsables talibans ont déclaré à Reuters qu’ils prévoyaient une transition rapide vers le pouvoir, sans gouvernement provisoire pour faire tampon. Le porte-parole des talibans, Suhail Shaheen, a déclaré plus tôt dans la journée à Al-Jazeera qu’ils cherchaient une « reddition inconditionnelle ».
  • Cette évolution intervient alors que les États-Unis s’efforcent toujours d’évacuer les derniers citoyens américains présents dans le pays, ainsi que certains Afghans qui ont aidé l’armée américaine – bien que l’ambassade des États-Unis ait demandé aux citoyens américains de se mettre à l’abri sur place en raison d’informations faisant état d’un incendie à l’aéroport.

 

Chiffre important

1000. C’est le nombre de parachutistes que le président Joe Biden a ordonné pour aider à évacuer les Américains dimanche, en plus des 5000 soldats précédemment mobilisés pour aider, selon le Washington Post et Fox News.

 

Citation essentielle

« Une année de plus, ou cinq années de plus, de présence militaire américaine n’aurait fait aucune différence si l’armée afghane ne peut pas ou ne veut pas tenir son propre pays », a déclaré Joe Biden dans un communiqué samedi pour justifier le retrait.

 

Critique importante

Les législateurs républicains ont asséné à Joe Biden des critiques incessantes sur le retrait. « Cela va être une tache sur ce président et sa présidence. Et je pense qu’il aura du sang sur les mains », a déclaré dimanche le représentant Michael McCaul (R-Texas), principal républicain de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants. L’ancien président Donald Trump a déclaré dans un communiqué que Joe Biden devrait « démissionner en disgrâce ».

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Andrew Solender

 

<<< À lire également : Les talibans prétendent désormais contrôler 85 % du territoire afghan, alors que les troupes américaines s’apprêtent à quitter le pays >>>